Le Mystère des Dieux, de Bernard Werber

couv40671389Dans le cadre du Weekly Book Color Challenge (cliquez ici pour plus d’informations), je me suis posé pour règle cette semaine de ne lire que des livres ayant une couverture bleue. Après l’avoir loué à la médiathèque, il était donc logique que je m’attaque au dernier tome du Cycle des Dieux de Bernard Werber : Le Mystère des Dieux.

L’histoire
Au-dessus des hommes, les Anges.
Au-dessus des Anges, les Dieux.
Au-dessus des Dieux : ?

Ce que j’en ai pensé
Contre toute attente, malgré mon avis en demi-teinte sur le tome 2 (cliquez ici pour lire ma chronique), je dois dire que j’ai plutôt bien apprécié cette lecture.

Ce que j’ai aimé :
Le regain d’action : J’avais trouvé le tome 2 vraiment redondant avec le premier tome, et malgré les quelques péripéties de la fin du roman, je m’étais quand même fermement ennuyée. Pour ce dernier tome, Werber nous fait revivre une dernière fois le jeu d’Y, la rencontre avec le déicide (complètement bâclée d’ailleurs; tout ce faux suspense au long de la saga ne sert vraiment à rien), et surtout la dernière quête de vérité de Michael Pinson, faite de courses poursuites, de voyages à travers les mondes, de débats littéraires, de fuites en bateau, de guerre civile, de duel de blagues et de traversée des Enfers.

La découverte de nouveaux univers : L’auteur nous entraine dans d’autres mondes dans ce dernier tome. Nous ne restons plus uniquement en Aeden, mais nous découvrons Terre 18, les Enfers, etc. Ces mondes sont très bien décrits, et leur univers a totalement fonctionné sur moi. Ajoutez à ces nouveaux mondes des personnages secondaires hauts en couleurs (Pan, Hadès, Delphine), et cela donne des scènes très bien rythmées qui, en plus, donnent à réfléchir.

L’hommage de Werber à ses lecteurs : Ce livre se révèle lorsque l’auteur, via les mots de son héros, rend hommage à ses lecteurs en leur avouant que tout cela ne pourrait exister sans eux. Un livre est un univers à lui seul, dont nous somme le Dieu puisque nous le lisons et l’imaginons, le faisant exister et vivre. Il nous rend totalement acteur de l’histoire, et j’ai beaucoup apprécié ce passage.

Ce que j’ai moins aimé :
La publicité de l’auteur pour ses autres œuvres : Bernard Werber m’a un peu énervé en s’auto-promouvant régulièrement tout au long du livre. Non content d’entrecouper son récit par des passage de son Encyclopédie du savoir relatif et absolu, il parle régulièrement de ses autres œuvres, comme l’Arbre des Possibles. A la fin c’est fatigant, et il n’a pas besoin de ça pour vendre des livres je pense…

Quelques longueurs : En dépit d’un regain d’action certain, je ne peux m’empêcher de reprocher toujours quelques longueurs au roman. Des situations qui n’ont aucun impact sur l’histoire par exemple, ou des réflexions redondantes.

Pour résumer, cette saga a été une bonne découverte. Je ne pense pas que je lirai Les Thanatonautes et l’Empire des Anges rapidement (voire si je les lirai un jour), mais j’adhère définitivement à la plume de Werber et à son style si particulier, mêlant ésotérisme et science-fiction.

15/20

Publicités

Une réflexion sur “Le Mystère des Dieux, de Bernard Werber

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s