Ce que disent les nuages, de Lorris Murail

Après la très bonne lecture d’Une place à prendre de JK Rowling (cliquez ici pour lire mon avis), j’avais envie de me replonger dans un univers jeunesse un peu fantastique. A la médiathèque, j’9782809801538étais tombée quelques semaines plus tôt sur Ce que disent les nuages… En lisant le synopsis, je savais que ça parlait des anges, et d’un petit garçon. Au-delà de ça, la couverture, que je trouve très belle, m’avait interpelé, ainsi que le nom de l’auteur (qui, je m’en suis rendu compte plus tard, a fait parlé de lui récemment en publiant le livre Douze ans, sept mois et onze jours). C’était donc la lecture parfaite pour assouvir mon envie de jeunesse et de fantastique… Mais…

L’histoire
Vivant dans un monde où commencent à sévir les pires catastrophes naturelles, Colin, dix ans, voit et entend les anges. Les parents de ce garçon rêveur et solitaire, effrayés par ce don qu’ils considèrent comme une malédiction, le confient à un ancien prêtre, vivant dans un presbytère isolé. Mais cet homme entretient des relations complexes avec un milliardaire sans scrupule qui, pressentant qu’il deviendra bientôt impossible de vivre sur terre, recherche l’Éden pour s’y réfugier. Il décide de se servir de Colin pour l’y mener, afin de vivre en sécurité et de contrôler l’approvisionnement du monde en eau… Commence alors une folle quête du paradis qui va voir s’affronter plusieurs personnes au destin intimement lié. Mais il n’y aura de place que pour un homme et une femme, qui revivront l’histoire d’Adam et Ève afin de recréer un monde meilleur.

Ce que j’en ai pensé
Je ne suis pas du tout enthousiasmée par cette lecture, qui s’est révélée au final assez étrange. Pourtant, tout avait bien commencé.

Dès le départ, je me suis attachée au personnage du petit Colin, et je compatissais à son épreuve et à ses relations difficiles avec ses parents. Pourtant, rapidement, ce personnage est devenu largement secondaire dans l’histoire; cet effet est accentué par l’abondance des points de vue alternés décrits par l’auteur, qui sont des adultes, et qui pensent davantage à leurs hormones et leur désirs qu’à l’avenir du petit garçon… L’histoire, à part au tout début du roman, n’est jamais racontée du point de vue de Colin, ce qui, forcément, crée un décalage certain. Pour une lecture jeunesse, ce n’est pas un très bon point…

Le personnage de Colin m’est vite devenu antipathique, de même que tous les autres personnages présents dans ce roman. Au final nous suivons surtout 5 personnages, et aucun ne m’a plu. Celui qui m’a le plus intrigué, à la limite, est le personnage du méchant, c’est dire ! Aucun des soit disant héros n’en est véritablement un, à part peut-être Thomas… Mais le seul personnage féminin, celui de Béatrice, est tout bonnement insupportable !!!

Par ailleurs, l’intrigue n’a ni queue ni tête. Au départ, je lisais le roman comme si je lisais une fable. Mais 400 pages de fable, c’est looooooong, surtout quand ce n’en est pas une. C’est un mélange d’ésotérisme, de religion, de fantasy et d’aventures; tout cela ne fonctionne pas, du moins pas sur moi. J’avais l’impression de lire un rêve, vous savez quand vous vous levez le matin et que vous vous dîtes : « J’ai fait un rêve complètement dingue ! », et bien ce livre, c’est ça !

Et la fin n’a même pas sauvé le reste du livre… Le grand combat final (sans vouloir spoiler bien sûr, mais on se doute très vite qu’il y aura un combat final) tombe à plat, et est bouclé en deux lignes (et encore je suis généreuse).

La plume de l’auteur est bien adaptée à la cible de lecteur, à partir de 13 ans. Mais je trouve que le nombre de pages, compte tenu de l’histoire, est important, et les idées énoncées dans certains points de vue étaient parfois limites…

Je ne pense pas me lancer un jour dans un autre roman de cet auteur, ou alors dans très longtemps.

11/20

Publicités

4 réflexions sur “Ce que disent les nuages, de Lorris Murail

      • Ils sont nombreux à écrire dans cette famille et j’en ai un plutôt bon souvenir pourtant, le tueur à la cravate est un policier jeunesse et Golem un policier fantastique, je te les recommande vivement si tu veux essayer des romans jeunesse, et surtout si tu veux changer d’avis… Pour ma part, le résumé de ce livre me dit trop rien… 😅

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s