Un homme dangereux, d’Emilie Frèche

Couv_UnHommeDangereuxQuand j’ai vu il y a quelques temps que la librairie située à côté de l’endroit où je travaille recevrait Emilie Frèche pour une séance de dédicaces, je me suis enfin décidé à lire un de ses livres. Mon choix s’est porté sur Un homme dangereux, son tout dernier bébé sorti il y a peu chez Stock. Je connaissais l’auteure de nom, mais n’avais jamais eu l’occasion de me plonger dans l’une de ses œuvres. Et j’ai dévoré ce roman en à peine deux jours !

L’histoire
« Maintenant que tu as vraiment quitté ton mari, on va pouvoir parler. Je veux que tu deviennes ma femme. Je t’aime, je veux vivre avec toi, mais avant, il faut que tu laisses tes enfants.
– Pardon ?
– Je suis sérieux. Il faut que tu les laisses à leur père, je te dis ça pour leur bien. Elles seront très heureuses avec lui ; ils partiront vivre en Israël, ce sera beaucoup plus simple, et tu iras leur rendre visite pour les vacances.
– T’es complètement malade.
– Tu sais bien que non, puisque c’est comme ça que ça va se terminer pour les juifs de France. Sept mille juifs sont partis rien que cette année, c’est moi qui l’invente ? Bientôt, il n’y aura plus de juifs en France. Plus un seul juif. Tu te rends compte, un peu ? Le grand rêve de Vichy réalisé par des Merah, des Nemmouche, des Kouachi. Que des petits enfants de bicots qu’on a fait venir du bled pour assembler des boulons, et qui feront mieux que les idéologues du Troisième Reich, sans même avoir besoin de vous mettre dans des trains. Tout ça simplement en jouant avec votre peur. Quelle intelligence ! Quelle économie, surtout. La France nettoyée pour pas un rond. »

Ce que j’en ai pensé
J’ai adoré ce roman, qui m’a bouleversé dans sa première partie, et également révolté dans la seconde. C’est un roman qui nous fait comprendre de manière totalement glaçante la puissance de la manipulation et de la perversité.

J’ai beaucoup aimé le personnage principal, Emilie, qui vit depuis 15 ans avec un mari qui ne la touche plus mais qu’elle adore, qui est sa moitié, et avec qui elle a eu deux petites filles. J’ai également beaucoup aimé le personnage d’Adam, son mari, qui est son roc et le seul sur qui elle pourra se reposer quand elle touchera le fond. J’ai aimé leur couple, leur complicité et le tout qu’ils forment ensemble. Évidemment, je n’aimerais pas être à leur place : si un couple ne se désire plus, il y a un vrai soucis…

La question que je ne cessais de me poser en lisant ce livre était : Mais comment peut-elle être attirée par un mec comme Benoît Parent ? Ce personnage, l’Homme Dangereux du livre, n’est ni beau, ni charmant, ni charnel. Sa seule force est de manier les mots. C’est là qu’on réalise, au fur et à mesure de l’avance de l’histoire, la force du langage et de la persuasion verbale, le pouvoir de la manipulation. Ajoutez à celui une héroïne juive, et un bourreau antisémite, et vous voyez une seconde intrigue familiale pointer le bout de son nez, sans la voir venir. Une intrigue parallèle qui m’a d’ailleurs bouleversée.

J’ai par contre un peu moins accroché à la seconde partie du livre. La première partie m’a captivé car elle traitait de la « séduction » (au bas mot) en place entre les deux personnages. La seconde partie traite avant tout de la désintoxication de l’héroïne par l’écriture, qui va la mener à un jeu bien dangereux auquel je n’ai pas accroché. Peut-être est-ce parce que je n’ai pas la passion de l’écriture que je n’ai pas été totalement accrochée par cette partie-là du roman, ou parce que le contexte était devenu trop oppressant et les propos antisémites tenus par l’Homme dangereux, trop révoltants.

La force de ce roman est qu’il traite de plusieurs thèmes : la manipulation par un pervers narcissique, le refuge dans l’écriture, la Shoah, et l’antisémitisme. Il nous fait nous rappeler que l’antisémitisme est encore très présent dans la société actuelle, et que les actes terroristes récents en sont le reflet.

La plume d’Emilie Frèche m’a totalement charmé. J’ai aimé la façon dont elle décrit le couple, la sécurité que l’on éprouve avec l’être aimé, les émotions de chacun de ses personnages. Elle réussit totalement à nous faire ressentir le point de vue et les émotions de son héroïne; même si on ne comprend pas toujours ses choix. J’étais totalement subjuguée par cette histoire de bout en bout.

J’ai lu sur internet des articles de critiques presse sur l’éventuel côté autobiographie de l’histoire. Le parcours de l’héroïne du roman ressemble effectivement beaucoup à l’auteure… et alors ? Quel est l’intérêt, à part assouvir sa part de voyeurisme, de savoir si c’est un récit inspiré de son histoire personnelle ?!! Que ce soit autobiographique ou pas, ça reste poignant.

Je lirai donc avec grand plaisir d’autres romans d’Emilie Frèche, dont j’ai adoré la plume dans ce roman, que je conseille fortement.

17/20

Publicités

5 réflexions sur “Un homme dangereux, d’Emilie Frèche

  1. […] → Deux sœurs pour un roi, de Philippa Gregory – Editions Archipoche – 660 pages (ma chronique ici) → Insaisissable, tome 3 : Ne m’abandonne pas, de Tahereh Mafi – Editions Albin Michel – 398 pages (chronique à venir) → L’arable du futur, tome 1, de Riad Sattouf – Editions Allary – 158 pages (chronique à venir) → One Piece, tome 76 : Poursuis ta route !, d’Eiichiro Oda – Editions Glenat – 200 pages → Un homme dangereux, d’Emilie Frèche – Editions Stock – 284 pages (ma chronique ici) […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s