L’héritage Boleyn, de Philippa Gregory

51JQZUt8wLL._AC_UL320_SR198,320_Il y a quelques temps, je m’étais replongé dans l’univers des Tudors, univers qui me passionne tant, en lisant Deux sœurs pour un roi ! L’époque, et surtout ces personnages réels, au destin incroyable, me fascinent depuis plusieurs années. Quand j’ai vu que L’Héritage Boleyn, suite quasi-directe de Deux sœurs pour un roi, était disponible à la médiathèque, je me suis empressé de le louer ! Et je l’ai a-do-ré !

L’histoire
1536. Henri VIII d’Angleterre a fait décapiter pour adultère, inceste et haute trahison sa deuxième épouse, Anne Boleyn, qui n’a pas enfanté l’héritier mâle qu’il espérait. Quelques jours plus tard, il épouse Jane Seymour, qui lui donnera un fils – le futur Edouard VI – mais décèdera en couches en 1537. 1539. Le roi se marie avec Anne de Clèves – faire alliance avec les Protestants est d’une importance stratégique.
D’abord éblouie par les fastes de la cour, la nouvelle reine se sent vite prise au piège. Et surtout menacée par la très jeune Catherine Howard, nièce de l’ambitieux Thomas, duc de Norfolk… Pourra-t-elle échapper à l’héritage funeste ?
Faisant suite à Deux Soeurs pour un roi, où Philippa Gregory racontait avec brio la rivalité de Marie et Anne Boleyn, L’Héritage Boleyn plonge à nouveau le lecteur dans les coulisses de la cour d’Angleterre. S’y nouent des intrigues pour accéder – ou conserver – le pouvoir, dont les femmes sont souvent les premières victimes…

Ce que j’en ai pensé
Je n’avais pas complètement adhéré à Deux sœurs pour un roi car, plutôt bien renseignée sur cette période du règne de Henri VIII, certains éléments historiques m’avaient dérangé, et je trouvais que l’on s’attardait trop sur Marie Boleyn plutôt que sur Anne, mille fois plus intéressante.

Dans L’héritage Boleyn, nous suivons en parallèle trois personnages féminins : Jane Boleyn (née Parker, perfide belle-sœur d’Anne Boleyn), Anne de Clèves (éphémère épouse n°4 de Henri VIII) et Catherine Howard (éphémère trop jeune épouse n°5, toujours du même Henri VIII). Trois personnages bien différents, de par leur histoire et leur culture, mais qui se retrouvent toutes trois victimes d’un roi ayant commencé à plonger dans une folie meurtrière, paranoïaque et destructrice). Et je les ai toutes trois adorées ! Si vous n’avez pas lu Deux sœurs pour un roi avant L’Héritage Boleyn, vous serez surpris de la tournure prise par le personnage de Jane Boleyn; j’ai adoré ce tournant pris par l’auteure, ce déni de perfidie et de culpabilité.
Mon personnage préféré reste sans aucun doute Anne de Clèves, qui a fait preuve d’une modernité sans pareille en refusant de retourner dans son pays natal après avoir été répudiée, et choisissant de vivre en célibataire. Un choix pas toujours évident à assumer, surtout quand retourner auprès du roi devient une peur panique…
Quant à la jeune Catherine Howard, mariée à 15 ans à un roi obèse de 50 ans, on ne peut que compatir à son sort. Certes elle se montre assez idiote, mais qui pourrait l’en blâmer ?

Le rythme de l’histoire est très bon, et je n’ai pas vu défiler les 535 pages de ce livre ! Le style de l’auteur est, comme pour le premier roman, très fluide, et on se passionne rapidement pour l’histoire de ces jeunes femmes à la cour d’Angleterre, devant faire face à un roi tyrannique et à une cour perfide. Même si l’action n’est pas le maitre mot de ces romans, l’angoisse dominante et les divers complots et accusations dont sont victimes nos personnages suffisent à nous entrainer dans l’histoire.

Une nouvelle réussite pour Philippa Gregory, dont il me tarde de lire les autres œuvres !

17/20

 

Publicités

11 réflexions sur “L’héritage Boleyn, de Philippa Gregory

  1. J’aime beaucoup Philippa Gregory! Je n’ai pas encore lu les deux romans auxquels tu fais référence car j’en suis encore à la génération d’avant (la guerre des deux roses). Il ne me manque plus que La Princesse Blanche et La Malédiction du Roi, et je pourrai enfin commencer Deux Soeurs Pour Un Roi! J’avais d’ailleurs adoré le film avec Natalie Portman et Scarlett Johanson qui en avait été tiré.
    Je trouve la plume de l’auteure très efficace et j’aime bien le fait qu’elle ait choisit de faire parler les femmes, souvent tenues dans l’ombre.

    J'aime

    • Oui, le fait que ce ne soit pas les rois les héros fait toute la différence avec les romans traditionnels. A cette période les femmes ont eu un réel impact sur l’histoire et les monarques, c’est un joli moyen de les mettre en avant que de voir l’Histoire à travers leurs yeux. Il me tarde de découvrir tous les autres romans de l’auteure, notamment ceux traitant de la période dont tu parles, que je connais peu.

      Aimé par 1 personne

      • La plupart en sont malheureusement pas traduis, je pense qu’il y a juste La Reine Blanche et La princesse Blanche qui sont traduits en francais. D’ailleurs The White Queen a ete traduit par la Reine Clandestine.

        J'aime

      • D’ailleurs une de mes prochaines lectures sera le premier tome de la saga Le Conseiller, des thrillers autour du personnage de Thomas Cromwell, de Hilary Mankel, qui ont inspiré la série Wolf Hall, tu connais ?

        Aimé par 1 personne

      • J’en ai entendu parler, oui, mais je ne les ai pas lus. En fait j’aime vraiment le parti-pris feministe de Philippa Gregory, qui donne une voie aux femmes qui ont trop souvent ete effacees de l’histoire.

        J'aime

  2. […] Romans → Deux sœurs pour un roi, de Philippa Gregory – 660 pages, 16/20 : ma chronique ici → Un homme dangereux, d’Emilie Frèche – 284 pages, 17/20 : ma chronique ici → Insaisissable, tome 3 : Ne m’abandonne pas, de Tahereh Mafi – 398 pages, 10/20 : la grosse déception du mois… : ma chronique ici → Toute la lumière que nous ne pouvons voir, d’Anthony Doerr – 600 pages, 17/20 : ma chronique ici → Charlotte, de David Foenkinos – 224 pages, 18/20 : ma chronique ici → Les Outrepasseurs, tome 1 : Les Héritiers, de Cindy Van Wilder – 347 pages, 17/20 : ma chronique ici → L’héritage Boleyn, de Philippa Gregory – 535 pages, 17/20 : ma chronique ici […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s