L’illusion délirante d’être aimé, de Florence Noiville

9782234073401-X_0Décidément, cette rentrée littéraire 2015 est pleine de bonnes surprises ! Après mon engouement pour Un homme dangereux d’Emilie Frèche, je me suis jeté sur le dernier roman de Florence Noiville, dont j’avais entendu beaucoup de bien sur la blogosphère et dans la presse.

L’histoire
Le syndrome de Clérambault est la conviction délirante, illusoire, d’être aimé de quelqu’un. Intéressée par les liens entre littérature, neurosciences et psychanalyse, la romancière et journaliste Florence Noiville illustre dans son nouveau roman les mécanismes et les répercussions de ce syndrome, qui peut entraîner vers la jalousie extrême, voire la folie meurtrière.Journaliste et écrivain, Laura Wilmote prend conscience qu’elle se trouve piégée par C., une ancienne amie d’enfance, devenue sa collègue : celle-ci s’habille pareillement, la harcèle de messages, distille de fausses informations sur internet. Peu à peu, Laura se sent dépossédée de son identité, de sa liberté, d’autant plus violemment qu’elle est la seule à percevoir la relation infernale qui se joue malgré elle. C’est en interrogeant divers spécialistes qu’elle découvre les travaux du psychiatre Gaëtan Gatian de Clérambault. Comment sortir des filets d’une telle relation destructrice ? Comment ne pas se laisser contaminer par la folie ? L’ illusion délirante d’être aimé nous offre un subtil et troublant jeu de rôles, et des retournements inattendus.

Ce que j’en ai pensé
J’ai été totalement happée dès les premières pages par ce brillant roman. Une plume aérée, concise, sans phrases trop longues, et surtout, un sujet délirant (c’est le cas de le dire) : le syndrome de Clérambault, ou « l’illusion délirante d’être aimé ». Imaginez-vous qu’une personne x ou y, peut-être juste croisée dans la rue, se mette d’un seul coup à penser que vous l’aimez ? Que si vous le niez, cela ne peut sembler à ses yeux qu’une preuve supplémentaire de votre amour ? On imagine facilement l’angoisse que cela peut déclencher.

Et c’est le principal sentiment que j’ai ressenti à la lecture de ce roman : l’angoisse. Dès les premières lignes, l’angoisse teintée de paranoïa s’insinue brutalement, et on se retrouve directement dans le cœur du sujet. Tout le bénéfice en revient, de manière complémentaire au sujet traité, à la brillante plume de Florence Noiville. En effet, de la même manière que Laura, personnage principal du roman, n’entretient pas de relation particulièrement proche avec ses collègues, celle qui va se prendre de passion pour elle est appelée C. Comme un moyen de ne pas la considérer comme personne(age), mais uniquement comme une malade. Les seuls moments où nous en apprenons un peu plus sur ce personnage, c’est quand le personnage de Laura se rappelle de ses études avec celle-ci, et l’intimité qu’elles ont pu partager pendant cette période.

Toutefois, le personnage de Laura m’a laissée totalement perplexe. J’ai du mal à imaginer qu’une personne puisse être à ce point solitaire. En effet, même si Laura semble épanouie en tout point (beau travail à la télévision, relation sérieuse), elle n’hésite pas à tout plaquer sans rien dire à personne, à laisser beaucoup de personnes souffrir, uniquement pour pouvoir essayer de s’en sortir. Et là, je n’ai pas compris. Même si j’ai aimé la fin, je n’ai pas du tout adhéré à la méthode…

Je me suis également posé la question, au milieu du roman, si l’auteure n’était pas en train de me mener en bateau et si au final elle n’allait pas nous annoncer que Laura se faisait des films sur Clérambault alors qu’elle devenait au final totalement paranoïaque… J’ai aimé cette ambiguïté, voulue ou pas (c’est peut-être moi qui suis allée un peu loin, sûrement même), et il n’y a véritablement que la fin qui m’a rassuré.

Je conseille véritablement cette lecture, certes angoissante mais terriblement prenante, et découvrirais avec plaisir les autres œuvres de Florence Noiville !

17/20

Publicités

2 réflexions sur “L’illusion délirante d’être aimé, de Florence Noiville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s