Ave, César !, de Joel et Ethan Coen

294669Quand j’ai vu la bande-annonce d’Ave, César !, je me suis dit que ce film allait être un gros délire. Je ne suis pas spécialement fan des films des frères Coen, mais là le sujet avait l’air excellent, et les scènes très prometteuses. Je me suis donc précipitée ce week-end dans mon petit cinéma municipal pour voir ce que ça donnait…

L’histoire
La folle journée d’Eddie Mannix va nous entraîner dans les coulisses d’un grand studio Hollywoodien. Une époque où la machine à rêves turbinait sans relâche pour régaler indifféremment ses spectateurs de péplums, de comédies musicales, d’adaptations de pièces de théâtre raffinées, de westerns ou encore de ballets nautiques en tous genres. Eddie Mannix est fixer chez Capitole, un des plus célèbres Studios de cinéma américain de l’époque. Il y est chargé de régler tous les problèmes inhérents à chacun de leurs films. Un travail qui ne connaît ni les horaires, ni la routine. En une seule journée il va devoir gérer aussi bien les susceptibilités des différentes communautés religieuses, pour pouvoir valider leur adaptation de la Bible en Technicolor, que celles du très précieux réalisateur vedette Laurence Laurentz qui n’apprécie que modérément qu’on lui ait attribué le jeune espoir du western comme tête d’affiche de son prochain drame psychologique.Il règle à la chaîne le pétrin dans lequel les artistes du studio ont l’art et la manière de se précipiter tous seuls. En plus de sortir une starlette des griffes de la police, ou de sauver la réputation et la carrière de DeeAnna Moran la reine du ballet nautique, Eddie Mannix va devoir élucider les agissements louches du virtuose de claquettes, Burt Gurney. Cerise sur le gâteau, il a maille à partir avec un obscur groupuscule d’activistes politique qui, en plein tournage de la fameuse superproduction biblique AVE CÉSAR lui réclame une rançon pour l’enlèvement de la plus grosse star du Studio, Baird Whitlok. Le tout en essayant de juguler les ardeurs journalistiques des deux jumelles et chroniqueuses ennemies, Thora et Thessaly Thacker. La journée promet d’être mouvementée.

Ce que j’en ai pensé
Ce film a malheureusement été une déception pour moi. J’avais beaucoup d’attentes suite à la bande-annonce, qui n’ont pas du tout été satisfaites.

Première déception : le casting. L’affiche est plus qu’alléchante : Clooney, Tatum, Brolin et Johansson en tête d’affiche, la folie ! Alors certes le casting est grandiose, mais dans une très petite mesure… Ne vous attendez pas à voir Channing Tatum et Scarlett Johansson plus de 5 minutes à l’écran chacun… Dommage car leurs rôles sont bons (Scarlett Johansson est excellente dans son rôle de faux ange à l’accent de poissonnière).

Deuxième problème du film pour moi : l’intrigue. On est censé suivre Eddie Mannix, dont le métier est de régler tous les problèmes d’un studio hollywoodien des années 50 et de s’assurer que tout roule, les tournages comme l’image de ses acteurs. Ce qui fait qu’on suit une assiste à une multitude de scénettes, sympathiques, mais sans enjeu. Donc on assiste à une scène de tournage, ça coupe, on quitte le plateau, et on n’entend plus parler du film ou des acteurs par la suite… Un peu étrange donc…
On suit en parallèle le personnage de George Clooney, qui reprend Charlton Heston dans Ben Hur soyons clairs, énorme star de son époque, qui est enlevé en plein tournage. Qui, où, comment, on le découvre d’une façon surprenante, qui m’a déconcertée. Et donc la révélation finale m’a fait l’effet d’un soufflé : ça gonfle pendant 1h20, et ça retombe totalement les 10 dernières minutes…!

Toutefois j’ai aimé certains aspects de ce film, notamment son univers : celui d’un studio de cinéma. On découvre les multiples studios, les coulisses des tournages, les manipulations des studios pour revoir l’image des acteurs, les relations avec les prémices de la presse people, etc. Tout cela est vraiment sympathique à voir, et on sent que les frères Coen ont cherché à travers ce film à rendre une espère d’hommage à l’âge d’or du cinéma hollywoodien.

Ave, César ! est un film sympathique, mais qui m’a pas mal déçu par le manque d’enjeu du film, le traitement étrange de la révélation finale, et le « mensonge » (même si le mot est fort) de l’affiche qui nous promet des têtes d’affiche, dont on ne voit la plupart que quelques instants à l’écran…

13/20

Publicités

14 réflexions sur “Ave, César !, de Joel et Ethan Coen

  1. Mince, j’avais très envie de le voir le WE dernier avant de me décider pour Zootopie… Je pense zapper du coup, je le regarderai sur internet ou à la télé quand il passera. Dommage, mais les critiques que j’ai pu lire sont tout sauf élogieuses.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s