Le Parfum, de Patrick Süskind

Le Parfum, c’est LE livre qui figure dans toutes les listes de livres à lire avant de mourir ! Je l’ai trouvé en brocante il y a quelques années, mais je n’avais jamais osé me lancer dans sa le-parfum-712712lecture. Donc quand j’ai vu que La Critiquante organisait une lecture commune autour de ce roman, j’ai saisi l’occasion de le sortir de ma PAL, où il prenait un peu la poussière…

L’histoire
Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque.
Il s’appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n’aurait pas survécu. Mais Grenouille n’avait besoin que d’un minimum de nourriture et de vêtements et son âme n’avait besoin de rien. Or, ce monstre de Grenouille, car il s’agissait bien d’un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde, et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout puissant de l’univers, car « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le cœur des hommes ».

Mon avis
En ouvrant ce livre, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Je savais que l’histoire allait porter sur la parfumerie, et d’un tueur en série, mais c’est tout. C’est donc pleine d’enthousiasme que j’ai commencé ce roman. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai été surprise dès ses premières lignes !

Nous suivons le parcours de Jean-Baptiste Grenouille, être très particulier doté d’un odorat ultra développé, et qui ne trouve de sens à son existence qu’en explorant l’univers des odeurs, jusqu’à trouver le parfum ultime. L’intrigue porte donc sur cette recherche du parfum ultime par Grenouille, et toutes les atrocités qu’il mettra en œuvre pour y parvenir.

Et c’est là que ça n’a pas collé. Car malgré la plume très belle, l’originalité du récit et du personnage, je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire. Car l’intrigue ne m’intéressait pas. Il n’y a que la fin du roman, les 50 dernières pages (sur 300), que je n’ai pas pu lâcher… Ce n’est pas que l’histoire souffrait de longueurs, du tout, mais j’ai trouvé qu’il ne se passait franchement pas grand chose tout au long de ces 300 pages…

Et ça m’énerve de ne pas avoir aimé, car c’est vraiment un excellent livre. Même si ça ne l’a pas fait avec moi, je ne peux pas dire que ce roman est mauvais. Au contraire, il est brillant ! La plongée dans l’univers de la parfumerie est saisissante, je m’imaginais parfaitement dans les ateliers des parfumeurs parisiens, et réaliser toute cette chimie entre les senteurs.
Le personnage de Grenouille est vraiment très original, le genre de personnage qui est toujours traité au second plan dans les thrillers traditionnels, et qui là se retrouve personnage principal, même s’il est impossible de s’attacher à lui.
La plume de Patrick Süskind est très moderne, corrosive et clinique à la fois, à l’image de son personnage principal, et m’a beaucoup plu.

Mais malgré tous ces bons points, je n’ai pas réussi à m’intéresser plus que nécessaire au destin de Grenouille et à sa quête ultime… Dommage !

14/20

Publicités

21 réflexions sur “Le Parfum, de Patrick Süskind

  1. Bonjour et Merci beaucoup pour votre avis, votre ressenti qui ne me donnent pas du tout envie de lire ce livre… histoire trop… moche. Peut-être qu’un jour le lirai-je… pour l’instant, je le laisse aux oubliettes.

    Aimé par 1 personne

  2. Pour ma part, ce livre avait été un véritable coup de coeur quand je l’ai lu. J’ai trouvé que la construction et l’écriture relevait du génie. Après, je comprends également ton point de vue et encore heureux que les goûts et les avis diffèrent, sinon il n’y aurait aucun dialogue ^^

    Aimé par 1 personne

  3. C’est très agaçant de ne pas accrocher avec un bon livre, j’ai rarement eu cette impression, mais à chaque fois, j’étais presque furieuse!
    Je l’ai lu en allemand pour l’école ce roman, j’avais beaucoup aimé!

    Aimé par 1 personne

  4. C’est dommage en effet que tu n’aies pas accroché à l’histoire. J’ai lu ce roman il y a très longtemps (je n’ai pas vu le film) mais je me souviens avoir adoré l’écriture, l’originalité de l’intrigue et la construction du personnage. En même temps, je reconnais que c’est un roman très déstabilisant. Merci pour ta critique, c’est toujours intéressant de confronter les points de vue.

    Aimé par 1 personne

  5. Le début m’avait paru très long aussi, notamment toute la partie qui traite de son enfance jusqu’à la quasi fin de son apprentissage. D’ailleurs, j’ai été surprise en lisant dans ta chronique le nombre de pages que le roman faisait. Il me semblait que c’était plutôt un pavé… Par contre, j’ai complètement adhéré à la suite du livre.

    Aimé par 1 personne

  6. Le livre est dans ma PAL. En soi ça ne me choque pas qu’il ne « se passe pas grand chose », sachant que le film est plutôt lent également 🙂
    J’ai quand même hâte de découvrir la plume de Patrick Süskind !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s