Les loges du mal, d’Enzo Bartoli

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de bénéficier d’un envoi de la part des éditions c5e04af61668174cb3944eb774f111ed_LAmazon (et oui !) et du site Babelio grâce à l’opération Masse Critique. Ce livre, c’était Les Loges du Mal, qui m’avait charmé par sa couverture et les premières lignes de son résumé : l’assassinat d’un comédien dans sa loge du Palais Royal. Je lis peu de romans policiers, le dernier lu était un Fred Vargas au mois de janvier ; mais c’est un genre que j’apprécie. Je me suis donc plongé avec plaisir dans ce court roman de 230 pages !

L’histoire
Dans sa loge du théâtre du Palais Royal, l’acteur Albin Clavel est retrouvé brutalement assassiné, quelques minutes seulement avant la représentation. Qui peut bien être l’auteur de cette mise en scène sordide ? Face à cette nouvelle énigme, la Brigade Criminelle du 36 quai des Orfèvres piétine.
Les enquêteurs découvrent cependant que la victime avait un comportement étrange ces derniers mois… Notamment depuis la parution dans la presse d’un article sur le festival d’Avignon, rappelant au comédien ses débuts tumultueux.
Enzo Bartoli nous livre ici un roman policier sombre au réalisme étonnant. Dans ce monde particulier qu’est celui du théâtre, il nous invite à découvrir l’envers du décor…

Mon avis
J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, qui ne restera pas certes dans les annales du polar français, mais qui reste sympathique. Il a réussi son boulot, à savoir me faire suivre avec pas mal de curiosité une enquête criminelle menée par une brigade du 36 Quai des Orfèvres.

Et c’est justement grâce à cette brigade que mon intérêt pour cette lecture était important. C’est ce qui fait tout l’esprit des romans policiers, les personnages de la brigade et leur cohésion d’équipe. Et j’ai totalement adhéré à cet esprit de brigade, j’ai beaucoup apprécié tous les personnages qui menaient l’enquête, et c’est le gros gros point positif de cette lecture à mon avis.

Au-delà des personnages policiers, j’ai également découvert des personnages « témoins » assez intéressants, avec un historique intéressant et bien encadré dans l’enquête. On plonge dans le Festival d’Avignon de 1986, avec les off et les désillusions des carrières artistiques, et c’est assez intéressant.

Au niveau de l’enquête, je dois bien l’avouer, je n’ai rien trouvé de transcendant… Un meurtre, plusieurs indices, une avancée rapide… J’avais deviné les principaux rebondissements de l’enquête bien en amont, idem pour l’identité du meurtrier… Un peu dommage, ça a manqué d’éléments de surprise selon moi. En même temps, le roman est très court avec ses 230 pages. Toutefois, j’ai beaucoup apprécié d’intégrer le monde du théâtre sur ces quelques pages.

J’ai également beaucoup apprécié la plume d’Enzo Bartoli. Le roman se lit tout seul, très rapidement, très facilement. J’aurais toutefois apprécié un épilogue plus détaillé, et plus de « détails » sur le dénouement de l’enquête.

J’ai vu que d’autres tomes sur cette même brigade du 36 avaient été publiés (au format numérique, donc compliqué pour moi de les lire car je n’ai pas de liseuse) avec de bons avis. Si je peux me les procurer, je me laisserai tenter.

13/20

tous les livres sur Babelio.com
Publicités

5 réflexions sur “Les loges du mal, d’Enzo Bartoli

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s