Infiltrator, de Brad Furman

Et bien et bien, ça faisait bien longtemps qu’un article Cinéma n’avait pas été posté ici ! 033361.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxMea culpa, je n’ai pas réussi à franchir le seuil d’une salle de cinéma depuis 3 mois… Mais ce problème est maintenant résolu, et je vais tenter d’aller voir un film par semaine sur grand écran !

La semaine dernière, sur un coup de tête, je suis allée voir Infiltrator, dont la bande-annonce m’avait intrigué, autant que le casting : Diane Kruger, John Leguizamo et surtout Bryan Cranston dont j’admire beaucoup les choix de carrière.

L’histoire
L’agent fédéral Bob Mazur a pour mission d’infiltrer le cartel de drogue de Pablo Escobar. Son but : faire tomber 85 barons et une banque internationale. Son plan : s’inventer un passé, une identité, une fiancée. Son risque : le moindre faux pas lui serait fatal.

Mon avis
Globalement, j’ai bien aimé ce film… mais je sais que dans quelques semaines, je l’aurai oublié. Pourtant, l’histoire est convaincante, car basée sur une histoire vraie : celle de l’infiltration d’un agent au sein du cartel de Medellin, dirigé par Pablo Escobar.

Nous suivons donc l’évolution de cet agent au sein de ce monde de fous, entre rencontres dangereuses, menaces, gros billets, et esprit de famille omniprésent. Je trouve toujours intéressant de découvrir l’organisation des cartels dans les films, d’autant plus dans ce film-ci.

L’angle de l’intrigue est par ailleurs un point de vue financier : faire tomber le trafic via ce qui le fait fonctionner, l’argent. Généralement, les films d’infiltration se contentent de nous montrer l’aspect plus brutal du commerce, les infiltrés jouant généralement le rôle de revendeur. Ici, c’est le blanchiment d’argent qui est au cœur de l’enquête, et les nombreuses niches exploitées par les cartels pour mettre leur argent à l’abri un peu partout dans le monde, notamment là où on ne s’y attendrait pas…

Toutefois, je reste un peu sur ma fin sur plusieurs aspects. Pour moi, ce film manque cruellement de tension. Il y a un peu de suspense, mais la tension qui fait généralement la force de ces films noirs a ici beaucoup manqué. Je pensais atteindre une apothéose au moment de la scène finale… mais non… J’aurais également beaucoup aimé que les problèmes familiaux causés par cette enquête à notre agent soient davantage traités.

J’ai tout de même passé un bon moment devant ce film, qui se laisse regarder grâce à son casting brillant !

14/20

Publicités

4 réflexions sur “Infiltrator, de Brad Furman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s