Siegfried, tomes 2 et 3, d’Alex Alice

De temps en temps, entre deux bons romans, ça fait du bien de lire quelques bandes dessinées. Je n’ai jamais été une grande adepte du genre, j’ai lu pas mal de mangas quand j’étais plus jeune (et je suis encore quelques sagas maintenant), mais la bande dessinée, je n’ai jamais trop accroché. Mais en me renseignant un peu plus, j’ai réalisé que je passais à côté de quelques pépites. C’est comme ça que j’ai découvert Siegfried, une trilogie d’Alex Alice, dont j’avais bien apprécié le tome 1 lu il y a quelques mois (cliquez ici pour lire ma chronique). Et quand j’ai vu que ma médiathèque avait la suite, forcément, je n’ai pas hésité longtemps avant de l’emprunter !

L’histoire
La quête commence ! Siegfried l’enfant loup et Mime le Nibelung quittent le territoire de l’enfance pour s’aventurer dans un monde inconnu, depuis les ténèbres de la Forêt Interdite jusqu’aux vertigineux Pics des Géants, et au-delà vers le territoire du dragon. Quand la quête initiatique, l’histoire d’amour déchirante, l’aventure merveilleuse et la pure comédie se mêlent, le récit épique prend toute sa dimension. Tandis que les dieux se déchirent, le sort de l’univers se joue dans le coeur de la Walkyrie.

Mon avis
Il est plus simple pour moi de chroniquer tome par tome, c’est donc ainsi que je procéderai.

TOME 2
Malheureusement, ce tome 2 a été une petite déception. C’est un tome de transition, et ce qui peut entraîner des longueurs dans les romans donne ici lieu, au contraire, à des transitions bien trop rapides entre les situations. Certaines ellipses temporelles donnent un angle et un rythme très étranges à l’histoire, et j’ai bien moins accroché à ce tome-ci. Par contre, j’ai adoré le personnage de la Walkyrie !

14/20

TOME 3
Mais heureusement, le tome 3 a rehaussé le niveau ! Car je l’ai adoré ! Même si l’affrontement final m’a laissé sur ma faim, j’ai trouvé que le trait de crayon avait vraiment évolué par rapport au tome 1, et que les émotions étaient retranscrites avec bien plus de réalisme et de réussite que dans les tomes précédents.

J’ai également trouvé que ce dernier tome était bien plus poétique que les deux autres, avec une connaissance plus approfondie des relations entre les Dieux, et entre Siegfried et Mim. Tous les personnages m’ont émue à leur manière, grâce à la beauté des planches d’Alex Alice, ce qui fait que j’ai dévoré ce tome, qui reste pour moi le meilleur de la saga !

17/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s