Les Animaux Fantastiques, de David Yates

Après des mois d’attente, Les Animaux Fantastiques est enfin sorti ! Et j’ai eu le plaisir de le les-animaux-fantastiques-affiche-francaise-rc3a9vc3a9lc3a9edécouvrir sur grand écran, le lendemain de sa sortie, lors d’une séance toute calme en plein après-midi en pleine semaine ! La bande-annonce était prometteuse, et je dois avouer que je ne résiste pas à Eddie Redmayne, que dégage une aura très particulière à laquelle je suis extrêmement sensible. J’étais donc quasiment acquise au film ! Le meilleur moyen d’être déçue par un film…

L’histoire
New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d’être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du « Moldu ») déterminé à les anéantir. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable.
Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d’un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente. Il s’agit d’une violation manifeste du Code International du Secret Magique dont se saisit l’ancienne Auror Tina Goldstein pour récupérer son poste d’enquêtrice. Et la situation s’aggrave encore lorsque Percival Graves, énigmatique directeur de la Sécurité du MACUSA (Congrès Magique des États-Unis d’Amérique), se met à soupçonner Norbert… et Tina. Norbert, Tina et sa sœur Queenie, accompagnés de leur nouvel ami Non-Maj’ Jacob, unissent leurs forces pour retrouver les créatures disséminées dans la nature avant qu’il ne leur arrive malheur. Mais nos quatre héros involontaires, dorénavant considérés comme fugitifs, doivent surmonter des obstacles bien plus importants qu’ils n’ont jamais imaginé. Car ils s’apprêtent à affronter des forces des ténèbres qui risquent bien de déclencher une guerre entre les Non-Maj’ et le monde des sorciers.

Mon avis
Quel bonheur de retrouver l’univers de la magie de JK Rowling sur grand écran ! Dès le départ, on retrouve la particularité des génériques de Harry Potter, avec le thème musical de la saga, et la présentation du contexte de l’histoire grâce à la Gazette du sorcier ! Déjà là, je tressaillais !

Puis arrive le personnage de Norbert Dragonneau… joué par le sublimement talentueux Eddie Redmayne. J’admire énormément cet acteur, et je dois dire qu’il joue à merveille le personnage de ce sorcier à la personnalité complexe et particulière. Et il a une petite tête si innocente !
Le reste du casting ne démérite pas, j’ai notamment beaucoup aimé Colin Farrell et son interprétation toute en nuances, ainsi qu’Alison Sudol qui joue Queenie, un rôle féminin qui m’a pas mal touché. Sans parler de l’apparition d’un de mes acteurs préférés de ma vie (je ne vous dirai pas qui, parce que moi-même je ne savais pas qu’il jouait dans le film, et donc c’était trop cool de le voir) : quand il a partagé un plan avec Eddie Redmayne, j’ai manqué défaillir  (et j’exagère à peine) !

147206

On découvre le monde magique américain, bien différent du monde magique britannique que nous présentait la saga Harry Potter, et c’est assez intéressant. JK Rowling, scénariste du film, est allée très loin dans le développement de son univers, allant jusqu’à donner des noms différents aux non-sorciers. On sent réellement sa fibre dans ce film, tous les détails qu’elle a pu apporter aux cadreurs, aux acteurs et au réalisateur pour les effets spéciaux, et il est certain que sans elle le film n’aurait pas été le même.

L’ambiance du film est assez sombre, bien éloignée des paillettes du premier Harry Potter par exemple, même si pas mal de touches d’humour viennent ponctuer le film. J’ai sursauté pas mal de fois (en même temps il m’en faut peu…), et certains scènes sont vraiment impressionnantes ! J’ai beaucoup aimé découvrir les animaux fantastiques, même si l’intrigue principale du film ne tourne pas entièrement autour d’eux. Certains sont vraiment impressionnants et bien pensés, et la « réserve » de Dragonneau est sublimement représentée.

FTB933_FBST_DTR4 2911.tif

Et évidemment, quelques allusions sont faites à des personnages que l’on connait bien (et que je tairai pour ne pas spoiler). Ce qui fait qu’on se pose plein de questions, et qu’on se dit : « Hum, vivement les prochains films pour que ce soit développé ! » !

Bref, vous l’aurez compris sans trop de mal, j’ai passé un excellent moment devant ce film, que je ne manquerai pas de revoir avant la sortie des prochains opus !

18/20

Publicités

6 réflexions sur “Les Animaux Fantastiques, de David Yates

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s