Soul Breakers, de Christophe Lambert

Il y a plusieurs mois, j’avais découvert l’univers et la plume de Christophe Lambert avec soul-breakers-862186Swing à Berlin (cliquez ici pour lire ma chronique), qui avait été une plutôt bonne lecture. Alors quand Babelio a proposé de recevoir son nouveau roman, j’ai sauté sur l’occasion ! Et là, surprise : le roman ne traitait pas de la Seconde Guerre Mondiale (thème de prédilection de l’auteur), mais d’un road trip dans l’Amérique des années 30. Raison de plus pour me plonger dans ce récit avec enthousiasme !

L’histoire
Un voyage épique dans l’Amérique des années 1930, et au cœur des âmes humaines.
USA, 1936. Des milliers d’Américains victimes de la Grande Dépression sont jetés sur les routes. Parmi eux, Teddy Gentliz, 15 ans, voyage vers la Californie avec son père et sa petite sœur Amy dans l’espoir d’une vie meilleure.
En Arizona, la famille croise un étrange groupe de forains et son charismatique chef : Sirius Huntington. Après avoir assisté à leur spectacle, Amy est soudainement frappée par un mal mystérieux… Persuadé que les forains ont volé l’âme de sa sœur, Teddy se lance à leur poursuite à travers les États-Unis. Sur son chemin, entre dangers, amitiés, amour et magie, l’adolescent va faire l’apprentissage intense du monde. Et de lui-même.

Mon avis
Je n’avais aucune attente particulière concernant ce roman… mais ça ne m’a pas empêché d’être déçue. Je n’ai pas réussi à adhérer au récit, qui souffre selon moi de trop de longueurs, de répétitions de situations inutiles, et surtout d’un mélange des genres inabouti.

Bon, commençons par les points positifs. L’intrigue initiale est vraiment très sympa, ainsi que l’univers dans lequel elle se déroule. Nous découvrons une Amérique des années 30 en pleine crise économique, où le chômage et la faim règnent. C’est une Amérique poussiéreuse, triste et grise, que nous ne sommes pas habitués à lire, surtout en littérature jeunesse.

Nous allons suivre Teddy, jeune homme que la vie n’a pas gâté, qui a bien compris du haut de ses 16 ans que la vie était loin d’être simple. Dès le départ, je me suis beaucoup attachée à lui, du fait de sa maturité et de son attachement à sa petite sœur. Durant son périple, il va croiser une multitude de personnages secondaires, dont Duca, dont j’ai énormément apprécié l’humour et l’esprit !

Par contre, j’ai eu un gros souci par rapport au rythme de lecture. J’ai trouvé que le récit souffrait d’un manque de rythme à de nombreux moments, et de trop de longueurs. On sent que Christophe Lambert tient à nous décrire les conditions de vie et de travail pendant cette période critique de l’Histoire américaine; c’est très positif pour la culture des lecteurs, mais ça fait trainer l’intrigue.
J’ai également trouvé que l’intrigue était très répétitive, et que les péripéties de Teddy ne cessaient de se répéter via le même schéma. Et c’est dommage, car au bout de la troisième fois, on sait parfaitement à quoi s’attendre.

Et surtout, je n’ai pas adhéré au mélange des genres. L’auteur mêle roman jeunesse, historique, aventure et fantastique… et c’est trop ! C’est surtout le côté fantastique qui m’a gêné à plusieurs moments, car j’ai trouvé que l’auteur s’en servait pour insérer beaucoup de facilités dans son récit sans donner d’explications (pour ceux qui l’ont lu, si quelqu’un peut m’expliquer le pourquoi de la pluie de crapauds par exemple, je suis preneuse).

Par contre, l’auteur n’hésite pas à intégrer énormément de morts à son récit, ce qui est assez inattendu et inédit pour un roman jeunesse. Les personnages subissent beaucoup d’épreuves, et ne sont pas épargnés, ce que j’ai trouvé assez audacieux.

Au final, je garde de cette lecture un sentiment assez mitigé… Dommage…

12/20

Publicités

4 réflexions sur “Soul Breakers, de Christophe Lambert

  1. Les pluies de crapauds, c’est sûrement pour insérer un élément entre le réel et le fantastique. Il existe des témoignages. Des grenouilles apparaissent en grand nombre après des périodes de grandes sécheresse. Des animaux peuvent aussi être amenés par des tornades. C’est un mélange de tout ça, je pense. Il y a des tornades dans le livre, si je me souviens bien (ou pas!).

    Aimé par 1 personne

    • Oui mais les tornades il y en a une avant, et ils expliquent que c’est une région dans laquelle il y a généralement beaucoup de tornades. Mais là la pluie de crapauds, j’ai eu l’impression que c’était juste pour faire fuir les gardes…
      Mais je sais que tu as bien aimé le livre ! 🙂 Moi le mélange des genres ne m’a pas trop plu !

      Aimé par 1 personne

      • C’est fort possible ! Là comme ça, j’ai du mal à resituer l’événement… :-s Oui, j’ai beaucoup aimé ce livre. Mais je comprends ton avis. C’est vrai qu’il était assez long. Mais du coup, j’ai aimé qu’il dure… Et le mélange des genres, il faut aimer… Des fois, ça ne marche pas 🙂

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s