Petit Pays, de Gaël Faye

Depuis sa sortie lors de la rentrée littéraire 2016, j’avais très très envie de lire Petit Pays. petit-pays-de-gael-faye-ed-grasset-224-pages-18-eurosJ’avais entendu de très bonnes critiques sur le roman, et je dois bien avouer que le Goncourt des Lycéens est un prix que je suis particulièrement, donc forcément lire le lauréat de cette année m’intéressait plus particulièrement. Je l’ai donc réservé à la médiathèque, et après une attente inteeeeerminable, j’ai enfin pu le lire !

L’histoire
En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

Mon avis
Bien que je connaisse le conflit dans ses très grandes lignes, je n’ai jamais eu l’occasion de lire d’ouvrage dédié au génocide rwandais et à la guerre civile burundaise. Et je dois avouer que pour une novice dans ce domaine géopolitique, je ne vois pas meilleur ouvrage pour faire découvrir l’horreur et l’absurdité du conflit.

Car le roman ne parle pas uniquement de guerre, il parle des racines, du sens de la famille, du racisme, du métissage, de la famille, du sens de l’amitié, du passage de l’enfance à l’âge adulte. Tout cela ajouté à l’horreur du propos donne un récit extrêmement fort, captivant et puissant.

Gaël Faye a parfaitement réussi à retranscrire le regard qu’il portait enfant sur son pays, le Burundi, et le pays de sa mère, le Rwanda. On le suit au détour des difficultés que lui cause son métissage, regarder grandir sa petite sœur, jouer avec ses copains, et le racisme ambiant. Puis arrivent l’horreur de la guerre et les répercussions sur sa vie.
On ne peut qu’être bouleversé par la vie du petit Gaby, qui va devoir grandir bien trop vite.

J’ai dévoré ce livre en une journée, j’ai voyagé dans les paysages, le rythme et les senteurs de l’Afrique, j’ai découvert à travers les yeux de Gaby les horreurs, les massacres et les vies brisées. Petit Pays est un grand roman qui ne peut laisser intact, et rappelle le pouvoir de la littérature comme moyen de voyager, s’évader, s’insurger et s’exprimer.

Publicités

14 réflexions sur “Petit Pays, de Gaël Faye

  1. Effectivement fait d’Histoire poignant repris d’une plume pleine de maturité et de recul par l’auteur. Cela fait plaisir de voir qu’on peut ainsi tourner la page (sans mauvais jeu de mot)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s