Aeternia, tome 2 : L’envers du monde, de Gabriel Katz

9782367403281Il y a quelques mois, j’avais découvert la saga Aeternia de Gabriel Katz, et était restée sur un avis assez partagé (cliquez ici pour lire ma chronique). J’ai donc revu mes attentes à la baisse pour cette suite, ne sachant pas trop à quoi m’attendre dans ce tome-ci compte tenu de la fin du premier (ceux qui l’ont lu savent !). Et c’est avec La tête dans les livres que je me suis lancées dans cette lecture !

L’histoire
C’est l’heure du duel décisif entre les deux camps qui s’entredéchirent pour la cité mère de Kyrenia. Deux champions vont s’affronter sur le sable de l’arène, un combat qui peut faire basculer le destin d’un peuple entier. Mais quelques heures à peine avant le coup de gong, le culte du Prophète a perdu son champion. Qui affrontera le Corbeau, redoutable gladiateur du Temple ?
Déchirée par les luttes de pouvoir, la plus grande cité du monde est au bord de la guerre civile. Le culte millénaire de la Grand déesse, menacé par celui d’Ochin qui se répand comme un raz-de-marée, n’a plus qu’un recours : la violence. Entre complots, combats et trahisons, chacun lutte pour sauver sa place et parfois sa vie…

Mon avis
Bien heureusement, mon avis sur ce second tome est bien meilleur que pour le premier ! J’avais trouvé le premier tome assez classique, bien qu’efficace tout de même, mais j’ai trouvé ce deuxième tome bien plus étoffé, plus rythmé et plus glauque ! Autrement dit, j’ai beaucoup apprécié ma lecture !

Ce n’était pourtant pas gagné au départ… Avec mes a priori après ma lecture en demi-teinte du premier tome, et les mois qui avaient passé entre les deux lectures, j’ai eu beaucoup de mal à me replonger dans l’univers d’Aeternia. J’ai mis environ 70 pages à me remettre dans l’ambiance, à me rappeler des personnages et de ce qui leur était arrivé dans le tome précédent. Le démarrage fut donc un peu laborieux… Mais passé ces premiers moments de doute, ma lecture fut très bonne !

J’avais déjà bien apprécié le personnage de Desmeon dans le premier tome, mais dans ce tome-ci il est exploité à sa juste valeur, et je l’en ai d’autant plus apprécié. C’est un personnage qui est loin d’être naïf, et dans ce genre d’intrigue qui tourne autour de politique, c’est très appréciable de suivre un personnage qui sait prendre du recul avec les événements. Les personnages qui pouvaient paraitre secondaires au départ deviennent primordiaux dans cette suite, révélant une intrigue assez complexe et vraiment terrible ! Je ne m’attendais pas à ce que l’intrigue prenne un tour aussi sombre, et j’ai beaucoup apprécié cela.

Le roman est très rythmé, ponctué de très nombreuses scènes d’action, de combats et de batailles. J’aime lire des romans de fantasy dans lesquels les épées sont souvent sorties de leur étui, et où le sang coule à flot ! Non non je vous rassure, je n’ai pas de problème de gestion de l’agressivité, mais j’avoue que j’aime bien quand il y a de la bataille, et là j’ai été servie, car c’est ce qui m’avait un peu manqué dans le premier !

La thématique tournant autour de la religion et de la politique développée dans le premier tome prend ici une tournure encore plus retorse, et cela aussi je l’ai beaucoup apprécié. Gabriel Katz a un don pour créer des histoires complexes mais intéressantes de par les problématiques qu’il soulève, et ici le tout prend une tournure terrible qui m’a extrêmement plu ! Aeternia démontre en effet comme il peut être simple de soulever des mouvements populaire par quelques artefacts bien recherchés, à quel point certaines croyances peuvent entrainer des déviances, combien les élites n’hésitent pas à sacrifier le bas peuple…
Sans compter LA révelation qui tombe en fin de roman, qui m’a totalement soufflée malgré les indices disséminés au fil des chapitres, et dont je ne suis toujours pas remise. Et ces ultimes phrases de fin qui ont fait que l’auteur s’est pris quelques noms d’oiseaux pas commodes quand j’ai refermé le livre…!

Bon, j’avoue, j’aurais aimé que le monde d’Aeternia soit un peu plus développé… C’est quand même le titre de la saga principale, et j’ai trouvé un peu dommage que l’auteur ne nous en dévoile qu’un si mince aperçu.

Vous l’aurez compris, les deux jours passés en compagnie de ce deuxième tome ont été très agréables : je n’ai pas vu ma lecture passer, j’ai vibré, été surprise, déçue, énervée et effarée… Bref, ce fut un bon moment de lecture !

Pour lire la chronique de La tête dans les livres, cliquez ici !

6 réflexions sur “Aeternia, tome 2 : L’envers du monde, de Gabriel Katz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s