Pile à lire mensuelle : Ces livres que j’aimerais lire en Novembre…

hello_november

Je ne sais pas pour vous, mais moi je lis beaucoup plus pendant les saisons froides. Les soirées lectures cosy sous le plaid, moi j’adore ! Je prévois donc pas mal de lecture pour le mois de novembre !

Ce mois-ci, ma résolution est de me consacrer en grande partie à mon challenge ABC ! Parce que j’en ai assez, que j’ai envie de trainer tous ces romans qui me tentent tous ! Ils trainent depuis plus d’un an dans ma pile à lire, et je profite de ce challenge pour découvrir tous ces beaux ouvrages !

J’ai également quelques livres reçus via NetGalley et des emprunts médiathèque à découvrir, je ne vais donc pas m’ennuyer !

Voici les romans qui m’accompagneront ce mois-ci :

516zkeqw65lThe Vanishing Girl, tome 2 : The Decaying Empire, de Laura Thalassa – 396 pages, Editions Amazon Crossing
Je compte lire le premier tome ce week-end, et je compte donc bien continuer la saga ce mois-ci grâce à NetGalley !
Entraînée au métier d’espionne par le gouvernement américain qui utilise sa faculté à se téléporter pour mener des missions à haut risque, Ember Pierce se réveille dans un hôpital de Los Angeles. Elle ne se souvient que de l’essentiel : elle a été piégée et sa dernière mission aurait dû lui coûter la vie.
Utilisant ses facultés de téléportation, elle réapparaît dans la chambre de Caden Hawthorne qui a passé ces dix derniers mois à la croire morte. La jeune femme fantomatique qu’il voit ne ressemble plus à celle de ses souvenirs : ses cheveux sont plus longs, sa peau est plus pâle et son regard est hanté. Lorsqu’Ember lui révèle qu’une personne de confiance l’a trahie, une seule échappatoire s’offre désormais à eux. Sans savoir qui est leur ami et qui est leur ennemi, Ember et Caden se lancent dans la mission la plus périlleuse de leur vie : rester ensemble et survivre.

***********************

9782213705347-001-tLibérées ! : Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, de Titiou Lecocq – 238 pages, Editions Fayard
Comment ne pas craquer devant ce titre, ce résumé et cette couverture, franchement ?
« Un jour, je me suis demandée : pourquoi est-ce moi qui ramasse les affaires qui traînent ? Je n’ai trouvé qu’une seule réponse. Parce que je suis une femme qui vit avec un homme et deux enfants et que, conséquemment, les corvées, c’est pour ma gueule.
Être une femme, ce n’est pas seulement l’idéal de minceur et de cheveux qui brillent, c’est le souci permanent des autres et du foyer, c’est être sans cesse ramenée à la saleté, aux taches, à la morve. L’égalité serait déjà là, mais les femmes conservent la conviction intérieure qu’elles doivent s’occuper de tout et tout le monde, et d’elles en dernier, s’il reste cinq minutes à la fin de leur triple journée.
Cette féminisation de la sphère privée implique une autre conséquence : l’espace public est toujours masculin. Peut-on se dire égaux quand la moitié de la population adapte ses vêtements en fonction des transports et fait attention à ne pas être seule la nuit dans la rue ? Et si le combat féministe devait encore et toujours se jouer dans la vie quotidienne de chacune et chacun, chez soi, dans sa propre maison, devant le panier de linge sale ?

***********************

arton804Bakhita, de Véronique Olmi – 455 pages, Editions Albin Michel
L’auteure sera présente chez mon libraire ce mois-ci, j’ai donc emprunté Bakhita à la médiathèque pour pouvoir en discuter avec elle ! En plus ce roman est LE roman qui fait le plus parler de lui en cette rentrée littéraire, j’ai donc hâte de le découvrir à mon tour !
Bakhita, née au Darfour au milieu du XIXe siècle, est enlevée par des négriers à l’âge de 7 ans. Revendue sur un marché des esclaves au Soudan, elle passera de maître en maître, et sera rachetée par le consul d’Italie. Placée chez des religieuses, elle demande à y être baptisée puis à devenir soeur.

***********************

9782070424191La joueuse de Go, de Shan Sa – 326 pages, Editions Folio
Un roman que ma copine Mademoiselle L Bouquine m’a prêté il y a déjà trèèèèès longtemps, et que je vais enfin lire ! J’aime énormément les romans historiques asiatiques, j’ai donc hâte de m’y plonger !
Depuis 1931, le dernier empereur de Chine règne sans pouvoir sur la Mandchourie occupée par l’armée japonaise. Alors que l’aristocratie tente d’oublier dans de vaines distractions la guerre et ses cruautés, une lycéenne de seize ans joue au go.
Place des Mille Vents, ses mains infaillibles manipulent les pions. Mélancolique mais fiévreuse, elle rêve d’un autre destin. « Le bonheur est un combat d’encerclement ». Sur le damier, elle bat tous ses prétendants. Mais la joueuse ignore encore son adversaire de demain : un officier japonais dur comme le métal, à peine plus âgé qu’elle, dévoué à l’utopie impérialiste. Ils s’affrontent, ils s’aiment, dans un geste, jusqu’au bout, tandis que la Chine vacille sous les coups de l’envahisseur qui tue, pille, torture.

***********************

9782757824863Sombre Sentier, de Dominique Manotti – 416 pages, Editions Points
Un roman qui m’avait été offert à Saint-Maur en Poche 2016… et qui sera l’occasion parfaite de découvrir une nouvelle auteure française de romans policiers ! Sachant qu’en plus ce roman a reçu le Prix Sang d’Encre, il ne m’attire que davantage !
Métro Sentier, soleil à son Zénith. Ils sont là pour régulariser leur situation. Ils sont turcs, clandestins et travaillent dans la confection. Dans leur atelier, la police découvre le corps d’une jeune prostituée et des traces d’héroine. Entre trafic de drogue, mafiaq et corruption, le commissaire Daquin et son indic au charme envoutant se lancent dans le grand nettoyage de printemps.

***********************

the-generations,-tome-1---alive-729773The Generations, tome 1 : Alive, de Scott Sigler – 463 pages, Edition Lumen
Comme d’habitude, j’arrive 654643 ans après que tout le monde ait lu les livres… Mais il n’est jamais trop tard n’est-ce pas ?! Je compte donc bien commencer cette saga de science-fiction jeunesse qui a beaucoup fait parler d’elle en bien à sa sortie !
Em se réveille dans les ténèbres, seule, entravée dans un espace confiné qui ressemble à un sarcophage. Elle sait que c’est le jour de son anniversaire mais… c’est tout. Elle ne se rappelle ni son nom, ni ce qu’elle a fait la veille, ni le visage de ses parents. Elle n’y comprend absolument rien. Lorsqu’elle parvient, à force de volonté, à se libérer de ce piège, elle découvre, autour d’elle, onze autres cercueils, dont certains occupants sont encore en vie. Une initiale et un nom de famille sont gravés sur chaque sarcophage.
La jeune fille prend la tête du petit groupe d’adolescents – qui pensent tous avoir douze ans, mais qui en paraissent plutôt dix-sept – et découvre un labyrinthe de couloirs poussiéreux, constellés par endroits d’ossements. Se trouvent-ils sous terre ? Y a-t-il d’autres survivants ? Comment trouver eau et nourriture ? Et surtout : qui sont-ils, quels sont ces étranges symboles qui marquent leur front, comment se sont-ils donc retrouvés là ?

***********************

les-etoiles-de-noss-head-tome-1-VertigeLes étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige, de Sophie Jomain – 347 pages, Editions J’ai Lu
Alors là, j’avoue que c’est un roman qui me fait peur. J’ai peur de ne pas du tout adhérer à l’histoire, et que je sois trop vieille pour lire ce genre de romance paranormale. A voir…
Hannah, bientôt dix-huit ans, était loin d’imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont se transformer en véritable conte de fées, puis en cauchemar… Tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l’inimaginable, car les légendes ne sont pas toujours ce qu’on croit.
Leith, ce beau brun ténébreux, mystérieux, ne s’attendait pas non plus à Hannah. Il tombe de haut, l’esprit a choisi : c’est elle, son âme soeur. Pourra-t-il lui cacher ses sentiments encore longtemps ? Osera-t-il lui avouer qu’il n’est pas tout à fait humain ?
Il le devra, elle est en danger et il lui a juré de la protéger, toujours…

***********************

85396027_oPourquoi pas ?, de David Nicholls – 456 pages, Editions 10/18
J’ai quatre romans de David Nicholls chez moi, et je n’en ai encore lu aucun… J’ai donc décidé de découvrir l’auteur non pas avec Un jour, son roman le plus connu, mais avec Pourquoi pas ?.
Bristol, 1985. L’université ! Brian Jackson s’y voyait déjà : une vie d’étudiant sans contrainte, une sexualité débridée, des amis par centaines, un diplôme en or, qui serait suivi d’une entrée fracassante dans la vie active. Oui, mais voilà, la réalité est loin d’être aussi idyllique. Une acné récalcitrante, des fringues informes chinées aux puces, une spécialisation dans la très moyenne et très populaire section de littérature anglaise, pas un sou en poche et une passion farouche pour Kate Bush.
Un seul véritable talent : une culture générale qui ferait de lui le candidat idéal pour participer au « Questions pour un champion » local, le quiz télévisé « University Challenge ». Recruté dans l’équipe in extremis, Brian est bien décidé à remporter le trophée et le coeur de la belle et riche Alice, aspirante actrice. Pour l’aider dans sa mission, Rebecca, punkette grande gueule, juive marxiste, improvisée conseillère en relations sociales et sentimentales.
Enfin la chance semble lui sourire ? Mais lorsque vous vous appelez Brian Jackson, la malchance finit toujours par se rappeler cruellement à vous.

***********************

41pgBQI8thL._SX307_BO1,204,203,200_Au pays des kangourous, de Gilles Paris – 220 pages, Editions J’ai Lu
J’ai trois romans de Gilles Paris dans ma pile à lire (!!!) et je n’en ai encore lu aucun. Bulledop avait recommandé celui-ci, donc je me lance ! 
Simon, neuf ans, vit avec son père Paul et sa mère Carole dans un vaste appartement parisien au Trocadéro. Mais le couple n’en est plus un depuis longtemps. Paul est écrivain, il écrit pour les autres. Carole, femme d’affaires accomplie, passe sa vie en Australie, loin d’un mari qu’elle n’admire plus et d’un enfant qu’elle ne sait pas aimer. Le jour où Paul est interné pour dépression, l’enfant sans mère est recueilli par Lola, grand-mère fantasque, adepte des séances de spiritisme avec ses amies « les sorcières », et prête à tout pour le protéger.
Dans les couloirs trop blancs des hôpitaux, il rencontre aussi l’évanescente Lily, enfant autiste aux yeux violets qui semble bien résolue à lui offrir son aide. Porté par l’amour de Lily, perdu dans un univers dont le sens lui résiste, Simon va tâcher, au travers des songes qu’il s’invente en fermant les yeux, de mettre des mots sur la maladie de son père, jusqu’à toucher du doigt une vérité indicible.

***********************

amoursAmours, de Léonor de Recondo – 207 pages, Editions Points
Encore un roman que j’ai acheté à sa sortie au format poche (cette couverture !!!), qui est très court, et que je n’ai pas encore pris le temps de lire ! 
Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un riche notaire et que les choses du sexe plongent dans l’effarement, à prendre en mains sa destinée. Surtout pas son trouble face à l’inévitable question de l’enfant qui ne vient pas. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l’héritier Boisvaillant tant attendu.
Comme elle l’a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s’apprête à enfouir le secret de famille. Mais Victoire ne sait comment s’y prendre avec le nourrisson. Personne n’a le droit d’y toucher et Anselme est prié de s’installer sur un lit de camp dans son étude. Le petit Adrien dépérit dans le couffin glissé sous le piano dont sa mère, qui a bien du mal à s’inventer dans ce rôle, martèle inlassablement les touches.
Céleste comprend ce qui se joue là, et décide de porter secours à l’enfant à qui elle a donné le jour. Quand une nuit Victoire s’éveille seule, ses pas la conduisent vers la chambre du deuxième étage…

***********************

les-filles-de-mr-darcy-1437222Les filles de Mr Darcy, d’Elizabeth Aston – 480 pages, Editions Milady
Il est temps de me mettre sérieusement au challenge ABC, et je m’y remets avec la lettre A. Une petite romance historique inspirée des personnages d’Orgueil et Préjugés, de Jane Austen, que j’avais adoré, ça devrait le faire !
Vingt années après Orgueil et Préjugés, nous faisons la connaissance des cinq filles d’Elizabeth et Darcy. Alors que leurs parents sont en voyage à Constantinople, les demoiselles viennent passer quelques mois à Londres chez leur oncle Fitzwilliam. La découverte de la vie citadine, des plaisirs et des disgrâces qu’elle offre, associée au caractère fort différent de ces jeunes personnes, va mener à des aventures – et des amours – inattendues, dans un cadre particulièrement mondain, où de nombreux individus se côtoient.

********************************

La-singulière-tristesse-du-gâteau-au-citron-de-Aimee-BenderLa singulière tristesse du gâteau au citron, d’Aimee Bender – 348 pages, Editions de l’Olivier
Un roman dont le titre et la couverture toute pimpante m’avaient accroché quand je l’avais acheté, mais dont les avis un peu mitigés que j’avais pu lire par la suite m’avaient un peu découragés… Mais là j’ai bien envie de lui faire quitter ma pile à lire !
Le jour de ses neuf ans, Rose Edelstein mord avec délice dans le gâteau au citron préparé pour l’occasion. S’ensuit une incroyable révélation : elle ressent précisément l’émotion éprouvée par sa mère, alors qu’elle assemblait les couches de génoise et de crème. Sous la douceur la plus exquise, Rose perçoit le désespoir. Ce bouleversement va entraîner la petite fille dans une enquête sur sa famille. Car, chez les Edelstein, tous disposent d’un pouvoir embarrassant : odorat surpuissant ou capacité de se fondre dans le décor au point de disparaître. Pour ces super-héros du quotidien, ce don est un fardeau. Chacun pense être affligé d’un mal unique, d’un pouvoir qu’il faut passer sous silence. Comment vivre lorsque les petits arrangements avec la vérité sont impossibles ? Comment supporter le monde lorsque la moindre bouchée provoque un séisme intérieur ?

********************************

couv39246155Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais – 239 pages, Editions Sarbacane
Un roman qui fait partie de la sélection jeunesse du Prix Littéraire des Chroniqueurs Web 2017, et qui me tente énormément depuis sa sortie ! Trop hâte de le découvrir !
Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ?

********************************

Et vous, quel(s) livre(s) vous accompagneront ce mois-ci ?

27 réflexions sur “Pile à lire mensuelle : Ces livres que j’aimerais lire en Novembre…

  1. Si tu n’as toujours pas commencé The Decaying Empire et que ça te tente, on peut le lire en semble, il faut que je m’y mette moi aussi 🙂
    Le premier tome des Etoiles de Noss Head ne m’avait pas vraiment convaincue à cause de l’héroïne et sa naïveté à tout épreuve mais j’ai persévéré et après avoir lu tous les tomes, je peux te dire que la saga vaut le coup pour sa mythologie et les personnages qui font leur apparition au fil des tomes et auxquels on s’attache facilement.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s