Paroles d’honneur, de Leïla Slimani et Laëtitia Coryn

Depuis quelques temps, je suis avec assiduité les lectures communes organisées par Carnet Parisien dans le cadre de son Club de lectures féministes. Le dernier roman en date était La perle et la coquille (cliquez ici pour lire mon avis), et pour le mois de février, la bande dessinée Paroles d’honneur était à l’affiche. Ni une ni deux, j’ai foncé à la médiathèque, et ai emprunté l’ouvrage !

L’histoire

Rabat, été 2015. Suite à la parution de son livre « Dans le jardin de l’ogre », un roman cru et audacieux qui aborde la thématique de l’addiction sexuelle, Leila Slimani part à la rencontre de ses lectrices marocaines. Face à cette écrivaine franco-maghrébine décomplexée qui aborde la sexualité sans tabou, la parole se libère. Au fil des pages, l’auteur recueille des témoignages intimes déchirants qui révèlent le malaise d’une société hypocrite dans laquelle la femme ne peut être que vierge ou épouse, et où tout ce qui est hors mariage est nié : prostitution, concubinage, homosexualité.
Le code pénal punit toute transgression : un mois à un an de prison pour les relations hétérosexuelles hors mariage, six mois à trois ans de prison pour les relations homosexuelles, un à deux ans de prison pour les adultères. Soumises au mensonge institutionnalisé, ces femmes nous racontent les tragédies intimes qui égrènent leurs vies et celles des femmes qui les entourent : IVG clandestines, viols, lynchages, suicides.
Toutes sont tiraillées entre le désir de se libérer de cette tyrannie et la crainte que cette libération n’entraîne l’effondrement des structures traditionnelles. A travers cette BD, il s’agit de faire entendre la réalité complexe d’un pays où l’islam est religion d’Etat. Et où le droit des femmes passera, avant tout, par la défense de leurs droits sexuels.

Mon avis

Et bien je dois remercier chaleureusement Carnet Parisien, car sans elle je n’aurais pas lu cette bande-dessinée, qui fut une excellente découverte !

J’ai souvent du mal à comprendre l’intérêt du support de la bande-dessinée, mais ici il est parfaitement justifié, et maîtrisé. On imagine en effet mal ces femmes témoigner face caméra, ou encore lire ceux-ci sous forme d’essai. La bande-dessinée permet non seulement de faire parler directement ces femmes, mais aussi de rendre le propos plus accessible, les témoignages étant rendus encore plus attractifs par le principe de la BD.

Premier bon point de la bande-dessinée : elle est extrêmement bien écrite. Leïla Slimani maitrise les mots de manière fluide et précise, et retranscrit très bien les témoignages des femmes rencontrées. A travers leurs mots, elles nous racontent tout le paradoxe de leur culture, tiraillée entre religion et raison d’état, tradition et modernité, tabous et libertés. Des propos qui nous font réfléchir, nous révoltent, nous émeuvent et nous bouleversent.

C’est une véritable bande-dessinée documentaire sur lesquelles ont collaboré Leïla Slimani et Laëtita Coryn, livrant une oeuvre jolie et intelligente ! Car les dessins sont très agréables : sans être marquants, ils apportent une atmosphère de légèreté au récit. Le travail de la couleur est très intéressant, et j’ai beaucoup apprécié l’univers proposé par l’illustratrice.

Je ne peux que conseiller à chacun(e) de lire cette bande-dessinée, qui saura à coup sûr vous émouvoir par les mots, par le propos, par le cri de ses femmes ! Une petite merveille !

5 réflexions sur “Paroles d’honneur, de Leïla Slimani et Laëtitia Coryn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s