Le Chardonneret, de Donna Tartt

Êtes-vous team pavé ? Pour ma part j’aime beaucoup les pavés, mais je dois avouer que leur taille me freine de manière générale… Souvent je les garde pour les vacances, mais vu que j’ai peu de vacances, les pavés s’accumulent dans ma bibliothèque. L’été dernier, j’avais commencé le célèbre roman Le Chardonneret, qui a reçu le Prix Pullitzer. Et je l’avais mis en pause vers les 30%, non parce que je n’appréciais pas, mais parce que j’avais envie de lire autre chose. Et il y a quelques jours, je me suis enfin décidée à le reprendre !

L’histoire

Theo Decker a treize ans. Il vit les derniers instants de sa vie d’enfant. Survivant miraculeux d’une explosion gigantesque en plein New York, il se retrouve seul dans la ville, orphelin, et se réfugie chez les parents d’un ami pour échapper aux services sociaux. Mais cette situation ne pourra être que temporaire. Désormais Theo va comprendre très jeune, qu’il ne peut compter que sur lui-même. Tout ce qui lui reste de cette journée où il a perdu sa mère, c’est un tableau, une toile de maître minuscule, envoûtante, infiniment précieuse et qu’il n’a pas le droit de posséder. Mais il ne peut plus s’en détacher. Et elle va l’entraîner dans les mondes souterrains et mystérieux de l’art.

Mon avis

Mon avis sur ce roman va être difficile à rédiger, je le sens… J’ai bien aimé ce livre, mais je ne peux m’empêcher de me dire : « Tout ça pour ça ? » 1100 pages pour ça ? Je reste mitigée sur la longueur du roman, même si l’histoire en elle-même m’a bluffée.

J’ai été fascinée par le personnage de Theo, qui a treize ans au début du livre. C’est un personnage que l’on voit grandir, dont on partage les épreuves et les souffrances. Son adolescence fanée m’a bouleversée, et certains passages sont si éprouvants qu’ils en deviennent déroutants. Donna Tartt réussit à nous transmettre le flou total dans lequel le personnage se trouve durant tout le roman, et qui nous donne généralement envie de le secouer, de le baffer, de lui faire se rendre compte des conséquences de ses actes.

L’histoire est par ailleurs très intéressante, car à travers le parcours et les rencontres de Theo, j’ai découvert le monde très particulier du marché de l’Art. Je savais que c’était un domaine très pointu et spécial, mais l’aperçu dont j’en ai eu avec ce roman m’a écœuré. C’est un marché si peu fiable, qui semble brasser tellement de magouilles et de dollars, qu’il en parait très malsain, et entre ainsi en totale contradiction avec la beauté des œuvres qu’il concerne.

Malgré tout, selon moi, l’histoire aurait pu être encore plus puissante si le roman n’avait pas été si long. Je pense notamment à la première partie du roman, durant laquelle nous suivons Théo à New York puis à Las Vegas, qui s’étale sur 500 pages, et qui est vraiment trop longue selon moi. La deuxième partie du roman comporte bien plus d’action, et se concentre bien plus sur le tableau et le marché de l’art, ce qui m’a plus intéressé. Mais vu qu’il y a plus d’action, une certaine distance se créé par rapport au personnage de Theo, et j’aurais aimé que son rapport avec certains personnages soit un peu plus creusé.

Malgré ces longueurs, il est impossible de ne pas être touché par la puissance de l’écriture de Donna Tartt. Malgré ses 1100 pages, le roman se lit très facilement et rapidement. C’est une écriture riche mais fluide, très profonde et intense. J’ai l’impression d’avoir vécu l’adolescence de Theo avec lui, d’avoir vécu ses turpitudes et ses déceptions, ses espoirs et ses amours déçues, comme j’ai rarement vécu cela avec un roman.

Le Chardonneret est un roman qui a ses qualités et ses défauts, mais qui restera une lecture à part dans ma vie de lectrice. J’ai maintenant envie de découvrir Donna Tartt à travers ses autres œuvres !

10 réflexions sur “Le Chardonneret, de Donna Tartt

  1. L’auteure m’intrigue beaucoup. Je vois surtout passer « La Maître des illusions » mais je ne connaissais pas celui-ci. La longueur me fait un peu peur, surtout si tu dis qu’il est plutôt long.

    Aimé par 1 personne

  2. Ce livre dort sur mon étagère depuis presque un an et je dois avouer me réserver les pavés pour les vacances, tout comme toi… J’aime les histoires longues et développées mais aime aussi changer de lecture régulièrement (je suis assez contradictoire…). Mais ton article m’a remotivée et je pourrais bien me lancer cet été!! Merci!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s