Pile à lire mensuelle : Ces livres que j’aimerais lire en juillet…

hellojuly

Ca y est, nous sommes en été, et le mois de juillet signe mes congés d’été ! Je suis en ce moment en vacances dans ma famille, et ça me fait un bien fou ! Et pour cela, j’ai prévu quelques belles lectures !

the-girls-emma-cline-editions-de-la-table-ronde-e1472195631986The Girls, d’Emma Cline – 331 pages, Editions de la Table Ronde
Un roman de la rentrée littéraire de 2016, que j’ai acheté à sa sortie… et que je n’ai pas encore lu ! Mais il n’est jamais trop tard pour découvrir de bons livres, surtout que la thématique de celui-ci m’intéresse particulièrement !
Le Nord de la Californie, à l’époque tourmentée de la fin des années 1960. Evie Boyd a quatorze ans, elle vit seule avec sa mère, que son père vient de quitter. Fille unique et mal dans sa peau, elle n’a que Connie, son amie d’enfance. Mais les deux amies se disputent dès le début de l’été qui précède le départ en pension d’Evie. Un après-midi, elle aperçoit dans le parc où elle est venue traîner, un groupe de filles dont la liberté, les tenues débraillées et l’atmosphère d’abandon qui les entoure la fascinent. Très vite, Evie tombe sous la coupe de Suzanne, l’aînée de cette bande, et se laisse entraîner dans le cercle d’une secte et de son leader charismatique, Russell. Caché dans les collines, leur ranch est aussi étrange que délabré, mais aux yeux d’Evie, il est exotique, excitant, électrique, et elle veut à tout prix s’y faire accepter. Tandis qu’elle passe de moins en moins de temps chez sa mère, et tandis que son obsession pour Suzanne va grandissant, Evie ne s’aperçoit pas qu’elle s’approche à grands pas d’une violence impensable, et de ce moment dans la vie d’une adolescente où tout peut basculer.

*********************************

par-amour-1012553Par amour, de Valérie Tong Cuong – 384 pages, Editions Le Livre de Poche
Un roman que j’ai acheté au mois de février, et qui aura donc le mérite de n’avoir patienté que quelques mois dans ma pile à lire ! J’en ai entendu de très bons avis, je n’ai donc pas envie d’attendre plus longtemps pour le lire, et pour découvrir la plume de Valérie Tong Cuong par la même occasion !
Deux familles emportées dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale: d’un côté, Joffre et Émélie, concierges d’école durs au mal, patriotes, et leurs enfants ; de l’autre, le clan de Muguette, dont l’insouciance sera ternie par la misère et la maladie. Du Havre à l’Algérie où certains enfants seront évacués, cette fresque puissante met en scène des personnages dont les vies s’entremêlent à la grande Histoire, et nous rappelle qu’on ne sait jamais quelles forces guident les hommes dans l’adversité.

*********************************

4ccfabb2b587ba41c5f4705f8b94c1baDes fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes – 252 pages, Editions J’ai Lu
Un classique de la science-fiction, dont je n’ai entendu que de bons avis, et que j’ai eu la chance de trouver à tout petit prix chez mon petit bouquiniste !
Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l’assistance de la psychologue Alice Kinnian, d’appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit employé dans une boulangerie. C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jours les facultés supérieures d’Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d’un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l’état de bête…

*********************************

couv66336803Un éclat de givre, d’Estelle Faye – 245 pages, Editions Les Moutons électriques
Alors oui, le titre de ce roman évoque le froid, mais apparemment l’intrigue n’a rien à voir avec ça ! Donc pourquoi pas le lire cet été ?!
Un siècle après l’Apocalypse. La Terre est un désert stérile, où seules quelques capitales ont survécu. Dont Paris. Paris devenue ville-monstre, surpeuplée, foisonnante, étouffante, étrange et fantasmagorique. Ville-labyrinthe où de nouvelles Cours des Miracles côtoient les immeubles de l’Ancien Monde. Ville-sortilège où des hybrides sirènes nagent dans la piscine Molitor, où les jardins dénaturés dévorent parfois le promeneur imprudent et où, par les étés de canicule, résonne le chant des grillons morts. Là vit Chet, vingt-trois ans. Chet chante du jazz dans les caves, enquille les histoires d’amour foireuses, et les jobs plus ou moins légaux, pour boucler des fins de mois difficiles. Aussi, quand un beau gosse aux yeux fauves lui propose une mission bien payée, il accepte sans trop de difficultés. Sans se douter que cette quête va l’entraîner plus loin qu’il n’est jamais allé, et lier son sort à celui de la ville, bien plus qu’il ne l’aurait cru.

*********************************

003617040Une si jolie petite fille : Les crimes de Mary Bell, de Gitta Sereny – 496 pages, Editions Points
Un livre que j’avais gagné il y a plus d’un an à un concours organisé par les éditions Points, et que je sors dans le cadre d’une lecture commune ! J’en ai entendu des avis mitigés, le style est apparemment assez particulier, très « journalistique », je verrai bien ce que ça donne !
En 1968, à Newcastle, une fillette de 11 ans assassine deux enfants de 3 et 4 ans. Considérée par toute la Grande-Bretagne comme un être démoniaque, la petite fille, vive, jolie, exceptionnellement intelligente, est jugée comme une adulte et emprisonnée.
Près de trente ans plus tard, alors que, sortie de prison à sa majorité, mère de famille, Mary essaie de refaire sa vie, Gitta Sereny la retrouve et la convainc de rouvrir avec elle, dans de longs entretiens, le dossier de ses crimes. Toute la vie de Mary défile. Elle la revit à mesure, plonge dans les semaines qui ont conduit à la tragédie, puis dans ses années de captivité, raconte cette histoire qui est aussi l’histoire d’une lente reconstruction, d’une sortie progressive de l’horreur – celle dont elle s’est rendue coupable et celle dans laquelle sa mère l’avait plongée dès sa petite enfance, ce cauchemar que Mary, arrivée au bout d’elle-même, pourra enfin regarder en face.

*********************************

41q3ku3yucl-_sx337_bo1204203200_Sukkwan Island, de David Vann – 199 pages, Editions Gallmeister
Il y a très longtemps que j’ai envie de découvrir la plume de David Vann, et je pense ne pas pouvoir le faire avec un meilleur roman que Sukkwan Island, qui est son roman le plus connu. Apparemment, on adhère totalement ou pas du tout à son style, j’espère que ça passera bien avec moi !
Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

*********************************

couv14135849Médecin de campagne, d’Honoré de Balzac – 384 pages, Editions Le Livre de Poche
Un roman qui fait partie de la bibliothèque de mon chéri, qu’il a dû lire (du moins commencer…) lors de sa première année de médecine ! 😀 Du coup je l’ai gardé, et je le lirai pour le #ReadingClassicsChallenge !
« Monsieur, quand je vins m’établir ici, je trouvai dans cette partie du canton une douzaine de crétins, dit le médecin en se retournant pour montrer à l’officier les maisons ruinées. La situation de ce hameau dans un fond sans courant d’air, près du torrent dont l’eau provient des neiges fondues, privé des bienfaits du soleil, qui n’éclaire que le sommet de la montagne, tout y favorise la propagation de cette affreuse maladie. Les lois ne défendent pas l’accouplement de ces malheureux, protégés ici par une superstition dont la puissance m’était inconnue, que j’ai d’abord condamnée, puis admirée. Le crétinisme se serait donc étendu depuis cet endroit jusqu’à la vallée. N’était-ce pas rendre un grand service au pays que d’arrêter cette contagion physique et intellectuelle ? Malgré son urgence, ce bienfait pouvait coûter la vie à celui qui entreprendrait de l’opérer. Ici, comme dans les autres sphères sociales, pour accomplir le bien, il fallait froisser, non pas des intérêts, mais, chose plus dangereuse à manier, des idées religieuses converties en superstition, la forme la plus indestructible des idées humaines. Je ne m’effrayai de rien. » 

*********************************

le-protectorat-de-l-ombrelle-une-aventure-d-alexia-tarabotti-tome-1-sans-me-550282Le protectorat de l’ombrelle, tome 1 : Sans âme, de Gail Carriger – 425 pages, Editions Le Livre de Poche
Je possède tous les tomes de la saga du Protectorat de l’Ombrelle, il est peut-être temps de m’y mettre, non ?! Oui bon, je sais, encore une nouvelle saga…! Mais que voulez-vous, je dois vider ma pile à lire aussi !
Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté. Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse ?

*********************************

couv6126581Les jours de ton absence, de Rosie Walsh – 389 pages, Editions Les Escales
Un roman dont la couverture et le résumé m’ont charmée, et dont j’ai entendu de très bons avis !
Lorsque Sarah rencontre Eddie, son monde bascule. Ils sont faits l’un pour l’autre, elle en est certaine. Les jours qu’ils passent ensemble ressemblent à un rêve et, à 40 ans, Sarah a le sentiment que sa vie débute enfin. Quand Eddie, tout aussi amoureux, part à contrecœur pour un voyage prévu de longue date, tous deux se quittent en sachant qu’ils se reverront très vite. Pourtant, quelques jours plus tard, Eddie n’a toujours pas donné de signe de vie… Le portable de Sarah reste terriblement silencieux. Refusant d’écouter ses amis qui lui conseillent de passer à autre chose, Sarah met tout en œuvre pour comprendre la raison de ce silence. Elle ne sait pas encore que la vérité la bouleversera et anéantira tous ses espoirs de renouer contact avec Eddie. À moins que… ?

 *********************************

couv70512711Big Bones, de Laura Dockrill – 504 pages, Editions Robert Laffont
Un roman dont j’ai entendu des avis mitigés, mais dont j’ai tout de même envie de me faire une opinion ! Je n’en attends pas grand chose du coup, vu les avis, peut-être aurai-je donc une bonne surprise ?!
Je ne suis pas grosse, j’ai juste de gros os ! Salut, moi, c’est Bluebelle, alias BB, alias Big Bones, rapport à mes « gros os ». J’ai seize ans, je suis une gourmande, et je ne m’en cache pas. En même temps, ce serait un peu diffi cile à dissimuler, vu mes rondeurs…
Seul souci, après une crise d’asthme, maman m’a emmenée chez un médecin qui m’a OBLIGÉE à tenir un journal de ce que je mange. Sauf que moi, je m’aime comme je suis, et je n’ai aucune envie de guérir puisque je ne suis pas malade !

 *********************************

avec_des_si_et_des_peut-etre_hdAvec des si et des peut-être, de Carène Ponte – 374 pages, Editions Michel Lafon
Ma copine Carnet Parisien parle beaucoup des romans de Carène Ponte, j’ai donc profité de NetGalley pour enfin découvrir son univers !
Aimeriez-vous savoir quelle serait votre vie si vous aviez fait d’autres choix ? Prof de français au lycée de Savannah (-sur-Seine), Maxine vit en colocation avec Claudia (et ses crèmes au jus d’herbe fermenté), elle aime Flaubert (ses élèves, Stromae), courir avec ses deux meilleures amies (trois cents mètres) et aller chez le dentiste (sa sœur). Maxine croit aux signes et aux messages de l’Univers. Pourtant elle ne peut s’empêcher de se demander :  » Et si j’étais allée ici plutôt que là, si j’avais fait ceci au lieu de cela, ma vie serait-elle chamboulée ?  » En bonne prof de français, Maxine aime le conditionnel… Mais à trop réfléchir Avec des si et des peut-être, ne risque-t-on pas d’oublier de vivre au présent ? Et si la vie décidait de lui réserver un drôle de tour ?

 *********************************

aventuriers-de-la-mer-tome-1Les aventuriers de la mer, tome 1 : Le vaisseau magique, de Robin Hobb – 316 pages, Editions J’ai Lu
J’ai terminé il y a peu le premier arc de la saga de L’Assassin Royal, et pour continuer dans la temporalité de l’univers mis en place par Robin Hobb, je me lance maintenant dans Les aventuriers de la mer ! Bon, j’ai entendu des avis mitigés sur cette série… et vu qu’il y a 9 tomes, j’espère accrocher !
Les vivenefs sont des vaisseaux magiques attachés par des liens empathiques à la famille qui les possède. Ces navires insaisissables bravent les tempêtes, évitent les récifs, distancent les monstres marins, sèment les pirates… et font l’objet de toutes les convoitises. Le capitaine de la Vivacia, Ephron Vestrit, se meure. Parmi les siens, chacun ourdit complot et trahison pour s’approprier son vaisseau, car une vivenef ne se transmet pas comme un legs ordinaire. Pendant ce temps, d’autres dangers se profiles à l’horizon : les serpents de mer qui infestent les océanes se regroupent, et un ambitieux pirate aspire à unir ses pairs sous un seul pavillon : le sien.

 *********************************

couv27251384→ Miniaturiste, de Jessie Burton – 501 pages, Editions Gallimard
Jessie Burton est une auteure dont les romans m’intéressent énormément, notamment celui-ci dont la jolie couverture m’a interpelée au moment de sa sortie ! Je suis ravie de découvrir enfin ce roman, dont j’ai entendu de très bons avis un peu partout !
Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, il est l’un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa soeur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l’habitent et mettant au jour de dangereux secrets.

*********************************

couv56486495→ Le souffle des feuilles et des promesses, de Sarah McCoy – 384 pages, Editions Pocket
J’ai découvert la plume de Sarah McCoy au mois de mars, et j’ai convaincue par cette découverte. Je suis donc joie de me lancer à nouveau à l’assaut d’un de ses romans historiques !
Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère qui adore écrire. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de XIXe siècle, et s’attachent l’un à l’autre sans oser se l’avouer. Malheureusement, quand Post part pour l’Alaska du jour au lendemain, la possibilité d’une histoire d’amour s’évanouit. Commence alors un chassé-croisé qui durera une dizaine d’années, des États-Unis à l’Italie en passant par l’Angleterre ou la France. Tandis que Hallie Erminie rencontre le succès grâce à ses livres, Post Wheeler se destine finalement à une carrière politique. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens grandissent mais le destin semble peu enclin à les réunir. Oseront-ils s’avouer leur amour ?

*********************************

3877_1734912→ Robe de marié, de Pierre Lemaitre – 314 pages, Editions Le Livre de Poche
J’ai découvert Pierre Lemaitre, côté thriller, avec Trois jours et une vie, que j’avais adoré ! Je suis ravie de replonger dans son écriture avec ce roman-ci, dont j’ai entendu de très bons avis ! En plus il est dans ma pile à lire depuis deux ans et demi, il a assez squatté les rayons de ma bibliothèque !
Nul n’est à l’abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence : mille petits signes inquiétants s’accumulent puis tout s’accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n’a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite; elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape… Les ombres de Hitchcock et de Brian de Palma planent sur ce thriller diabolique.

*********************************

9782266258272→ Tu tueras le père, de Sandrone Dazieri – 744 pages, Editions Pocket
J’ai acheté ce roman au dernier Salon Saint-Maur en poche, et l’ai fait dédicacer par l’auteur qui est très très sympathique ! Ce roman n’a pas l’air de l’être, au contraire il a l’air sombre comme j’aime les thrillers ! Je suis contente de le découvrir enfin !
Le père est là, dehors, quelque part. La cage est désormais aussi vaste que le monde, mais Dante est toujours son prisonnier. Non loin de Rome, un homme affolé tente d’arrêter les voitures. Son fils de huit ans a disparu et le corps de sa femme gît, décapité, au fond d’une clairière. Le commissaire Colomba Caselli ne croit pas à l’hypothèse du drame familial et fait appel à un expert en disparitions de personnes : Dante Torre. Kidnappé enfant, il a grandi enfermé dans un silo à grains avant de parvenir à s’échapper. Pendant des années, son seul contact avec l’extérieur a été son mystérieux geôlier, qu’il appelle « le Père ». Colomba va confronter Dante à son pire cauchemar : dans cette affaire, il reconnaît la signature de ce Père jamais identifié, jamais arrêté…

*********************************

9782253107804-001-x→ Les mots entre mes mains, de Guinevere Glasfurd – 448 pages, Editions Préludes
Rien de tel qu’un petit roman historique pour passer un bon moment ! Celui-ci a en plus la particularité de parler de Descartes, ce qui n’est pas pour me rebuter ! J’ai acheté ce roman-ci au moment de sa sortie, il est donc plus que temps de le sortir de ma pile à lire !
Quand Helena Jans van der Strom arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son appétit pour la vie et sa soif de connaissance trouveront des échos dans le cœur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, où les penseurs sont souvent sévèrement punis, où les femmes n’ont aucun droit, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Que peut-être leur avenir ?

*********************************

l-amie-prodigieuse-tome-2-le-nouveau-nom-708354→ L’amie prodigieuse, tome 2 : Le nouveau nom, d’Elena Ferrante – 554 pages, Editions Gallimard
J’ai lu le tome 1 de cette série il y a plus d’un an… et à vrai dire j’ai peur de me lancer dans cette suite car j’ai peur de confondre tous les personnages ! Mais j’avais adoré le premier tome, j’espère que la confusion de départ sera rattrapée par la qualité du récit !
Naples, années soixante. Au cours de son repas de mariage, Lila découvre que son mari Stefano a offert les chaussures imaginées et dessinées par elle à Marcello Solara, qui règne sur le quartier avec son frère, Michele, deux hommes qu’elle déteste. Pour Lila, née pauvre et devenue riche en épousant l’épicier Carracci, c’est le début d’une période trouble : elle méprise son mari, refuse qu’il la touche, mais finit par céder. Elle va travailler dans la nouvelle boutique de la famille Carracci, tandis que Stefano ouvre également un magasin de chaussures en partenariat avec les Solara. De son côté, son amie Elena, la narratrice, continue ses études au lycée et est toujours amoureuse de Nino Sarratore, qui fréquente à présent l’université. Quand les vacances d’été arrivent, les deux amies partent pour Ischia en compagnie de Nunzia, la mère de Lila, et de Pinuccia, sa belle-soeur, car l’air de la mer doit aider Lila à prendre des forces pour qu’elle puisse donner un fils à Stefano. La famille Sarratore aussi est en vacances à Ischia et bientôt Lila et Elena revoient Nino.

*********************************

9782266252782→ Territoires, d’Olivier Norek – 374 pages, Editions Pocket
J’ai lu Code 93 en 2016, je suis donc plus que ravie de retrouver Victor Coste et sa brigade dans la suite de leurs enquêtes !
Depuis la dernière enquête du capitaine Victor Coste et de son équipe, le calme semble être revenu au sein du SDPJ 93. Pas pour longtemps, hélas ! L’exécution sommaire de trois jeunes caïds va les entraîner sur des pistes inimaginables. Des pains de cocaïne planqués chez des retraités, un chef de bande psychopathe d’à peine treize ans, des milices occultes recrutées dans des clubs de boxe financés par la municipalité, un adjoint au maire découvert mort chez lui, torturé… et Coste se retrouve face à une armée de voyous impitoyables, capables de provoquer une véritable révolution. Mais qui sont les responsables de ce carnage qui, bientôt, mettra la ville à feu et à sang ? Avec ce polar admirablement maîtrisé, Olivier Norek nous plonge dans une série de drames terriblement humains et de stratégies criminelles – loin d’être aussi fictives qu’on pourrait le croire – où les assassins eux-mêmes sont manipulés.

*********************************

Oui, bon, OK, il y a bien trop de livre dans cette pile à lire… Mais j’ai pris du retard dans mes lectures communes, donc je les reporte ! Je ne lirai pas tout, mais ce n’est pas grave !

Et vous, qu’avez-vous prévu de lire ce mois-ci ?

10 réflexions sur “Pile à lire mensuelle : Ces livres que j’aimerais lire en juillet…

  1. Je suis en train de lire les jours de ton absence et pour le moment, j’adore. Je sens poindre le coup de coeur… à voir comment ça se termine ! Sinon, j’avais beaucoup aimé les mots entre les mains et beaucoup moins robe de marié. Bonnes lectures !

    Aimé par 1 personne

  2. Des fleurs pour Algernon est un livre excellent, j’ai accroché dès le début. L’évolution mentale de Charlie est passionnante. Des avis mitigés sur Les Aventuriers de la mer ?! Mais c’est trop bien !!! Le premier tome est plutôt introductif mais il est aussi super intéressant. J’espère que ces livres te plairont, bonnes lectures !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s