Les Maraudeurs, de Tom Cooper

J’ai repéré Les Maraudeurs lors du Prix Littéraire des Chroniqueurs Web 2016, et dans plusieurs magazines littéraires qui le distinguaient comme un très bon premier roman américain. Quand j’ai vu qu’il sortait en poche, je me suis décidée à l’emprunter à la médiathèque et à le découvrir enfin !

L’histoire

À Jeanette, en Louisiane, on survit tant bien que mal grâce à la pêche, de génération en génération, mais depuis le passage de l’ouragan Katrina rien n’est plus pareil. Et quand la marée noire vient polluer les côtes, les habitants sont de nouveau confrontés au pire. Parmi eux, Gus Lindquist, un pêcheur manchot accro aux antidouleurs, qui rêve depuis toujours de trouver le trésor caché de Jean Lafitte, le célèbre flibustier, et parcourt le bayou, armé de son détecteur de métaux. Ou encore Wes Trench, un adolescent en rupture avec son père, et les frères Toup, des jumeaux psychopathes qui font pousser de la marijuana en plein cœur des marécages. Leurs chemins croiseront ceux de Hanson et Cosgrove, deux losers prêts à tout pour devenir riches, et de Brady Grimes, mandaté par la compagnie pétrolière pour inciter les familles sinistrées à renoncer aux poursuites en échange d’un chèque. Mais tous n’en sortiront pas indemnes…

Mon avis

J’ai bien apprécié ce roman qui m’a plongé dans le bayou de Louisiane, entre pêche à la crevette et trafic de drogue; cependant, je ne peux nier avoir trouvé le roman un peu long, et surtout je reste mitigée sur la fin réservée à certains personnages.

J’ai été assez perturbée par le fait que le roman soit un roman chorale. Chaque chapitre nous emmène dans la vie et les réflexions d’un personnage, masculin à chaque fois par ailleurs, confronté à ses démons et aux difficultés que la crise environnementale entraine. Ce changement de personnage successif m’a clairement empêché de m’attacher aux personnages, à part peut-être au jeune Kyle auquel il m’a été assez simple de m’identifier. D’autant plus que Tom Cooper n’hésite pas à développer la part sombre de ses personnages, donnant lieu à des scènes violentes, brutales, qui s’approchent de la folie. L’auteur nous fait naviguer entre réalité et folie, à l’image de la situation environnementale qui sert de décor aux intrigues.
Je suis habituée, dans les romans chorale, à ce que tous les destins des personnages s’entremêlent pour proposer un final époustouflant. Et j’ai effectivement eu un final assez épatant, avec une course poursuite totalement folle… mais où tous les personnages n’étaient pas impliqués. C’est pourquoi je reste un peu mitigée sur la fin réservée à certains personnages, que l’auteur abandonne aux 2/3 du livre, et/ou n’explicite pas clairement ce qui leur arrive.

Par ailleurs, le fait que le roman ne déroule pas une intrigue simple, mais suive un simple fil rouge plus ou moins net, donne un réel problème de rythme au livre. Je ne savais où l’auteur voulait m’emmener jusqu’aux 3/4 du livre, et même si nos personnages s’entrecroisent brièvement à certains passages du livre, j’ai eu du mal à entrer dans ma lecture et je trouvais le tout assez lent. Je ne peux toutefois nier avoir été fascinée par le décor du roman : ce fameux bayou de Louisiane. Entre la pèche à la crevette, le trafic de drogue, cette faune et cette flore et ces animaux exotiques, j’avais la tête remplie d’images à la fois fabuleuses et sales. Tom Cooper réussit à instaurer une véritable ambiance, fascinante et déconcertante, belle et sale à la fois, qui m’a beaucoup plu.

Même si j’ai adhéré à l’écriture de Tom Cooper, je reste mitigée sur l’intrigue développée dans le livre. Les Maraudeurs est fascinant à sa manière, mais je n’y ai pas réellement adhéré…

2 réflexions sur “Les Maraudeurs, de Tom Cooper

  1. Merci pour ton avis. Il ne me faisait pas envie malgré un sujet intéressant et un décor que j’aimerais retrouver. J’avais bien aimé un livre, Soleil Brisé, notamment pour certains passages descriptifs sur la Louisiane (un décor sans lequel mon avis aurait été plus mitigé), une ambiance que j’avais aimé, étouffante dans ce cas. Il y a quelques lieux comme ça qui me donnent envie d’en lire la description des auteurs (les Cornouailles par exemple). Enfin voilà, une intrigue intéressante reste tout de même primordiale !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s