Un clafoutis aux tomates cerises, de Véronique de Bure

Vous arrive-t-il de tomber sur un livre, qui ne vous tentait pas au premier abord, et puis de l’emprunter, comme ça, à la médiathèque, pour voir ? C’est ce qui m’est arrivé avec Un clafoutis aux tomates cerises, dont j’avais entendu quelques bons avis, mais sans plus. Mais j’avais besoin d’une lecture un peu doudou, un peu cosy, et cette couverture trop jolie a fini par me convaincre de l’ouvrir, par une froide matinée.

L’histoire

Au soir de sa vie, Jeanne, quatre-vingt-dix ans, décide d’écrire son journal intime. Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l’hiver, d’événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l’Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches. La liberté de vie et de ton est l’un des privilèges du très grand âge, aussi Jeanne fait-elle ce qu’elle veut et ce qu’elle peut : regarder pousser ses fleurs, boire du vin blanc avec ses amies, s’amuser des mésaventures de Fernand et Marcelle, le couple haut en couleurs de la ferme d’à côté, accueillir pas trop souvent ses petits-enfants, remplir son congélateur de petits choux au fromage, déplier un transat pour se perdre dans les étoiles en espérant les voir toujours à la saison prochaine…

Mon avis

Quelle magnifique surprise que ce roman ! Un clafoutis aux tomates cerises est l’une de mes plus belles lectures de l’année, et un joli petit coup de coeur !

Alors, en lisant le résumé, vous devez vous dire : mais comment est-ce possible ? Comment le journal d’une vieille dame de 90 ans peut être si intéressant au point d’en devenir un coup de coeur littéraire ? Tout simplement car c’est un très beau roman, très bien écrit, plein de nostalgie, de tendresse, qui se laisse savourer. Et de manière plus personnelle, ce roman a su parler à la fille et à la petite-fille que je suis, et m’a rappelé tout l’amour que je portais à ma mère et ma grand-mère qui, je dois le dire, m’ont terriblement manqué pendant ma lecture (pour les petits curieux que vous êtes : nous n’habitons pas la même région et je ne les vois pas assez souvent).

Dès les premières pages j’ai été très touchée par l’écriture de ce roman, simple et riche à la fois. Chaque mot est posé là où il faut, chaque phrase est une émotion à elle seule. Jeanne est un personnage qui m’a énormément touché, alors que nous avons des vies totalement différentes : j’ai été énervée comme elle de voir ses plantes ratatinées, surprise par les crises de folie de sa voisine, apeurée pendant les tentatives de cambriolage, épuisée pendant les fêtes de famille, et brisée par la solitude.

Au fil des saisons et de la météo, l’âge fait que petit à petit, la mort prend de plus en plus de place. Il m’a été très difficile de passer le cap avec Jeanne, de la voir comme une vieille dame plutôt que comme Jeanne uniquement. C’est en cela que ce roman m’a bouleversé, par sa justesse et ses émotions. En quelques mots, votre coeur bat plus fort ou se brise.

Je ne peux que vous conseiller la lecture d’Un clafoutis aux tomates cerises, une merveille d’émotions et de sensibilité, loin d’être ennuyeuse !

Publicités

6 réflexions sur “Un clafoutis aux tomates cerises, de Véronique de Bure

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s