Ceux qui restent, de Josep Busquet et Alex Xöul

ceuxQuiRestentAller à la médiathèque est toujours synonyme de tentations, notamment côté bandes dessinées. J’achète très peu de BDs, et la médiathèque me permet d’assouvir mon envie de roman graphique sans conséquence sur mon compte bancaire. En passant devant le rayon, je n’ai pu résister à Ceux qui restent, mise en avant par la médiathèque et dont j’avais entendu de bons avis.

L’histoire
Lorsque Ben disparaît, ses parents préviennent la police. Mais le jeune garçon est en fait parti affronter les dangers de son royaume imaginaire. A son retour, personne ne le croit et il disparaît de nouveau. Seule une association regroupant des parents vivant les mêmes événements est en mesure de venir en aide à cette famille.

Mon avis
J’ai passé un très bon moment en compagnie de ce roman graphique, dont j’ai trouvé l’histoire très plaisante et originale, et très émouvante.

J’ai adoré l’histoire de ce roman graphique, qui m’a autant émue qu’émerveillée. On nous raconte souvent les histoires fantastiques du point de vue du héros, celui qui traverse les mondes et vis ses aventures avant de rentrer chez lui. Jamais nous ne vivons l’histoire du point de vue de « ceux qui restent », ceux qui subissent l’absence et l’angoisse conséquente. C’est ce point de vue que nous propose ce roman, point de vue original qui m’a beaucoup plu, car c’est un point de vue qui n’avait jamais eu tendance à m’intéresser !

J’ai trouvé cette histoire très intéressante, très complète, et assez surprenante. J’ai apprécié les personnages de cette histoire, et les liens qui se nouent entre les parents de Ben et d’autres parents « restés », le traitement média qui est donné à leur histoire, et leur relation avec leur fils. La vie des parents de Ben tourne autour de leur fils absent, ce qui m’a énormément ému, révoltée à certains moments, rendue triste à d’autres. Une palette d’émotions m’a traversée pendant ma lecture, et c’est ce sentiment que je garderai en mémoire.

J’ai apprécié l’univers graphique du roman, même si je préfère généralement les traits plus précis. J’ai aimé la palette de couleurs utilisée par l’illustrateur, avec beaucoup de tons chaud touchants au sépia. J’ai été totalement embarquée par les illustrations de ce roman, dont les tons sont venus appuyer la douceur des émotions, et les traits appuyer la douleur ressentie par les personnages.

Je ne peux que vous conseiller de découvrir Ceux qui restent, un roman graphique fantastique (pas seulement par le genre) dont l’originalité me restera en mémoire !

 

2 réflexions sur “Ceux qui restent, de Josep Busquet et Alex Xöul

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s