L’Empreinte, d’Alexandria Marzano-Lesnevich

Les éditions Sonatine éditent des romans noirs et thrillers que je prends toujours beaucoup de plaisir à découvrir. Je n’ai pas pu résister à l’alléchant L’Empreinte, proposé par NetGalley, dont j’avais entendu d’excellents avis !

L’histoire

Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l’épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien tout à fait inattendu entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire qui réveille en elle des sentiments enfouis. Elle n’aura alors cesse d’enquêter inlassablement sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable. Dans la lignée de séries documentaires comme Making a Murderer, ce récit au croisement du thriller, de l’autobiographie et du journalisme d’investigation, montre clairement combien la loi est quelque chose d’éminemment subjectif, la vérité étant toujours plus complexe et dérangeante que ce que l’on imagine. Aussi troublant que déchirant.

Mon avis

Je ne vais pas faire très original en disant que j’ai passé un très bon moment de lecture grâce à ce livre ! Alexandria Marzano-Lesnevich nous livre un récit terrible, fascinant et troublant à la fois, nous laissant sur un sentiment de malaise certain.

Je n’ai eu aucun mal à entrer dans le récit tellement la plume d’Alexandria Marzano-Lesnevich est belle, et nous embarque tout de suite dans une ambiance particulière. Elle réussit parfaitement à retranscrire les ambiances dans lesquelles se tiennent les scènes qu’elle décrit, ainsi que le caractère de ses personnages et le contexte social et familial dans lequel ils vivent, en seulement quelques mots. Elle nous ballade entre sa vie et celle de Rick Langley et de son entourage, mettant en parallèle deux vies et deux destins liés par… quelque chose. Une chose atroce et abominable, que chacun des deux subira d’une manière différente.

Alexandria Marzano-Lesnevich va au bout des choses dans son récit, et soulève beaucoup de questions qui, au premier abord, ne sont pas si évidentes. Au-delà du statut de meurtrier pédophile qui lui est attribué de prime abord, elle pose la question de la réelle identitié de Rick Langley : qui est-il en tant qu’homme, en tant que fils, que frère, qu’ami, qu’employé ? Comment appréhender sa punition pour le meurtre d’un enfant en appréhendant son profil avec un côté humain ? Comment défendre et juger un homme tel que lui ? Quel sens donner à la justice, et la justice elle-même peut-elle avoir un sens dans ce genre d’affaire ? Ce sont toutes ces questions que pose l’autrice, d’une manière très fluide, amenant le lecteur à se poser lui-même ces questions.

L’Empreinte est un récit qui aurait pu être un roman, et peut être lu comme tel, mais son appropriation par l’autrice est si forte qu’il en devient bouleversant. J’ai rarement lu un livre qui sonde aussi profondément l’âme humaine, qui va rechercher jusque dans les moindres souvenirs les raisons de telle réaction ou tel trait de caractère chez un individu. J’ai énormément cet aspect, d’autant plus que cela est passionnant, bien qu’un peu redondant parfois…

Je ne peux que vous recommander de découvrir à votre tour L’Empreinte, un livre original, profondément humain jusqu’à en être troublant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s