Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 2 : Hollow City, de Ransom Riggs

Après avoir lu le premier tome de la série en décembre 2016 (plus de deux ans, pas mal !), je me suis enfin décidée à aller emprunter la suite des aventures de Miss Peregrine et les enfants particuliers à la médiathèque. Et pour tout avouer, vu le délai entre les deux lectures, attaquer cette suite avec les quelques éléments qui me restaient en tête m’effrayait un peu…

L’histoire

Jacob et les enfants particuliers sont désemparés : Miss Peregrine, changée en oiseau, est prisonnière de son état, suite à l’attaque des Estres, des âmes damnées, sur l’île Cainholm. Les voilà donc livrés à eux-mêmes ! Après avoir essuyé une tempête entre Cainholm et le continent, Jacob et ses amis s’échouent sur une rive de Grande-Bretagne, en 1940, alors que la Seconde Guerre Mondiale fait rage. Entre fuir des Estres déguisés en soldats, des rencontres avec des animaux singuliers, et la recherche de la dernière Ombrune en liberté afin de redonner à la directrice de l’orphelinat sa forme humaine, cette deuxième aventure de la série s’annonce palpitante et pleine de frissons !

Mon avis

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce deuxième tome, même si je lui ai trouvé quelques défauts. J’ai en effet trouvé le roman assez long, car très répétitif dans ses situations.

Bon, pour tout avouer, vu que j’avais peu de souvenir du premier tome, j’ai eu beaucoup de mal à entrer à nouveau dans l’univers de Ransom Riggs. On me parlait bombardement et sous-marin, et ça ne me disait rien du tout… donc bon, l’entrée en matière a été laborieuse. L’auteur fait d’ailleurs peu de rappels de son premier tome, en ne faisant pas de résumé succinct de la conclusion de celui-ci, ce dont je ne peux le blâmer, mais qui m’aurait bien arrangé. J’avais cependant de bons souvenirs des enfants particuliers, de leurs pouvoirs, et de leur principal problème à ce moment précis de l’histoire, j’ai donc continué ma lecture plutôt tranquillement.

Un aspect que j’ai beaucoup apprécié dans ce tome est le fait que le roman nous plonge dans la réalité historique de la Seconde Guerre Mondiale. Ransom Riggs nous balade dans une Angleterre en Guerre, sujette aux bombardements quotidiens, à la fin, au délabrement et à la peur. J’ai apprécié le parallèle entre les nazis et les estres, parallèle certes imagé mais cependant bien compréhensible, qui dans un roman jeunesse prend tous son sens.

Cependant, au final, le « scénario » de l’histoire globale n’évolue que peu. Car ce tome souffre des défauts de beaucoup de deuxièmes tomes, en cela qu’il est un tome de transition, et donc un tome où l’action est peu présente. Enfin si, l’action est présente, mais n’aide pas forcément à faire avancer l’histoire, ce qui donne une suite de scènes qui se répètent mais ne présentent finalement que peu d’intérêts. A part le dernier tiers du roman qui se dévore, j’ai trouvé ma lecture un peu laborieuse, avec un affrontement trop récurrent entre les méchants et les enfants tout au long du livre.

Après, je dois bien avouer que la fin du livre m’a donné très envie de lire rapidement la suite, et d’enfin connaitre le dénouement de cette histoire, qui, je le sens, va me plaire. Je ne sais pas pourquoi, mais j’imagine mal l’auteur jouer la facilité avec sa fin… En tout cas, la suite est réservée à la médiathèque, la fin s’annonce pour tout bientôt !

5 réflexions sur “Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 2 : Hollow City, de Ransom Riggs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s