L’Assassin Royal, tome 10 : Serments et deuils, de Robin Hobb

Ma saga littéraire de l’année aura clairement été L’Assassin Royal ! Une série que j’aurai terminé d’ici fin décembre, et qui, je le sais déjà, aura marqué mon parcours de lectrice. C’est en sachant que je passerai forcément un bon moment de lecture que j’ai ouvert ce dixième tome, mais tout de même en appréhendant le début de la fin de la série…

L’histoire

La narcheska Elliania a quitté avec ses hommes la cour de Castelcerf pour retourner sur ses îles d’Outre-mer. Dans quelques mois, le prince Devoir la rejoindra pour y affronter un dragon, et tenir ainsi sa promesse. Fitz Chevalerie, l’ancien assassin royal, dispose de ce laps de temps pour créer autour de Devoir un clan d’artiseurs censé le protéger lors de ce voyage. Mais les candidats sont rares, et l’attention de Fitz est bientôt requise ailleurs : les Pie continuent de mettre à mal l’action politique de la reine Kettricken en faveur des Vifiers. Et la rumeur voudrait que leur chef, le manchot Laudevin, soit de retour. Or, Fitz sait pertinemment qu’il n’est pire ennemi que celui que l’on a mutilé…

Mon avis

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce tome ! Il a su me surprendre, m’émouvoir et me faire trépigner sur mon siège, ce qui n’est pas rien !

J’avais adoré la fin du tome 9, et j’avais hâte de voir ce qui allait être développé dans ce dixième tome. L’autrice a choisi de rester à Castelcerf dans ce tome-ci, pour mon plus grand plaisir ! J’ai ressenti un énorme plaisir régressif à rester dans les murs du château, ça m’a rappelé les premiers tomes de la série quand Fitz était tout jeune et se formait à devenir assassin. Ce tome-ci est largement centré sur l’espionnage, l’Art, le Lignage, et surtout les relations inter-personnelles de Fitz, et même si l’action n’était que peu présente, j’ai trouvé ce tome passionnant !

Passionnant car, comme d’habitude, Robin Hobb va au bout des choses, et développe largement son univers en multipliant les détails, tant dans ses décors que dans les personnalités de ses personnages ou les spécificités des magies introduites depuis le début de la série. J’ai adoré le tournant des relations de Fitz avec Devoir, Umbre, Heur, et surtout avec le Fou. Sa solitude m’a brisé le cœur, et sa témérité à tenter de faire le bien autour de lui a toujours tendance à m’émouvoir. Plus j’avance dans la série, plus elle m’émeut.

Sans développer énormément d’action (bien qu’il se passe quelque chose au tiers du roman qui m’a totalement retournée !), Robin Hobb instille énormément d’intrigues dans ce tome. A trois tomes de la fin, je ne sais pas comment elle va se débrouiller pour démêler tout ça ! Ça m’intrigue tellement que j’ai déjà lu le tome 11…!

6 réflexions sur “L’Assassin Royal, tome 10 : Serments et deuils, de Robin Hobb

  1. J’étais inscrite à la lecture commune de la saga sur LivrAddict, mais j’ai mis en pause pour l’instant car j’ai accumulé beaucoup trop de retard dans ma lecture (j’en suis au milieu des Aventuriers de la mer, en gros). C’est une saga que j’adore découvrir, qui m’a surprise par sa noirceur – bêtement, je m’étais attendue à quelque chose de plus léger et aventureux – et la beauté de la plume de l’autrice.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Ma toute petite culture Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s