Surtensions, d’Olivier Norek

Chaque année, je me garde un petit Olivier Norek de côté pour la période automnale. Je ne sais pas pourquoi, mais dans ma tête automne rime avec Norek. J’avais intégré Surtensions, le tome 3 de la série Victor Coste, à mon challenge ABC 2019, il était donc temps de le lire !

L’histoire

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de prison ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui se sont installés dans sa maison ? Comment cinq criminels – un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur – se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?
Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance…

Mon avis

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman, qui est pour moi le meilleur de la série Victor Coste (jusqu’au prochain ?) ! Tout y est : émotions, action, intrigue complète et complexe, une vraie réussite !

Ce tome est bien différent des autres romans de la série, car il propose une multitude d’histoires, et donc une multitude de points de vue. Les histoires, vont bien évidemment, finir par se regrouper en une énorme intrigue, mais l’auteur prend le temps de mettre en place et en perspective chacune des histoires individuelles autour de cette grosse intrigue, qui est bien évidemment l’enquête menée par Coste et son équipe. Cette construction, très bien menée par l’auteur, donne une complexitude et une complétion à l’histoire que j’ai adorées, et auxquelles j’ai totalement adhéré.

J’appréciais beaucoup Victor Coste et les membres de sa brigade dans les tomes précédents, et ce tome-ci n’a fait que confirmer cette affection que je leur porte. On sent clairement qu’Olivier Norek est un ancien policier, car il retranscrit très nettement les liens si particuliers qui unissent les membres d’une même brigade, surtout affectés aux affaires criminelles. On le ressent d’autant plus dans ce tome, compte tenu des situations auxquelles nos personnages se retrouvent confrontés. J’aime également le don de l’auteur pour décrire les conditions de travail policières, la manière dont fonctionne le système judiciaire, et ici également, le système carcéral.

Dans Surtensions, Olivier Norek nous plonge dans différents milieux criminels, de la criminalité des banlieues au milieu mafieux corse, en passant par le simple fait divers ou encore le milieu pédophile. De quoi nous proposer une multitude de personnages différents, aux parcours variés. Certains sont émouvants, d’autres dégoutants. Norek nous propose une belle partie de son roman au sein d’un établissement pénitencier, et c’est digne d’un roman de Claire Favan (si vous avez lu Serre-moi fort, je dis ça…), autrement dit c’est atroce, atroce dans les faits, qui paraissent si réels qu’ils en sont insupportables.

Se pose maintenant un problème : à quand le prochain ?! Parce que moi, j’ai besoin d’au minimum un Norek par an, et là j’arrive à court de livres… En tout cas, j’ai hâte de lire ce que l’auteur nous proposera pour la suite !

Une réflexion sur “Surtensions, d’Olivier Norek

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s