Ma pile à lire du mois de Février 2020

02-hello-feb-3

Après une petite panne de lecture en décembre, le mois de janvier a marqué un retour de flamme pour les livres et leurs mots. J’espère que mes lectures du mois de février me feront rester sur cette belle lancée ! Voici les quelques romans qui m’accompagneront ce mois-ci, dont des briques pour la plupart !

81ufriinyslLe club des incorrigibles optimistes, de Jean-Michel Guenassia – 731 pages, Editions Le Livre de Poche
Ce roman m’a été offert par ma soeur il y a des années, et je n’ai toujours pas pris le temps de le lire. Je l’ai vu passer à plusieurs reprises ces dernières semaines, c’est bien le signe que je dois enfin le sortir de ma pile à lire !
Michel Marini avait douze ans en 1959. C’était l’époque du rock’n’roll et de la guerre d’Algérie. Lui, il était photographe amateur, lecteur compulsif et joueur de baby-foot au Balto de Denfert-Rochereau. Dans l’arrière-salle du bistrot, il a rencontré Igor, Léonid, Sacha, Imré et les autres. Ces hommes avaient passé le Rideau de Fer pour sauver leur peau. Ils avaient abandonné leurs amours, leur famille, trahi leurs idéaux et tout ce qu’ils étaient. Ils s’étaient retrouvés à Paris dans ce club d’échecs d’arrière-salle que fréquentaient aussi Kessel et Sartre. Et ils étaient liés par un terrible secret que Michel finirait par découvrir. Cette rencontre bouleversa définitivement la vie du jeune garçon. Parce qu’ils étaient tous d’incorrigibles optimistes.

**********************************

81rdsejzrwlLa femme révélée, de Gaëlle Nohant – 384 pages, Editions Grasset
Gaëlle Nohant est une autrice que j’ai découvert à travers son roman La part des flammes, que j’avais adoré. Je suis joie d’avoir reçu son nouveau né !
Paris, 1950. Eliza Donneley se cache sous un nom d’emprunt dans un hôtel miteux. Elle a abandonné brusquement une vie dorée à Chicago, un mari fortuné et un enfant chéri, emportant quelques affaires, son Rolleiflex et la photo de son petit garçon. Pourquoi la jeune femme s’est-elle enfuie au risque de tout perdre ? Vite dépouillée de toutes ressources, désorientée, seule dans une ville inconnue, Eliza devenue Violet doit se réinventer. Au fil des rencontres, elle trouve un job de garde d’enfants et part à la découverte d’un Paris où la grisaille de l’après-guerre s’éclaire d’un désir de vie retrouvé, au son des clubs de jazz de Saint-Germain-des-Prés. A travers l’objectif de son appareil photo, Violet apprivoise la ville, saisit l’humanité des humbles et des invisibles.
Dans cette vie précaire et encombrée de secrets, elle se découvre des forces et une liberté nouvelle, tisse des amitiés profondes et se laisse traverser par le souffle d’une passion amoureuse. Mais comment vivre traquée, déchirée par le manque de son fils et la douleur de l’exil ? Comment apaiser les terreurs qui l’ont poussée à fuir son pays et les siens ? Et comment, surtout, se pardonner d’être partie ?
Vingt ans plus tard, au printemps 1968, Violet peut enfin revenir à Chicago. Elle retrouve une ville chauffée à blanc par le mouvement des droits civiques, l’opposition à la guerre du Vietnam et l’assassinat de Martin Luther King. Partie à la recherche de son fils, elle est entraînée au plus près des émeutes qui font rage au cœur de la cité. Une fois encore, Violet prend tous les risques et suit avec détermination son destin, quels que soient les sacrifices. Au fil du chemin, elle aura gagné sa liberté, le droit de vivre en artiste et en accord avec ses convictions. Et, peut-être, la possibilité d’apaiser les blessures du passé. 

**********************************

512sjnnswnlL’assassin royal, tome 13 : Adieux et retrouvailles, de Robin Hobb – 313 pages, Editions Pygmalion
Bon… Je n’ai plus envie de laisser trainer cette fin de série. Il faut bien que j’y passe, même si c’est très très dur de dire au revoir à cette série !
Sur l’île d’Aslevjal, les principaux protagonistes se retrouvent enfin face à leur destin. La mort moissonne, les énigmes se résolvent, les serments se dénouent. Une fois encore, Fitz affronte de terribles épreuves qui l’emportent au seuil de l’extrême douleur et du renoncement. Impuissant, il doit dire adieu à certains de ses plus vieux amis. Pourra-t-il au moins sauver le Fou, enfoui dans les cachots du palais de glace ? Laissant tous ses compagnons reprendre le bateau, il reste seul sur Aslevjal et finit par découvrir une grotte dont l’occupant n’est autre que le fameux Homme noir, qui se révèle bien différent de ce qu’on croyait.

**********************************

1294301-gf→ La formule de Dieu, de José Rodrigues Dos Santos – 650 pages, Editions HC
Un roman dont j’ai beaucoup entendu parler en positif, et que ma copine Mademoiselle L Bouquine m’a prêté il y a très très trop longtemps (bon, oui, bien trop longtemps, il est temps de le lui rendre !) !
Printemps 1951, deux espions de la CIA épient une rencontre de la plus haute importance entre David Ben Gourion, « premier » Premier Ministre de l’État d’Israël, et Albert Einstein. L’objet de leur discussion : l’obtention de l’arme nucléaire par le jeune état juif et l’existence de Dieu.
Cinquante ans plus tard, Tomas Noronha, expert en cryptologie, est appelé au Caire par une mystérieuse jeune femme. Sa mission : déchiffrer un cryptogramme caché dans un document détenu par le gouvernement de Téhéran. Un manuscrit écrit de la main d’Albert Einstein dont le contenu pourrait bousculer l’ordre mondial.
Tomas Noronha devient alors un agent double censé collaborer avec les Iraniens pour informer l’Occident. Mais au cours de son enquête, il découvre que le fameux manuscrit contient beaucoup plus de choses que ne l’espéraient ses différents commanditaires. Il serait tout simplement la preuve scientifique de l’existence de Dieu.

**********************************

couv21718228→ Happy Ending, de Victoria Van Tiem – 378 pages, Éditions Harlequin
Parce qu’on est en février, et que février est le mois de la romance pardi ! Et aussi, accessoirement, parce que la couverture se réfère très clairement au film Dirty Dancing, qui est juste l’un de mes films chouchou de ma vie, et qu’apparemment l’héroïne m’a l’air fan de comédies romantiques. Autrement dit, j’aime déjà cette fille !
La vie, c’est pas une comédie romantique. Shane Bennett. C’est le Hugh Grant de mon Journal de Bridget Jones personnel, le Richard Gere de mon Pretty Woman, le Patrick Swayze de mon Dirty Dancing. Bref, le garçon qui m’a brisé le cœur. Et qui choisit le jour où j’annonce mes fiançailles avec M. Parfait pour faire son grand retour dans ma vie. La seule chose à faire ? L’ignorer. Sauf qu’il tient mon avenir professionnel entre ses mains. Si je ne le convaincs pas de me confier le lancement de son nouveau restaurant, je perds mon job. Mais il ne signera qu’à une condition : que je rejoue avec lui les scènes cultes des dix comédies romantiques que nous aimions tant regarder ensemble à l’époque où je croyais encore à notre happy ending…

**********************************

couv49391323→ Les optimistes meurent en premier, de Susin Nielsen – 187 pages, éditions Hélium
J’ai vu passé beaucoup d’avis positifs sur ce roman, qui a été publié par une maison d’édition que je ne connais pas encore : je suis curieuse de le découvrir à mon tour ! Il est en plus très court, ce qui me fera du bien vu tous les pavés que contient cette pile à lire mensuelle… Et puis je l’ai emprunté à la médiathèque il y a très longtemps, il est temps que je le lise et arrête d’abuser avec les délais d’emprunt !
Depuis la tragédie qui a anéantie sa famille, Petula a de nombreuses phobies, et prétend qu’une prudence et un hygiène extrêmes lui permettront de parer à la moindre catastrophe. Mais est-ce bien réaliste ? … Au lycée, contrainte et forcée, elle fait partie d’un atelier d’art-thérapie. Les adolescents « à problèmes » qui y assistent se supportent tout juste. Arrive Jacob, « l’homme bionique. Appareillé depuis qu’il a perdu son avant-bras, le jeune homme, grand cinéphile, est aussi moqueur qu’attentif aux autres…

**********************************

couv65107414→ La cerise sur le gâteau, d’Aurélie Valognes – 399 pages, éditions Mazarine
Ce roman sera le deuxième que je lirai de cette autrice, après avoir eu un coup de coeur pour Au petit bonheur la chance ! J’en ai entendu des avis un peu mitigés, mais je suis tout de même curieuse de le découvrir !
La vie est mal faite : à 35 ans, on n’a le temps de rien, à 65, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire…Bernard et Brigitte, couple solide depuis 37 ans, en savent quelque chose. Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et de ses petits-enfants. Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari ! Car, pour Bernard, troquer ses costumes contre des pantoufles, hors de question. Cet hyperactif bougon ne voit vraiment pas de quoi se réjouir. Prêt à tout pour trouver un nouveau sens à sa vie, il en fait voir de toutes les couleurs à son entourage ! Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et surtout des voisins insupportables qui leur polluent le quotidien… Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ?

**********************************

51u4vn3xlnl→ Illuminae, tome 2 : Dossier Gemina, d’Amie Kaufman et Kay Kristoff – 670 pages, éditions Casterman
J’ai lu le premier tome de la série Illuminae en septembre 2017, et j’ai hâte de retrouver le format si particulier et original de la saga !
Sur la station spatiale Heimdall, tout le monde se prépare à la grande fête de Terra. Certains plus intensément que d’autres : la fille du commandant, Hanna Donnelly, experte en mode et en arts martiaux, aimerait bien faire la fête jusqu’au bout de la nuit. C’est à ce moment précis que BeiTech lance son attaque, envahissant la station avec une violence inouïe. Ceux qui résistent sont éliminés. Les autres, capturés. Quant aux fuyards, ils sont traqués sans relâche. Parmi les rescapés : Hanna et Nik, un véritable bad boy issu d’une grande famille mafieuse. Les deux ados que tout sépare s’allient pour sauver leur peau. Pendant que s’amoncellent les cadavres, dont certains d’êtres très proches…

**********************************

le-secret-de-l-inventeur-tome-3-le-pari-du-traitre-965491→ Le secret de l’inventeur, tome 3 : Le pari du traître, d’Andrea Cremer – 378 pages, éditions Lumen
Le deuxième tome, que j’ai lu en novembre 2016, fut une très bonne surprise. Il est maintenant temps de terminer la série, et de rendre ce dernier tome à la médiathèque !
Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux Etats-Unis d’Amérique… Enfant de la Résistance, Charlotte, seize ans, ne rêve que d’une chose : prendre part au combat, comme ses parents avant elle, et mettre fin à la domination implacable de l’Empire. Pourtant, quand sonne enfin l’heure pour elle de faire ses preuves et de rejoindre sa mère dans la lutte, son monde bascule… et emporte avec lui toutes ses certitudes. Car les rebelles, qui n’hésitent pas à sacrifier des vies au nom de la cause, semblent attendre le même dévouement de la part de leurs nouvelles recrues. Or le prix à payer est décidément trop lourd pour Charlotte. Mise au pied du mur, elle choisit de protéger ceux qu’elle aime et de prendre la fuite. Traître à son pays, ennemie de l’Empire, la jeune insoumise se lance alors dans une course folle pour échapper à ses adversaires, suivie de Jack, pour qui ses sentiments sont toujours aussi troubles. Pourtant, Charlotte ne peut se résoudre à abandonner complètement la rébellion. D’autant que les indices s’accumulent : une taupe se cache au coeur de l’organisation, la jeune fille en est certaine. Epaulée par Grave, Linnet, l’indéchiffrable capitaine Sang d’Acier et les mystérieux Lord et Lady Ott, Charlotte est bien décidée à démasquer l’espion… Mais comment sauver la Résistance du désastre quand on se trouve soi-même au coeur de la tourmente ?

**********************************

9782330014421→ Millenium, tome 3 : La reine dans le palais des courants d’air, de Stieg Larsson – 868 pages, éditions Babel
Il est plus que temps de terminer cette série que j’adore fort !
Après avoir échappé de peu à la mort, Lisbeth Salander se remet difficilement de ses blessures dans une chambre d’hôpital. Incapable physiquement d’agir, elle a de surcroît été placée en isolement et sous surveillance policière, car elle est encore sous le coup de plusieurs chefs d’accusation. La voilà coincée, donc, mais pas inactive, d’autant qu’un patient soigné dans une chambre voisine a de très sérieux et très anciens comptes à régler avec elle…
De son côté, Mikael Blomkvist se démène pour innocenter et réhabiliter la jeune femme. Ses recherches lèvent le voile sur les plus inavouables activités de certains services secrets, mais les sombres personnages autour desquels se resserre son enquête ne vont pas se laisser menacer sans réagir.

**********************************

couv52564154→ Les refuges, de Jérôme Loubry – 395 pages, éditions Calmann-Levy
Avec tous les avis dithyrambiques que j’ai lus sur ce roman, je ne l’ai pas laissé passer à la médiathèque !
Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte. Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a. Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ? Qui était vraiment sa grand-mère ? Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…

**********************************

le-bal-des-folles-1211545→ Le bal des folles, de Victoria Mas – 251 pages, éditions Albin Michel
Un roman dont je n’ai entendu que de bons avis, et que ma libraire et ma copine Carnet Parisien m’ont convaincu d’acheter et de lire ! Ce roman a beaucoup fait parler de lui lors de la dernière Rentrée Littéraire, et a obtenu le Prix Renaudot des lycéens : je suis plus que tentée, et j’ai plus que hâte de le découvrir à mon tour !
Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.


12 livres, 12 univers différents dans lesquels il me tarde de plonger !

4 réflexions sur “Ma pile à lire du mois de Février 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s