Né sous une bonne étoile, d’Aurélie Valognes

Quand Babelio a proposé il y a quelques semaines de rencontrer Aurélie Valognes autour du lancement de son nouveau roman Né sous une bonne étoile, je n’ai pas hésité et ai postulé. En plus d’une soirée de lancement très sympathique, et des échanges très riches et inspirants avec l’autrice, j’ai pu lire ce fameux nouveau roman à la couverture solaire.

L’histoire

A l’école, il y a les bons élèves … et il y a Gustave. Depuis son radiateur au fond de la salle, cet éternel rêveur scrute les oiseaux dans la cour ou les aiguilles de la pendule qui prennent un malin plaisir à ralentir. Il aimerait rapporter des bonnes notes à sa mère, mais ce sont surtout les convocations du directeur qu’il collectionne. Pourtant, Gustave est travailleur. II passe plus de temps sur ses devoirs que la plupart de ses camarades, mais contrairement à Joséphine, sa grande-soeur pimbêche et première de classe, cela ne rentre pas.
Pire, certains professeurs commencent à le prendre en grippe et à le croire fainéant. Parfois, il suffit d’un rien pour qu’une vie bascule du bon côté…

Mon avis

J’ai passé un excellent moment avec ce roman, qui est à la fois émouvant, révoltant, drôle et addictif. Aurélie Valognes a un véritable don pour nous parler de l’enfance, nous replonger dans les émotions si vives de cette période, et cette vision simple des choses, qui s’avère toujours très touchante.

Dès les premières pages, j’ai été embarquée dans l’histoire de Gustave, ce petit garçon si attachant, si gentil et si doux. J’ai adoré ce petit personnage, le voir évoluer au fil des chapitres et des années scolaires, qui reste profondément bon et volontaire. J’ai également ressenti un profond attachement aux personnages secondaires : Joséphine – qui m’a beaucoup fait rire et en qui je me suis un peu reconnue, Noémie – qui fait tout son possible pour ses enfants, Melle Bergamote – dont la passion et l’altruisme m’ont fascinée.

A travers chaque personnages, Aurélie Valognes aborde une thématique bien particulière, qui rend la lecture très touchante, et mine de rien, assez profonde. Au-delà de la thématique de l’échec scolaire, qui est abordée de manière très juste, elle aborde les thèmes de l’injustice sociale, ou encore du pouvoir de la littérature. Mais surtout, ce roman est un formidable hommage à l’école, aux professeurs, aux équipes pédagogiques, qui accompagnent les élèves et les forgent.

J’ai dévoré ce roman en un peu plus d’une journée, l’écriture d’Aurélie Valognes étant, comme dans chacun de ses romans, très agréable et très addictive. Les chapitres courts donnent beaucoup de rythme à l’histoire, et les petites pointes d’humour et d’émotions font qu’il est difficile de lâcher le roman, et ce jusqu’au dernier mot de remerciement.

Moi qui avais eu un coup de coeur pour Au petit bonheur la chance, j’ai retrouvé un peu de la magie de ce livre dans Né sous une bonne étoile. Un très bon cru de l’autrice, que je vous conseille chaudement !

2 réflexions sur “Né sous une bonne étoile, d’Aurélie Valognes

  1. Je suis tombée sur lui en librairie hier et pour une fois, la quatrième de couverture ne m’a pas interpellé. Je passe mon tour pour celui-ci mais tout comme toi j’avais eu un gros coup de coeur pour  » Au petit bonheur la chance » ainsi que « Mémé dans les orties ».

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s