Ma pile à lire du mois de Mai 2020

hello_may

Le confinement a-t-il sonné pour vous un retour de flamme pour la lecture, ou au contraire une panne ? Pour ma part le mois d’avril a été un mois de lecture plutôt cool, ponctué de bonnes lectures mais avec un rythme bien moins intensif qu’en période d’activité. Et vu que je ne suis pas près de reprendre le travail présentiel (je suis en télétravail), je crains que mon rythme ne s’en ressente encore… Le mois de mai promet d’être un mois particulier, et j’avoue ne pas savoir ce que donnera mon rythme de lecture… Je continue de me prévoir quelques lectures que je repousse depuis longtemps, notamment beaucoup de livres qui m’ont été prêtés, des emprunts médiathèque, ainsi que des partenariats NetGalley !

ChambreDesMorts→ Lucie Hennebelle, tome 1 : La chambre des morts, de Franck Thilliez – 342 pages, éditions Pocket
Mon premier Franck Thilliez… Oui oui, le premier ! Et le début d’une nouvelle saga aussi ! J’ai la chance d’avoir eu ce livre en prêt (il y a bien trop longtemps maintenant… ça se compte en années !), et j’ai hâte de découvrir le personnage de Lucie Hennebelle ! Je vais essayer de lire les Hennebelle et Sharko dans leur ordre de parution afin de pouvoir suivre correctement leur relation.
Imaginez… Vous roulez en pleine nuit avec votre meilleur ami, tous feux éteints. Devant vous, un champ d’éoliennes désert. Soudain le choc, d’une violence inouïe. Un corps gît près de votre véhicule. À ses côtés, un sac de sport. Dedans, deux millions d’euros, à portée de la main. Que feriez-vous ? Vigo et Sylvain, eux, ont choisi. L’amitié a parfois le goût du sang : désormais le pire de leur cauchemar a un nom… La Bête.

*************************************

71yzkee8hnl→ Le consentement, de Vanessa Springora – 216 pages, éditions Grasset
On a beaucoup entendu parler de ce livre, et je suis ravie de pouvoir le découvrir dans le cadre du Club de lectures féministes !
Au milieu des années 80, élevée par une mère divorcée, V. comble par la lecture le vide laissé par un père aux abonnés absents. À treize ans, dans un dîner, elle rencontre G., un écrivain dont elle ignore la réputation sulfureuse. Dès le premier regard, elle est happée par le charisme de cet homme de cinquante ans aux faux airs de bonze, par ses œillades énamourées et l’attention qu’il lui porte. Plus tard, elle reçoit une lettre où il lui déclare son besoin « impérieux » de la revoir. Omniprésent, passionné, G. parvient à la rassurer : il l’aime et ne lui fera aucun mal. Alors qu’elle vient d’avoir quatorze ans, V. s’offre à lui corps et âme. Les menaces de la brigade des mineurs renforcent cette idylle dangereusement romanesque. Mais la désillusion est terrible quand V. comprend que G. collectionne depuis toujours les amours avec des adolescentes, et pratique le tourisme sexuel dans des pays où les mineurs sont vulnérables. Derrière les apparences flatteuses de l’homme de lettres, se cache un prédateur, couvert par une partie du milieu littéraire. V. tente de s’arracher à l’emprise qu’il exerce sur elle, tandis qu’il s’apprête à raconter leur histoire dans un roman. Après leur rupture, le calvaire continue, car l’écrivain ne cesse de réactiver la souffrance de V. à coup de publications et de harcèlement.

*************************************

41r83udz2vl→ L’audacieux Monsieur Swift, de John Boyne – 416 pages, Editions JC Lattès
Comment ne pas acheter le nouveau roman de John Boyne, et surtout, comment ne pas le lire rapidement ?! J’avoue, je ne peux plus attendre !
Si vous cherchez bien, vous trouverez des histoires à peu près partout et elles n’ont même pas besoin d’être les vôtres. Tel est, du moins, le credo du prétendu écrivain Maurice Swift lorsqu’il décide de lancer sa carrière. Dans un hôtel berlinois, il rencontre par hasard le célèbre romancier Erich Ackerman qui lui donne l’opportunité de devenir l’auteur qu’il a toujours rêvé d’être. Car Erich se sent seul, et il a une histoire à raconter.
Quelque temps plus tard, Maurice Swift s’est enfin fait un nom ; il a désormais besoin de nouvelles histoires qui pourraient l’inspirer. Et peu importe où il les trouve ou même à qui elles appartiennent – tant qu’elles contribuent à son ascension vers les sommets. Des histoires qui le rendront célèbre, mais qui le conduiront aussi à supplier, emprunter, voler. Ou pire encore, qui sait ?

*************************************

71216gyq2bal→ N’oublie pas de laisser la place à l’inconnu(e), de Sophie Villers – 272 pages, Editions Mazarine
Un roman dont je n’ai pas entendu parler, mais dont le court résumé a su attiser ma curiosité ! C’est un roman qui m’a l’air tout en sensibilité et en nostalgie, et il me tarde de pouvoir m’y plonger ! Pour le coup, je joue totalement le jeu de la curiosité pure, loin de tout bouche-à-oreille, et j’espère ne pas regretter mon choix !
Sarah vit à Bruxelles. Lorenz aussi. Elle a perdu l’homme de sa vie. Il pense qu’il ne connaîtra jamais le grand amour. Elle essaye de surmonter le deuil. Il évite tout sentiment. Ils ne se connaissent pas. Mais ils s’écrivent bientôt tous les jours et partagent leurs secrets les plus intimes. La vie leur a joué de nombreux tours. Vont-ils pouvoir faire le chemin vers d’autres lendemains en laissant la place à l’inconnu(e) ?

*************************************

couv43351041→ La deuxième femme, de Louise Mey – 330 pages, Editions du Masque
Un roman dont j’ai entendu d’excellents échos, que je lirai pour le Club de lectures féministes de Carnet Parisien !
Sandrine ne s’aime pas. Elle trouve son corps trop gros, son visage trop fade. Timide, mal à l’aise, elle bafouille quand on hausse la voix, reste muette durant les déjeuners entre collègues.
Mais plus rien de cela ne compte le jour où elle rencontre son homme, et qu’il lui fait une place. Une place dans sa maison, auprès de son fils, sa maison où il manque une femme. La première. Elle a disparu, elle est présumée morte, et Sandrine, discrète, aimante, reconnaissante, se glisse dans cette absence, fait de son mieux pour redonner le sourire au mari endeuillé et au petit Mathias.
Mais ce n’est pas son fils, ce n’est pas son homme, la première femme était là avant, la première femme était là d’abord. Et le jour où elle réapparaît, vivante, le monde de Sandrine s’écroule.

*************************************

71fkru6s6kl→ La sirène et le scaphandrier, de Samuelle Barbier – 240 pages, éditions Hugo Roman
J’ai entendu beaucoup de bien sur ce roman au moment de sa sortie, et j’espère qu’il saura m’aérer la tête quand je l’ouvrirai. Lire un roman avec un prisonnier comme personnage principal en période de confinement, bonne ou mauvaise idée ?! On verra bien…
New York. Zach est enfermé dans une cellule, il paie sa dette à la société.
Londres. Hanna est enfermée, elle aussi. Elle vit recluse dans son appartement, incapable d’en franchir le seuil.
Poussée par son psychologue, elle s’inscrit à un programme pour correspondre avec des prisonniers et fait la connaissance de Zach, qui attire son attention dès ses premiers mots. Et s’il offrait à Hanna une liberté qu’elle pense hors de portée ?

************************************

51gyghlz8al→ Oh happy day, d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat – 336 pages, éditions Fleuve
J’avais beaucoup aimé Et je danse aussi, il me tarde donc de retrouver les personnages dans ce roman ! Ca fait bien longtemps que je n’ai pas lu de roman épistolaire, genre que j’apprécie particulièrement, donc il me tarde de le lire !
Après quatre ans de silence et ce qu’il appelle son  » grand malheur « , Pierre-Marie Sotto décide d’écrire à Adeline Parmelan au sujet d’un certain carnet qu’il aurait laissé chez elle. Est-ce un prétexte pour reprendre contact avec celle qu’il n’a jamais oubliée depuis leur rupture ? En ce cas, le moment paraît très mal choisi. Occupée par son prochain déménagement vers le Canada avec l’homme qui partage désormais sa vie, Adeline a bien d’autres projets en tête que de renouer avec lui.
Seulement, c’est sans compter sur le lien indéfectible qui les attache l’un à l’autre. De surprises en confidences, leur correspondance va les entraîner dans un tourbillon inattendu d’émotions.

************************************

71jfihmot1l→ Famille parfaite, de Lisa Gardner – 576 pages, éditions Le Livre de Poche
J’entends beaucoup parler de Lisa Gardner comme une référence du thriller, il me tarde donc de la découvrir avec ce roman qu’on m’a prêté il y a quelques temps ! J’ai deux autres romans de cette autrice dans ma pile à lire, il serait donc temps de m’y mettre enfin…
Les Denbe semblaient sortir des pages des magazines glamours  : un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston… Une vie de rêve. Jusqu’au jour où ils disparaissent tous les trois. Pas d’effraction, pas de témoin, pas de motifs, pas de demande de rançon. Juste quelques traces de pas et des débris de cartouches de Taser sur le sol de leur maison. Pour la détective privée Tessa Leoni, l’enlèvement ne fait aucun doute. Mais que pouvait donc bien cacher une existence en apparence aussi lisse  ?

************************************

71oyt82mv2l→ Lettres à l’assassin de ma fille, de Cath Staincliffe – 288 pages, Editions Stéphane Marsan
Les éditions Stéphane Marsan, une collection que j’adore et donc je prends plaisir à découvrir la plupart des titres, m’ont envoyé ce roman il y a plusieurs mois déjà, il serait donc temps que je le lise… ! Il a l’air particulièrement poignant, il me tarde de le lire !
Ruth vit seule à Manchester, non loin de chez sa fille Lizzie, son mari Jack et leur fille Florence, âgée de 4 ans. Elle est divorcée de son ancien mari Tony et travaille dans une bibliothèque. Un jour de septembre 2009, Jack l’appelle pour lui annoncer qu’il vient de trouver Lizzie, assassinée, dans leur salon. Le monde de Ruth s’écroule.  Quatre ans après l’assassinat brutal de sa fille, Ruth décide d’écrire à son meurtrier pour atténuer sa haine, reconstituer les événements et retrouver la vie qu’il lui a volé en prenant celle de sa fille.

************************************

71enjqdx92l→ La vie sur mesure, de Marius Gabriel – 411 pages, Editions Amazon Crossing
D’habitude, je ne me penche jamais sur les publications Amazon, je ne sais pas pourquoi… Pourtant, j’ai flashé sur le résumé de ce roman, qui m’a l’air fabuleux !
La jeune mariée Copper Reilly arrive à Paris en 1944, peu après la Libération. Tandis que la ville est en fête, elle se sent prisonnière de son mariage malheureux. Quand son époux commet l’infidélité de trop, Copper demande la séparation. Désormais seule, elle se lie d’amitié avec un étrange couturier rencontré dans l’arrière-boutique d’une maison de haute couture sur le déclin. Sa nature timide contraste avec le génie audacieux de ses créations. Il s’appelle Christian Dior. Copper devient sa muse et, convaincue de son talent, met tout en œuvre pour l’aider à lancer sa marque. Elle se retrouve plongée dans l’éblouissant milieu de la mode parisien et armée de son appareil photo et de sa machine à écrire, s’y fait une place en tant que journaliste. Alors qu’elle s’interroge sur ses aspirations profondes, elle rencontre deux jeunes hommes bien différents entre lesquels son cœur balance… Dans une ville en pleine reconstruction, Copper saura-t-elle se créer une vie sur mesure ?

************************************

81x2byfscu0l→ L’académie des femmes parfaites, de Helly Acton – 450 pages, Editions Harlequin
Le titre m’a beaucoup intrigué, et le résumé tout autant. Je vais tenter, même si je lis très peu de romans Harlequin !
Amy Wright, trente-deux ans, est persuadée que ce soir, Jamie va enfin lui poser LA question qu’elle attend impatiemment. Après tout, ils sont ensemble depuis plusieurs années déjà, et il lui a dit qu’il lui réservait une surprise… Mais le rêve tourne au cauchemar lorsqu’elle retire le bandeau de ses yeux. Devant elle, un écran qui diffuse une vidéo de Jamie dans laquelle il la quitte brutalement. Derrière elle, une caméra qui filme toute la scène et la diffuse devant des millions de téléspectateurs.
Car Amy fait désormais partie d’une nouvelle émission de téléréalité dont le but est de couronner la meilleure petite amie potentielle. Enfermée pendant quatre semaines avec six autres candidates, elle va devoir réussir les épreuves et prouver qu’elle est la femme parfaite. 

************************************

Et vous, qu’avez-vous prévu de lire ce mois-ci ?

13 réflexions sur “Ma pile à lire du mois de Mai 2020

  1. Je ne fais pas de pile à lire pour le mois car je prends au hasard en fonction de mes envies 😉 Donc je ne sais pas mais là je suis en train de lire un roman policier. Autrement, je note « Oh happy day » puisqu’il est écrit par 2 auteurs que j’aime énormément donc je pense qu’il sera sûrement à mon goût 😊 Bonnes lectures et un très bon mois de Mai à toi ❤

    Aimé par 1 personne

  2. De chouettes lectures en perspective. Je suis sortie de ma panne, mais je ne sais pas si cela est vraiment dû au confinement (je n’ai pas plus de temps qu’avant, au contraire, mais je me sens un peu libérée paradoxalement en dehors de la 1ère semaine qui fut très anxiogène). J’aimerais beaucoup découvrir « Le consentement ». Egalement, j’ai un John Boyne dans ma PAL (Les fureurs invisibles du cœur), j’ai sauté sur la sortie poche en janvier après en avoir lu tant de bien (notamment sur ton blog il me semble). J’espère que « l’audacieux monsieur Swift » te plaira tout autant. Bonnes lectures !

    Aimé par 1 personne

  3. Je te conseille effectivement de lire la saga de Sharko et Lucoe Henebelle dans l’ordre, c’est plus agréable.
    Je ne connais pas ce livre de Lisa Gardner mais avec La Maison d’à côté et Les Morsures du passe, j’avais été bien convaincue par l’auteure.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s