Le jour où Kennedy n’est pas mort, de R. J. Ellory

Comment résister à ce titre ? Impossible de ne pas craquer sur ce roman, du moins pour moi qui aie adoré 22.11.63 de Stephen King (cliquez ici pour lire ma chronique). J’ai foncé le solliciter sur NetGalley dès que je l’ai vu, et me suis plongée dedans pendant mes vacances !

L’histoire

C’est l’une des histoires les plus connues au monde – et l’une des plus obscures. Le 22 novembre 1963, le cortège présidentiel de John F. Kennedy traverse Dealey Plaza. Lui et son épouse Jackie saluent la foule, quand soudain… Quand soudain, rien : le président ne mourra pas ce jour-là.
En revanche, peu après, Mitch Newman, photojournaliste installé à Washington, apprend une très mauvaise nouvelle. La mère de Jean, son ex-fiancée, lui annonce que celle-ci a mis fin à ses jours. Le souvenir de cet amour chevillé au corps, Mitch tente de comprendre ce qui s’est passé. Il découvre alors que Jean enquêtait sur la famille Kennedy. Peu à peu, le photographe va s’avancer dans un monde aussi dangereux que sophistiqué : le cœur sombre de la politique américaine.
Sexe et manipulations, mensonges et assassinats… Dans cette histoire alternative où l’on retrouve le clan Kennedy au complet ainsi qu’un certain Lee Harvey Oswald, JFK semble avoir échappé à son destin. Pour combien de temps ?

Mon avis

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, même si je dois bien l’avouer, je reste un peu sur ma faim. J’ai apprécié l’histoire, mais un peu moins son rythme…

Mon principal problème avec ce livre, c’est que je n’ai pas lu le résumé. Et donc ce que j’y ai trouvé, c’est-à-dire une enquête journalistique, n’est pas ce que j’en attendais. Je voulais lire une uchronie politique avec une enquête en arrière-plan, j’ai eu une enquête avec une uchronie en arrière-plan. La différence est légère mais bel et bien là, et c’est ce qui a fait que je ne suis pas entièrement charmée par ce roman; j’ai l’impression d’être passée à côté d’une potentielle histoire totalement dingue, et il m’est difficile de passer outre ce sentiment.

Cependant, l’histoire est très prenante. Quel Président aurait été Kennedy ? Quid des conséquences de sa maladie, de ses appétits sexuels, de ses problèmes conjugaux sur son mandat politique ? RJ Ellory tente d’y répondre, en prenant pour base des faits avérés et des fantasmes populaires. J’ai apprécié son parti pris, tant aux niveaux des aspects politiques que personnels de la vie de Kennedy, et j’avoue y avoir malheureusement trouvé un bon élan de véracité. Les quelques paragraphes consacrés à Kennedy ont été mes préférés du roman.

En ce qui concerne l’enquête en elle-même, j’avoue l’avoir trouvé un peu floue et assez longue. J’ai trouvé que l’histoire tournait en rond sur un bon tiers du livre, et le roman a beau démarré sur les chapeaux de roue, le soufflé retombe rapidement. La fin est très rythmée et satisfaisante, mais justement, j’aurais aimé qu’elle soit un peu plus longue, et que les aspects un peu flous de l’enquête soient éludés. Le héros ne sait pas quoi chercher, et ce qu’il trouve est résumé en quelques phrases à peine… Un peu léger à mon goût.

Je ne peux nier que ce roman possède énormément de qualités : l’histoire est originale, les personnages bien creusés et exploités. Au final, RJ Ellory nous offre un roman sur la loyauté, thématique qui me parle et qui est au centre de tout. J’attendais juste un peu plus de rythme, et un côté uchronique un peu plus poussé que le côté enquête. Mais si cette période vous intéresse, foncez !

5 réflexions sur “Le jour où Kennedy n’est pas mort, de R. J. Ellory

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s