Mon père, ma mère, mes tremblements de terre, de Julien Dufresne-Lamy

S’il y a bien un roman parmi les 511 de la rentrée littéraire que je ne voulais pas manquer, c’était le nouveau Julien Dufresne-Lamy ! Jolis jolis monstres fut ma lecture la plus marquante de l’année 2019 (cliquez ici pour lire ma chronique), et le résumé de son nouveau livre me donnait terriblement envie de le découvrir. Et une nouvelle fois, NetGalley a assouvi mon désir de lectrice !

L’histoire

Dans cette salle, Charlie, quinze ans, patiente avec sa mère. D’ici cinq heures, son père sortira du bloc. Elle s’appellera Alice. Durant ce temps suspendu, Charlie se souvient des deux dernières années de vie de famille terrassée. Deux années de métamorphose, d’émoi et de rejet, de grands doutes et de petites euphories. Deux années sismiques que Charlie cherche à comprendre à jamais. Sur sa chaise d’hôpital, tandis que les heures s’écoulent, nerveuses, avant l’arrivée d’Alice, Charlie raconte alors la transition de son père, sans rien cacher, ce parcours plus monumental qu’un voyage dans l’espace, depuis le jour de Pâques où d’un chuchotement, son père s’est révélée. Où pour Charlie, la terre s’est mise à trembler.

Mon avis

Quelle lecture intense ! Intense, c’est l’adjectif qui me vient en tête dès que je repense à ce roman, deux jours après l’avoir terminé.

Dès les premières lignes, Julien Dufresne-Lamy m’a happé dans l’esprit de Charlie, cet adolescent qui a vu sa vie bouleversée par la révélation de la transsexualité de son père. C’est le parti pris du roman : être dans la tête de Charlie, au plus près de ses émotions, ses réactions, ses questionnements, et sa vision de ce bouleversement. Ne pas suivre son père, mais Charlie, est un point de vue que j’ai énormément apprécié, car il a le mérite d’aborder le changement d’un point de vue familial, et du point de vue de l’enfant, ce qui le rend d’autant plus touchant.

Les multiples émotions de Charlie, positives comme négatives quant à l’identité de son père, ont beaucoup résonné en moi. Charlie est un garçon qui résonne de manière scientifique, c’est ce qui le sauve de ses émotions; il s’attarde beaucoup sur l’aspect médical du changement d’identité de son père, ce qui nous permet à nous, lecteurs, de suivre l’avancée du père dans son parcours. Cela n’empêche pas de ressentir les profonds bouleversements dans la tête et dans le coeur de Charlie, dont l’évolution m’a énormément touchée.

Et puis, surtout, ce roman ne serait pas aussi intense sans la plume incroyable de Julien Dufresne-Lamy. Quand il compare le bouleversement à un tremblement de terre, il impose un champ lexical à son roman entier : pas un chapitre sans présence d’un mot de vocabulaire lié à cela. J’ai trouvé cela très bien fait, très bien écrit. Son écriture est d’une délicatesse et d’une sensibilité incroyables, les émotions transpirent des phrases, qui sont d’une précision sans fard. Les chapitres sont très courts, le roman se dévore : une fois commencé, impossible de le lâcher !

Julien Dufresne-Lamy avait frappé fort avec Jolis jolis monstres, il impose son style et son talent avec ce nouveau roman tout aussi fort bien que très différent du précédent. Il devient ainsi un auteur dont chaque parution m’intéresse, à suivre de très près !

5 réflexions sur “Mon père, ma mère, mes tremblements de terre, de Julien Dufresne-Lamy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s