Miss Charity, tome 1 : L’enfance de l’art, de Loïc Clément et Anne Montel

Les noms de Loïc Clément et Anne Montel me sont restés en tête depuis ma lecture de Chaussette il y a quelques années (cliquez ici pour lire mon avis). Quand j’ai vu qu’ils s’étaient attelés à la réalisation d’une série graphique autour du roman Miss Charity de Marie-Aude Murail, et que le premier (et seul sorti à ce jour) tome était disponible à la médiathèque, j’ai foncé, et ai profité d’un joli dimanche brumeux d’automne pour m’y plonger !

L’histoire

En 1880, Charity est une petite fille de la bonne société anglaise. Endeuillée par la mort de ses petites soeurs, sa famille lui accorde peu d’attention ; aussi se réfugie-t-elle auprès de sa bonne, Tabitha. Elle élève également des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope et apprend Shakespeare par coeur, espérant qu’un jour quelque chose rompra sa solitude.

Mon avis

Cette lecture est un pur enchantement ! Elle confirme mon amour pour le travail de Loïc Clément et Anne Montel qui s’adapte parfaitement à l’univers de Marie-Aude Murail. Entre féminisme, naturalisme et ode à l’enfance, cet ouvrage est une pépite !

Comment ne pas être charmé par les dessins de cet album ? Les illustrations à l’aquaralle d’Anne Montel sont tout simplement sublimes. Elles confèrent à l’histoire une ambiance très romantique, et ajoutent un côté très désuet à la période début XXème siècle à laquelle se passe l’histoire. Mais surtout, elles représentent parfaitement la nature mise en avant dans ce roman ; lire cet album, c’est comme se retrouver plongé dans les vieilles pages d’un herbier. C’est à la fois romantique et chaleureux, très doux mais aussi très vivant. L’illustratrice ne s’est pas contentée de dessiner ou coloriser, elle a aussi mis en page l’histoire de manière magnifique. Certaines doubles pages sont vraiment magnifiques, et méritent à elles seules le coup d’oeil.

A cette beauté visuelle s’ajoute une histoire très intéressante, joliment mise en mots par Loïc Clément. Ce tome est le premier, et prend donc son temps pour introduire Charity et son univers de solitude. J’ai clairement ressenti le fait que cet ouvrage est une adaptation de roman, car certains passages auraient mérité d’être un peu plus développés, mais peut-être cela sera-t-il le cas dans les tomes suivants. Toujours est-il que cet ouvrage est empli de thèmes très forts, comme le féminisme ou l’importance de la nature. Mais surtout, cet ouvrage est une ode à l’enfance, à sa magie, à toutes les découvertes que cette période entraine. Replonger dans cette époque ou je pouvais passer des heures à creuses des tranchées dans la terre pour construire des rues pour les vers de terre fut une bouffée de nostalgie (et d’envie de campagne aussi accessoirement).

Vous l’aurez compris, j’ai passé un moment enchanteur en compagnie de Charity. Cette lecture confirme mon amour pour le travail de Loïc Clément et Anne Montel, dont j’ai envie de lire toutes les oeuvres… et surtout la suite de ce tome-ci !

5 réflexions sur “Miss Charity, tome 1 : L’enfance de l’art, de Loïc Clément et Anne Montel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s