Et que ne durent que les moments doux, de Virginie Grimaldi

Virginie Grimaldi fait partie de mes autrices chouchou dont je lis tous les ouvrages ! A ce jour, il n’y en a que deux que je n’ai pas encore lus, que je garde pour remédier à de futures éventuelles grosses pannes de lecture. Quand j’ai vu Et que ne durent que les moments doux à la médiathèque, vous vous doutez bien que je n’ai pas pu résister à son emprunt !

L’histoire

L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place.
L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu.
L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.
C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin.

Mon avis

Sans surprise, j’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman délicat, drôle et émouvant. Je ne pensais pas l’apprécier à sa juste valeur, n’étant pas concernée actuellement par la maternité, mais l’autrice a réussi à m’emporter dans les émotions de ses personnages; c’est ce qui s’appelle du talent !

Je ne pensais pas apprécier ce roman autant que les autres romans de Virginie Grimaldi, je dois bien l’admettre. La maternité n’est pas quelque chose qui me fascine, voire qui m’attire; j’ai une vision très pragmatique de la maternité à l’heure actuelle, malgré mon âge. Mais je dois bien avouer que l’autrice en parle d’une si belle manière, et décrit si joliment les sensations et les émotions qui accompagnent la naissance d’un enfant, qu’elle a réussi à alterner mon point de vue sur la maternité. J’ai beau avoir 3398 neveux et nièces, il m’a fallu un roman pour réaliser ce à quoi ça pouvait ressembler… Et ça m’a fait réfléchir, je dois l’avouer. C’est dire la puissance qui ressort des morts de Virginie Grimaldi !

Comme dans chacun de ses romans, l’autrice nous propose une histoire qui navigue entre humour et émotions. Certaines lignes de dialogues et scènes sont d’une cocasserie folle, et deux pages plus loin vous sentez les larmes poindre tant les émotions des personnages vous touchent et vous rendent à fleur de peau : lire ce roman, c’est une aventure. Une aventure de femme ? Peut-être, surtout… Que vous soyez concerné par la maternité, que vous soyez jeune, vieux, ce roman saura vous toucher. Virginie Grimaldi met de plus en plus de poésie au sein de ses histoires, tant dans son écriture que dans les messages qu’elle y délivre, et j’apprécie énormément cette évolution !

Le seul petit bémol à cette lecture, c’est que j’avais vu venir dès le départ le « rebondissement » de la fin du livre. Virginie Grimaldi instaure toujours un léger suspens dans ses livres, et celui-ci je l’ai deviné dès les premiers chapitres. Cela n’a pas du tout gâché ma lecture, au contraire je l’ai découverte sous un autre jour que pas mal de lecteurs, mais quand la révélation arrive, je n’ai pu m’empêcher de me dire que je le savais et que ça n’avait pas marché sur moi. Après, sincèrement, je pinaille, car là n’est pas le principal intérêt du roman.

J’ai dévoré ce roman en à peine deux jours, j’ai ri, j’ai pleuré, j’ai réfléchi, j’ai adoré ! N’hésitez pas !

9 réflexions sur “Et que ne durent que les moments doux, de Virginie Grimaldi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s