Bilan cinéma – Mai 2021

Le mois de mai a signé la réouverture des salles de cinéma… mais pas pour moi ! Le cinéma proche de chez moi est en travaux jusqu’à la fin de l’année, et j’ai donc dû patienter pour retourner en salle (spoiler alert : juin a signé mon retour !).

→ Douleur et gloire, de Pedro Almodovar – Antonio Banderas, Asier Flores, Penélope Cruz – Sortie le 17 mai 2019
Synopsis : Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner.
Mon avis : Je n’étais pas attirée par ce film au moment de sa sortie, mais je me suis laissée tenter par une petite séance de rattrapage. Et je ne regrette pas, car j’ai adoré ce film ! J’ai tendance à oublier le talent de Pedro Almodovar pour proposer des films intimistes, émouvants, et très profonds. Ce film-ci ne fait pas exception, et pose un regard redoutable sur le rapport entre l’art et la vie privée, entre l’oeuvre et sa véracité, entre l’artiste public et l’homme privé. C’était drôle, délicat, flamboyant et délicat à la fois. Un très joli film !

*

→ Wonder Woman 1984, de Patty Jenkins – Avec Gal Gadot, Chris Pine, Kristen Wiig – Sortie VOD le 07 avril 2021
Synopsis : Suite des aventures de Diana Prince, alias Wonder Woman, Amazone devenue une super-héroïne dans notre monde. Après la Première guerre mondiale, direction les années 80 ! Cette fois, Wonder Woman doit affronter deux nouveaux ennemis, particulièrement redoutables : Max Lord et Cheetah.
Mon avis : Bon… c’était bof bof, je dois le dire. J’aime le personnage de Wonder Woman, mais je dois avouer que, maintenant, je regarde les films des sagas DC et Marvel dans un contexte de saga regroupant tous les super-héros. Et là, bon, un film uniquement sur WW, qui en plus n’apporte rien de plus au personnage, m’a un peu déçu. Le film fait 2h30, ce qui est trèèèès long pour un film comme celui-ci, qui est au final une course poursuite géante. J’ai regretté que les méchants étaient si peu approfondis, voire trop simples à battre – même si le personnage de Kristen Wiig est génial. Un film sans surprise, qui m’a fait passé un bon moment de divertissement sympathique sur le coup, mais dont je n’ai plus aucun souvenir…

*

→ A tous les garçons : Pour toujours et à jamais, de Michael Fimognari – Avec Lana Condor, Noah Centineo, Janel Parrish – Sortie Netflix le 12 février 2021
Synopsis : Tout a commencé avec une lettre d’amour, puis s’est poursuivi avec une nouvelle romance. Et maintenant, que réserve l’avenir à Lara Jean et Peter ?
Mon avis : J’avais envie d’un film guimauve-chouchou-beignet, donc je suis partie sur le dernier film de la trilogie A tous les garçons. Et bon, il était moins bon que le premier, mais meilleur que le deuxième. Sincèrement, il ne faut pas s’attendre à autre chose qu’à de la guimauve adolescente, mais le film a le mérite de traiter aussi d’autres problématiques comme le passage à l’âge adulte et les choix professionnels, ce que j’ai apprécié. Après, malheureusement, l’héroïne est toujours exactement la même qu’au premier film, et ne sait faire que fuir les problèmes, les discussions et la vérité, ce qui est pénible au plus haut point. Après, c’était mignon, rien de fou, juste mignon, très pop sugar / couleurs partout / lumières tamisées. Il faut adhérer aux teenage movies !

*

→ Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, d’Arnaud Viard – Avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe, Camille Rowe – Sortie le 22 janvier 2020
Synopsis : Dans la belle maison familiale, à la fin de l’été, Aurore fête ses 70 ans, entourée de ses 4 enfants, tous venus pour l’occasion. Il y a là Jean-Pierre, l’aîné, qui a endossé le rôle de chef de famille après la mort de son père ; Juliette, enceinte de son premier enfant à 40 ans et qui rêve encore de devenir écrivain ; Margaux, l’artiste radicale de la famille, et Mathieu, 30 ans, angoissé de séduire la jolie Sarah. Plus tard, un jour, l’un d’eux va prendre une décision qui changera leur vie…
Mon avis : J’avais manqué ce film à sa sortie, et n’ayant jamais lu le roman mais appréciant bien les Anna Gavalda, j’avais hâte de pouvoir le regarder. Et j’ai beaucoup aimé. Alors bon, c’est du Anna Gavalda. C’est un milieu bourgeois, très genré, très blanc, très propre. Mais, j’y trouve une délicatesse dans les personnages qui, personnellement, me touche. J’ai bien aimé ce film, qui m’a fait verser quelques larmes, je dois le dire. Le casting est bon, l’histoire émouvante. Sympathique, pas inoubliable, mais sympathique !

*

→ Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait, d’Emmanuel Mouret – Avec Niels Schneider, Camelia Jordana, Vincent Macaigne, Emilie Dequenne – Sortie le 16 septembre 2020
Synopsis : Daphné, enceinte de trois mois, est en vacances à la campagne avec son compagnon François. Il doit s’absenter pour son travail et elle se retrouve seule pour accueillir Maxime, son cousin qu’elle n’avait jamais rencontré. Pendant quatre jours, tandis qu’ils attendent le retour de François, Daphné et Maxime font petit à petit connaissance et se confient des récits de plus en plus intimes sur leurs histoires d’amour présentes et passées…

Mon avis : Ce film me faisait peur… Et finalement je me suis laissée bercer par le film, qui a réussi à me charmer. Le film est très, très bavard. Mais il parle d’amour, extrêmement bien, ce qui m’a énormément plu. Généralement, dans les films d’amour où toutes les histoires s’entremêlent, il y a beaucoup de non-dits et de silences, c’est au spectateur de deviner les pensées des personnages. Ici, les personnages n’hésitent pas à énoncer leurs pensées et leurs émotions, ce qui est assez rare. Il m’a rarement été donné de voir un film qui parle d’amours comme cela, aussi nettement. Les acteurs sont formidables, et mettent les dialogues à l’honneur. J’ai beaucoup aimé ce film !

*

→ La grande traversée, de Steven Soderbergh – Avec Meryl Streep, Gemma Chan, Candice Bergen, Dianne Wiest, Lucas Hedges – Sortie VOD le 20 avril 2021
Synopsis : Écrivaine américaine à succès et lauréate du prix Pulitzer, Alice Hughes, en panne d’inspiration, entreprend un voyage à bord du Queen Mary 2, vers l’Angleterre où elle doit recevoir un prix littéraire. Elle est accompagnée de son agent, de deux amies qu’elle n’a pas vues depuis trente ans, et de son neveu Lucas. La traversée s’annonce tumultueuse…
Mon avis : Quand j’ai vu Steven Soderbergh et Meryl Streep sur la même affiche, j’ai foncé ! Et quelle immense déception !!! Il m’a fallu trois visionnages pour venir à bout de ce film d’1h52, c’est dire si ce fut laborieux. Le film n’a aucun rythme, aucune émotion, aucun climax. Le scénario est d’une platitude terrible, il n’y a aucun enjeu dans ce film. L’héroïne, interprétée par Meryl Streep, est détestable. Même les dialogues sont insupportables à écouter, les personnages ne font qu’hésiter et du coup appliquent les mimiques de l’hésitation quand ils parlent (il y a des « Heu » et autres à chaque phrase c’est insupportable). Bref, grosse déception, dommage. Ou alors je suis passée à côté ? Si vous l’avez vu, donnez-moi votre avis !

*

→ Vita & Virginia, de Chanya Button – Avec Gemma Arterton, Elizabeth Debicki, Isabella Rossellini, Rupert Penry-Jones – Sortie le 10 juillet 2019
Synopsis : Virginia Woolf et Vita Sackville-West se rencontrent en 1922. La première est une femme de lettres révolutionnaire, la deuxième une aristocrate mondaine. Quand leurs chemins se croisent, l’irrésistible Vita jette son dévolu sur la brillante et fragile Virginia. Commence une relation passionnelle qui fait fi des conventions sociales et de leurs mariages respectifs. La fascination que Virginia ressent pour Vita, l’abîme entre sa vie d’artiste et le faste de l’excentrique aristocrate donneront naissance à Orlando, une de ses œuvres maîtresses, bouleversante réflexion sur le genre et sur l’art. 
Mon avis : Très belle découverte que ce film, qui revient sur l’histoire d’amour entre Virginia Woolf et Vita Sackville-West. Le film est très bien réalisé, la photographie est magnifique. Le scénario est très bien développé, la singularité des deux autrices étant très bien mise en scène, notamment de par les dialogues. Gemma Arterton et Elizabeth Debicki sont fabuleuses dans leurs rôles. Un très bon film, pas inoubliable, mais très bon !

*

→ La Princesse de Montpensier, de Bertrand Tavernier – Avec Mélanie Thierry, Lambert Wilson, Gaspard Ulliel, Raphaël Personnaz, Grégoire Leprince-Ringuet – Sortie le 03 novembre 2010
Synopsis : 1562, la France est sous le règne de Charles IX, les guerres de religion font rage…Depuis son plus jeune âge, Marie de Mézières aime Henri, Duc de Guise. Elle est contrainte par son père d’épouser le Prince de Montpensier. Son mari, appelé par Charles IX à rejoindre les princes dans leur guerre contre les protestants, la laisse en compagnie de son précepteur, le Comte de Chabannes, loin du monde, au château de Champigny. Elle tente en vain d’y oublier sa passion pour Guise, mais devient malgré elle l’enjeu de passions rivales et violentes auxquelles vient aussi se mêler le Duc d’Anjou, futur Henri III.
Mon avis : J’avais vu ce film il y a des années, mais n’avait pas été marquée plus que cela. Et puis, avec mon amour grandissant pour l’Histoire et les fictions autour, j’ai eu envie de le revoir. Et je ne regrette pas, car j’ai adoré adoré adoré ce film ! J’adore ce genre de film qui regroupe tous les ingrédients du film romanesque, et je n’ai pas été déçue par celui-ci : il y a des histoires d’amour, de trahison, de complot, des capes et des épées, des chevaux, des batailles, des belles robes et des châteaux. Je regrette tellement cette époque où les films historiques étaient à la mode, il y en a de moins en moins à l’écran et c’est dommage. Si vous ne l’avez jamais vu, et que ce genre de film vous plait, foncez !

6 réflexions sur “Bilan cinéma – Mai 2021

  1. On a étudié La princesse de Montpensier l’année dernière. La nouvelle est pleine d’ellipse, mais le film est vraiment top, avec un rythme particulier mais agréable. La Princesse de Clèves reprend un peu la même histoire, avec plus de détails et une fin différente. 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s