The Father, de Florian Zeller

Enfin, les cinémas sont de nouveau ouverts ! Même si le cinéma de ma ville est en travaux jusqu’à la fin de l’année, cela ne m’a pas empêché d’aller en salle. Ai-je pose une demi-journée uniquement pour ça ? Oui, je l’avoue ! J’ai pu aller voir deux films, dont The Father, dont les nombreux avis positifs entendus au moment des Oscars m’ont convaincue. C’est donc ce film qui a signé mon retour en salle !

L’histoire
The Father raconte la trajectoire intérieure d’un homme de 81 ans, Anthony, dont la réalité se brise peu à peu sous nos yeux. Mais c’est aussi l’histoire d’Anne, sa fille, qui tente de l’accompagner dans un labyrinthe de questions sans réponses.

Mon avis
Sans grande surprise, j’ai énormément apprécié ce film, très touchant et très bien réalisé.

Je connaissais Florian Zeller de nom, mais n’avais jamais vu aucune de ses pièces de théâtre, ni lu aucun de ses romans. Et je dois avouer que voir ce film-ci m’a donné envie de découvrir ses autres oeuvres. Le scénario est extrêmement bien construit, et allie habilement mystère et émotions. Un film sur la sénilité peut effrayer, mais le scénario est si habilement mis en scène qu’on se laisse immerger par la perception de ce que ce vieil homme perçoit et comprend (ou pas). Florian Zeller a réussi un coup de maître dans sa réalisation, en jouant avec les costumes et les décors, de manière à perdre le spectateur comme son personnage principal; le film est brillant !

En même temps, avec un tel casting, difficile de réaliser une contre-performance ! Anthony Hopkins n’a pas volé son Oscar pour sa performance, tant il se noie parfaitement dans ce personnage fort et faible à la fois. Olivia Colman n’est pas en reste, et réussit à donner énormément d’émotions et de pudeur à son personnage. La dernière scène du film est époustouflante d’émotions, et le film a réussi à me retourner. Rares sont les oeuvres qui réussissent à vous représenter concrètement un état de santé, et ce film-ci le fait extrêmement bien; on se retrouve aussi perdu que le héros, jusqu’à la toute fin qui nous brise le cerveau et le coeur.

The Father: Olivia Colman, Imogen Poots, Anthony Hopkins

Le film aborde deux thématiques très touchantes, mais pas toujours évidentes à mettre en scène à l’écran : la vieillesse, et la relation père/fille. La première thématique est abordée à la manière d’un film mystérieux, avec un petit côté thriller psychologique qui fait qu’on ne sait nous-même plus quoi penser. Et la seconde thématique est abordée avec énormément de pudeur, prend de l’ampleur au fil des scènes, et est accentuée par la présence et l’alchimie entre les acteurs qui sont formidables.

The Father est un film qui m’a beaucoup touchée, mais qui m’a aussi effrayée. Ce film ne peut pas laisser indifférent, vous retournant à la fois le cerveau et le coeur. Un film que je recommande chaudement !

2 réflexions sur “The Father, de Florian Zeller

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s