Ma pile à lire du mois de septembre 2021

Le mois d’août a signé mon retour à un rythme de lecture très satisfaisant. J’ai lu beaucoup de romans historiques, mon genre préféré, ce qui l’explique probablement. Pour ce mois de septembre, j’ai pour objectif de lire tous les emprunts médiathèque qu’il me reste à rendre, et ça en fait beaucoup ! Pas trop de rentrée littéraire, avec seulement trois titres, car très peu me tentent cette année… Voici les romans que j’aimerais lire !

→ 907 fois Camille, de Julien Dufresne-Lamy – 336 pages, Editions Plon
Comment résister au nouveau livre de Julien Dufresne-Lamy ? Chacun de ses romans me bouleverse, j’espère que celui-ci saura autant me toucher.
Résumé : « Camille naît le 7 octobre 1987 dans le 14e arrondissement de Paris et tout de suite, elle a côtoyé l’impossible. Camille est la fille de Marie, une femme grande, souriante, fragile et de Dominique alias Dodo, un homme grandiloquent et imprévisible qui aime à se prénommer la Saumure »
C’est l’histoire vraie de Camille, fille de. Pas d’un acteur ni d’un chanteur, mais du proxénète notoire Dodo la Saumure. Depuis l’enfance, Camille compose avec l’absence de ce père occupé par ses maisons closes et ses allers-retours en prison. Camille grandit dans la honte et les secrets de famille avec une seule question : comment devenir une femme dans l’ombre d’un père qui en exploite tant ?
L’expérience de Camille est universelle, car elle illustre la place et le combat de toutes ces femmes aux prises avec des hommes qui les méprisent, les dupent, les utilisent pour dominer et triompher.
C’est aussi l’histoire d’un écrivain, Julien Dufresne-Lamy, qui pour raconter son amie Camille reprend la narration depuis l’origine. Il interroge l’écriture et les souvenirs enfouis de son héroïne en se demandant sans cesse : comment écrire le vrai, la vie d’une autre, l’amitié sans trahir la littérature ?

*

→ La fille du faiseur de rois, de Philippa Gregory – 471 pages, Editions Hugo & Cie
Je continue ma lecture des romans de Philippa Gregory avec La fille du faiseur de rois, toujours avec ma copine de LC romans historiques Alix !
Résumé : Angleterre, 1465, les grandes familles de Lancastre et York se disputent depuis plus de 10 ans le trône. À cette époque un homme œuvre dans l’ombre pour faire et défaire les dynasties, au gré de ses intérêts personnels : Richard Neville, comte de Warwick, surnommé le  » faiseur de rois ». Celui- ci, sans héritier homme, s’est servi de ses deux filles, Isabelle et Anne, comme des pions sur l’échiquier politique. L’histoire est racontée ici par Anne Neville. Mariée très jeune, Anne perd très vite son époux, ainsi que son père en 1471. Sa mère est enfermée au sanctuaire et sa sœur mariée à l’ennemi. Elle s’en sort en épousant Richard, le frère du roi, mais doit affronter la puissante famille royale, notamment la reine. Après la mort de sa sœur et de son seul fils, Anne finira par réaliser le rêve de son père en montant sur le trône aux côtés de Richard. Malheureusement, celui-ci s’éprend de sa nièce Élisabeth (future reine et femme d’Henri VII, la Princesse Blanche)…

*

→ Monsieur mon amour, d’Alexandra de Broca – 240 pages, Editions Albin Michel
Après ma jolie découverte de la plume d’Alexandra de Broca le mois dernier, je continue à découvrir ses ouvrages historiques avec ce roman-ci qui m’a l’air tout aussi bon !
Résumé : Princesse vertueuse totalement dévouée à Marie-Antoinette ou conspiratrice et séductrice aux moeurs dépravées ? Marie-Thérèse de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe, fut en son temps l’objet des plus folles rumeurs.
Au fil d’une bouleversante correspondance imaginaire, Alexandra de Broca, l’auteur de La Princesse effacée, se glisse dans la peau de cette jeune aristocrate turinoise, veuve à dix-neuf ans du descendant d’un bâtard de Louis XIV, qui lui aura fait subir les pires affronts. Comme tant d’autres victimes expiatoires du régime de la Terreur, cette femme fragile, attachée à la famille royale au point de reprendre ses fonctions après la fuite du roi, connaîtra une fin atroce. Du fond de la geôle parisienne où elle attend son jugement, Marie-Thérèse écrit chaque jour à Philippe d’Orléans, député et proche de Robespierre. Comme la vertu s’adresse au vice, elle commence ses lettres par « Monsieur mon Amour »…

*

→ Buveurs de vent, de Franck Bouysse – 400 pages, Editions Albin Michel
J’ai un an de retard sur la lecture de ce roman, mais je m’en fiche car il n’est jamais trop tard pour découvrir de bons ouvrages, et je suis persuadée que celui-ci sera excellent ! J’avais adoré la plume de Franck Bouysse avec Né d’aucune femme (cliquez ici pour lire mon avis), il me tarde de le retrouver avec cette nouvelle histoire !
Résumé : Ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et sœur, soudés par un indéfectible lien. Marc d’abord, qui ne cesse de lire en cachette. Matthieu, qui entend penser les arbres. Puis Mabel, à la beauté sauvage. Et Luc, l’enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d’être un jour l’un des leurs. Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l’animal à sang froid…

*

→ Le cercle des plumes assassines, tome 1, de J.J. Murphy – 342 pages, Editions Baker Street
Je suis ravie de pouvoir me replonger dans l’univers si brillant et drôle de J.J. Murphy et de son Cercle des plumes assassines ! J’avais adoré L’affaire de la belle évaporée il y a quelques années (cliquez ici pour lire mon avis), et il me tarde de découvrir les origines de cette série !
Résumé : Dorothy Parker fut l’une des femmes les plus drôles de l’Amérique. Critique, poète, scénariste, elle fut un pilier de la célèbre Table Ronde de l’hôtel Algonquin, où déjeunaient ensemble les plus fins esprits de New York. Dans ce roman qui nous fait revivre les folles années 20, elle devient malgré elle l’héroïne intrépide d’une enquête criminelle. Un matin, Dorothy découvre sous leur table habituelle un inconnu poignardé en plein coeur. Pour compliquer l’affaire, un jeune outsider, venu du Sud, un certain William («Billy») Faulkner, qui rêve de devenir écrivain, va se trouver mêlé à l’histoire. Il est le seul à avoir eu un furtif aperçu du tueur… 

*

→ Reine des Lumières, de Karin Hann – 424 pages, Editions du Rocher
Une biographie romancée sur la Marquise de Pompadour, de quoi passer à coup sûr un excellent moment !
Résumé : 1745 – Jeanne-Antoinette Le Normant d’Étiolles, née Poisson, accède officiellement au statut de favorite. Véritable révolution de palais, qui voit s’établir une femme de petite noblesse aux côtés de Louis XV. Les mauvaises langues parient d’ailleurs sur la brièveté de sa faveur. Or, grâce à son charme, à son intelligence, à sa jovialité et à sa bienveillance, celle qui est bientôt titrée marquise de Pompadour conquiert au contraire durablement le coeur du roi et devient, au-delà de l’alcôve, une éminence grise dont l’influence politique et artistique s’accroît inexorablement. Bâtisseuse infatigable, esprit éclairé, esthète cultivée et raffinée, elle est l’amie des philosophes, des hommes de lettres, des scientifiques, des peintres et des musiciens, qu’elle protège, pensionne et encourage.

*

→ Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 4 : La bibliothèque des âmes, de Ransom Riggs – 502 pages, Editions Bayard Jeunesse
Ca fait bien longtemps que je n’ai lu de roman jeunesse, et il est grand temps pour moi de terminer cette série que j’ai commencée il y a bien trop longtemps. Entre deux princesses, il passera tout seul !
Résumé : Dans le Londres d’aujourd’hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d’Addison, l’illustre chien particulier doué de parole. Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d’or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l’Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité. Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l’ennemi a bien établi son QG dans l’Arpent, derrière les murs d’une forteresse imprenable…

*

→ Le serpent de l’Essex, de Sarah Perry – 378 pages, Editions Christian Bourgois
Ce roman m’a toujours intriguée, donc je n’ai pas su résister quand je l’ai vu à la médiathèque. J’y vais totalement à l’aveugle, je ne sais pas du tout à quoi m’attendre !
Résumé : Cora Seaborne, jeune veuve férue de paléontologie, quitte Londres en compagnie de son fils Francis et de sa nourrice Martha pour s’installer à Aldwinter, dans l’Essex, où elle se lie avec le pasteur William Ransome et sa famille. Elle s’intéresse à la rumeur qui met tout le lieu en émoi : le Serpent de l’Essex, monstre marin aux allures de dragon apparu deux siècles plus tôt, aurait-il ressurgi de l’estuaire du Blackwater ? Dans un cadre marqué par une brume traversée d’étranges lumières, Cora Seaborne construit sa liberté. 

*

→ Un bonheur imparfait, de Colleen Hoover – 331 pages, Editions Hugo Roman
Je n’ai entendu que de bons avis sur ce roman, et je n’ai pas lu de roman de Colleen Hoover depuis longtemps : j’ai hâte de le découvrir à mon tour !
Résumé : Graham et Quinn sont tombés profondément amoureux il y a sept ans. Après une rencontre improbable, ils ont vite compris qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Et puis ils se sont mariés et ont commencé à parler de fonder une famille.
Les mois, les années ont passé et Quinn et Graham ne sont toujours que deux et leur couple semble s’effriter un peu plus chaque jour. Le désir de Quinn de devenir mère est devenue une obsession qu’elle n’est plus très sûre que Graham partage totalement. Leur relation se distend et ils semblent de moins en moins se comprendre.
Est-ce que l’amour même quand il est aussi fort peut mourir quand les épreuves se multiplient ou au contraire peut-il en sortir renforcé ?

*

→ Les évasions particulières, de Véronique Olmy – 512 pages, Editions Albin Michel
J’avais adoré Bakhita, précédent roman de Véronique Olmi (cliquez ici pour lire ma chronique), et j’ai hâte de découvrir son dernier roman sorti il y a déjà un an !
Résumé : Elles sont trois sœurs, nées dans une famille catholique modeste à Aix-en-Provence. Sabine, l’aînée, rêve d’une vie d’artiste à Paris ; Hélène, la cadette, grandit entre son oncle et sa tante, des bourgeois de Neuilly-sur-Seine, et ses parents, des gens simples ; Mariette, la benjamine, apprend les secrets et les silences d’un monde éblouissant et cruel.
En 1970, dans cette société française qui change, où les femmes s’émancipent tandis que les hommes perdent leurs repères, les trois sœurs vont, chacune à sa façon, trouver comment vivre une vie à soi, une vie forte, loin de la morale, de l’éducation ou de la religion de l’enfance.
Cette saga familiale, qui nous entraîne de l’après Mai 68 à la grande nuit du 10 Mai 1981, est tout autant une déambulation tendre et tragique dans ce siècle que la chronique d’une époque où les consciences s’éveillent au bouleversement du monde et annoncent le chaos à venir.

*

→ Magellan, de Stefan Zweig – 360 pages, Editions Robert Laffont
Depuis le temps que j’avais envie de lire une autre biographique écrite par Zweig, je suis ravie qu’Alexia du compte MyBookVision ait sélectionné ce titre pour la lecture du mois de son club de lecture !
Résumé : Elles sont trois sœurs, nées dans une famille catholique modeste à Aix-en-Provence. Sabine, l’aînée, rêve d’une vie d’artiste à Paris ; Hélène, la cadette, grandit entre son oncle et sa tante, des bourgeois de Neuilly-sur-En 1518, un Portugais exilé du nom de Magellan convainc le roi d’Espagne, Charles Quint, d’un projet fou : « Il existe un passage conduisant de l’océan Atlantique à l’océan Indien. Donnez-moi une flotte et je vous le montrerai et je ferai le tour de la terre en allant de l’est à l’ouest. » Partie en 1519, l’expédition reviendra trois ans plus tard, disloquée, victorieuse. Malgré les fausses cartes et les mutineries, le froid, la faim et les maladies, Magellan a forcé le détroit qui porte aujourd’hui son nom et vaincu le Pacifique, inconnu à l’époque. Un destin héroïque magistralement conté et réfléchi par Zweig.

*

→ Hors de toi, de Sandrine Girard – 208 pages, Éditions Calmann Levy
Je n’ai entendu que de bons avis sur ce roman de la Rentrée littéraire, je vais donc tenter l’aventure !
Résumé : Alice a cinq ans, six ans, sept ans, onze, quinze, vingt-cinq… Elle vit intensément chaque rencontre, chaque bain de mer, chaque instant. Et la rage bout en elle, une rage compacte qui explose par intermittence quand elle ne la retourne pas contre elle-même. Ses parents ont divorcé. Ballottée d’un foyer à l’autre, elle endure en apnée la présence de ses beaux-parents : la cruauté d’une belle-mère jalouse, l’alcoolisme d’un beau-père brutal. Nulle part, elle n’est en sécurité. Ce qu’Alice cache, y compris derrière sa soif de vivre inextinguible, ce sont les violences qu’elle subit au quotidien. Car toutes ces années, Alice se tait.

*

→ S’il n’en reste qu’une, de Patrice Franceschi – 240 pages, Éditions Grasset
Quand j’ai vu que ce roman était finaliste du Prix Roman Fnac, j’ai foncé le demander sur NetGalley !
Résumé : Une journaliste occidentale croit pouvoir enquêter impunément sur le destin magnifique de deux figures légendaires, Tékochine et Gulistan, afin de raconter la pureté de leur cause, l’inflexibilité de leur lutte, les circonstances exceptionnelles de leur mort dans les décombres d’une ville assiégée de l’ancienne Mésopotamie.
Mais accéder au premier cercle des dirigeants clandestins de cette guerre-là se mérite, et peut-être ne peut-on révéler la vérité qui se cache derrière tant de récits lacunaires et contradictoires qu’en se perdant à son tour : son enquête devient peu à peu parcours initiatique, remontée du fleuve du souvenir, hymne à une liberté dont nous avons perdu le sens en cessant d’être prêts à en payer le prix.

*

→ Haute saison, d’Adèle Bréau – 320 pages, Éditions JC Lattès
Je n’avais pas prévu de lire ce roman rapidement, mais vu que Magdalena du compte Instagram Triple L de Mag organise une lecture commune, je me suis dit que la transaction entre les vacances et la rentrée était toute trouvée avec ce livre !
Résumé : Anglet, fin juillet. À la réception du Club Océan, Germain accueille comme chaque semaine les nouveaux arrivants, avec un mélange de plaisir et d’appréhension…
Au milieu des habitués, certains clients goûtent pour la première fois aux « joies du club ». Chantal, qui débarque sans grand enthousiasme avec ses petits-enfants, Matthias, papa solo ayant cédé à l’appel de l’option « mini-club », et Fanny, venue en famille pour tenter de resserrer les liens, vont plonger dans ce huis clos aussi enjoué qu’inquiétant, dont la feuille de route est claire : faites connaissance et a-mu-sez-vous !
Mais qu’a-t-on à partager avec des êtres si différents ? Entre tournois de tir à l’arc, plaisirs du self et jeux apéro, ces vacanciers contraints de cohabiter parviendront-ils à rompre la glace malgré les secrets qu’ils ont emportés dans leurs bagages ? Peut-on réparer ce qui a été brisé ? Faut-il se lever à l’aube pour avoir un transat à la piscine ?yer le prix.

16 réflexions sur “Ma pile à lire du mois de septembre 2021

  1. Une belle PAL avec à nouveaux des romans historiques sur lesquels, je vais lorgner, notamment la biographie romancée de Magellan car j’aime beaucoup la plume de Zweig. Je vois aussi que tu te lances dans la seconde partie de Miss PEregrine, je n’ai pas encore osé pour ma part.
    Belles lectures à toi !

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai malheureusement été très déçue par le serpent de l’Essex. Je n’ai pas réussi à rentrer dans cette histoire et j’ai abandonné après une centaine de pages. J’ai hâte de savoir ce que tu en as pensé. Cela me donnera peut-être envie de reprendre ma lecture…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s