Le bal des folles, de Victoria Mas

Avec la sortie de son adaptation sur Prime Vidéo, je n’ai pas résisté à la lecture du Bal des Folles, premier roman de Victoria Mas, sorti en 2019, et qui avait rencontré un joli succès. J’ai donc profité du dernier week-end de l’été pour enfin m’y plonger !

L’histoire

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

Mon avis

J’ai passé un très bon moment de lecture grâce à ce roman, qui m’a très agréablement surprise. Peut-être est-ce dû au fait qu’il était édité chez Albin Michel, mais je m’attendais à une littérature très blanche; au final, je me suis retrouvée à dévorer un roman haletant et passionnant, tirant sur le fantastique, que j’ai énormément apprécié !

Le roman a beau être court, il n’est est pas moins pourvu de profondeur. Je m’attendais à un roman chorale qui brosserait le portrait d’un service dans un hôpital, et bien pas du tout. Le roman se concentre principalement sur deux femmes, une patiente et une infirmière de ce fameux service dédié de la Salpêtrière, qui vont se retrouver liées autour d’une histoire très émouvante et haletante. Ce roman est un roman qui parle des femmes, de la manière dont elles se comprennent et se trouvent, toujours. Les personnages d’Eugénie et Geneviève sont fabuleux, forts, puissants, porteurs d’espoir et de colère. Et que dire de Louise, Thérèse, et toutes les autres femmes qui peuplent les couloirs de cet hôpital.

Ce roman est une découverte d’un à côté pour elles, d’une vie et d’une condition à laquelle elles pourraient prétendre si elles n’étaient pas victimes du patriarcat de l’époque. C’est non seulement un roman à l’intrigue haletante et émouvante, mais aussi un récit initiatique. J’ai beaucoup apprécié l’évolution des personnages tout au long de ce roman, l’abnégation dont ils font preuve face aux épreuves et aux découvertes que la vie leur impose. En à peine 250 pages, Victoria Mas réussit à nous plonger dans une intrigue palpitante tout en dénonçant des choses, et propose par là-même un roman très fort.

J’ai beaucoup aimé le parti pris par l’autrice de nous positionner au cœur de ce service. Le XIXème siècle est le dernier siècle où le féminisme n’existait pas encore, et la médecine est connue pour être un secteur où le patriarcat est encore extrêmement dominant, encore aujourd’hui d’ailleurs. Charcot a beau s’être illustré par ses avancées dans le domaine de l’hypnothérapie pour le traitement de certains troubles neurologiques et psychiques, être plongé dans son service n’est pas une sinécure… Certaines scènes de « cours » publics sont absolument atroces à lire, tant la douleur et l’impudeur imposées aux femmes y est présente.

Le bal des folles est un roman profondément féministe, qui fait parler la cause des femmes. Entre Histoire, féminisme, et récit initiatique, il ne saura pas vous laisser de marbre !

3 réflexions sur “Le bal des folles, de Victoria Mas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s