Combats et métamorphoses d’une femme, d’Edouard Louis

Un nouveau livre d’Edouard Louis au format audio ?! Mais je fonce ! Depuis ma lecture d’En finir avec Eddy Bellegueule, qui avait été une claque monumentale (cliquez ici pour lire ma chronique), j’ai envie de lire absolument tous ses livres. J’ai donc foncé sur celui-ci quand je l’ai vu sur NetGalley !

L’histoire
Pendant une grande partie de sa vie ma mère a vécu dans la pauvreté et la nécessité, à l'écart de tout, écrasée et parfois même humiliée par la violence masculine. Son existence semblait délimitée pour toujours par cette double domination, la domination de classe et celle liée à sa condition de femme. Pourtant, un jour, à quarante-cinq ans, elle s'est révoltée contre cette vie, elle a fui et petit à petit elle a constitué sa liberté. Ce livre est l'histoire de cette métamorphose.

Mon avis
Edouard Louis n’est jamais aussi efficace que quand il parle de son enfance et de son adolescence. En décryptant son univers et sa culture familiale, il réussit à produire un discours et des idées très puissantes, qui me parlent énormément. Ca avait été le cas avec En finir avec Eddy Bellegueule, il réitère avec Combats et métamorphoses d’une femme.

Ce livre m’a énormément parlé. Il y a quelques années, j’ai appris à ne plus voir ma mère comme une mère, mais comme une femme; une femme ayant eu une enfance, une adolescence, une vie de femme, de couple, de mère. Apprendre à connaitre ma mère comme une femme m’a beaucoup fait grandir, et je sens que cette expérience a été la même pour Edouard Louis. Il explique très bien le cheminement qui a mené à ce livre, l’évolution de sa relation avec sa mère au fur et à mesure de sa propre évolution personnelle et sociale. J’ai trouvé ce cheminement très touchant, et nous le relater avec cette franchise qui caractérise l’auteur est très émouvant.

D’autant plus émouvant quand on connait la vie de sa mère, semée d’épreuves. Des épreuves que rencontrent beaucoup de femmes, depuis des siècles : victime des hommes et de leurs vices, enfermée par les autres dans son rôle d’épouse et de mère. Mais aussi, enfermée dans sa sphère sociale, par snobisme. Et cet enfermement implique un détachement et un écartement des autres, de sa propre famille à de potentiels amis. Au-delà de la vie de sa mère, Edouard Louis réussit une nouvelle fois à analyser sa sphère familiale d’une manière qui me touche particulièrement.

Faire narrer le livre par une femme, Irène Jacob pour ne pas la citer, est assez étonnant. Mais pas choquant pour autant; sa narration est formidable, avec beaucoup de caractère. Les transitions, qui ne sont pas évidentes à émettre en audio, sont palpables. Beaucoup considèrent la plume d’Edouard Louis comme froide et clinique; elle l’est, d’un certain côté. Pour moi, la beauté du récit réside avant tout dans le propos plutôt que dans son écriture. Je sens également que cette plume froide tient de la personnalité de son auteur; à partir de là, il est difficile de la remettre en cause.

A sa façon, Edouard Louis rend hommage à sa mère, à la femme qui est devenue heureuse en luttant contre ce qu’on l’a amenée à devenir. Son récit m’a beaucoup parlé, et la version audio emballée. Je recommande !

Une réflexion sur “Combats et métamorphoses d’une femme, d’Edouard Louis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s