Bilan cinéma – Octobre 2021

Le mois d’octobre a été riche en lecture, mais bien pauvre côté films : seulement quatre films vus le mois dernier… Voici le bilan !

SÉANCES EN SALLE

→ Eugénie Grandet, de Marc Dugain
Un joli film, sans fioriture, pas inoubliable, mais qui se laisse facilement regarder !
Ma chronique complète ici


SÉANCES DE RATTRAPAGE

→ Adieu les cons, d’Albert Dupontel – Avec Albert Dupontel, Virginie Efira – Sortie le 21 octobre 2020
Synopsis : Lorsque Suze Trappet apprend à 43 ans qu’elle est sérieusement malade, elle décide de partir à la recherche de l’enfant qu’elle a été forcée d’abandonner quand elle avait 15 ans. Sa quête administrative va lui faire croiser JB, quinquagénaire en plein burn out, et Monsieur Blin, archiviste aveugle d’un enthousiasme impressionnant. À eux trois, ils se lancent dans une quête aussi spectaculaire qu’improbable.
Mon avis : Ce film a reçu beaucoup de récompenses, et d’excellentes critiques. Pour ma part, j’y suis allée à reculons, tout simplement parce que je sais que le style de Dupontel est particulier… Et finalement, j’ai été totalement conquise. Le film est loufoque, mais immensément humaniste et beau. J’ai adoré !

*

→ Le bal des folles, de Mélanie Laurent – Avec Lou de Laâge, Mélanie Laurent – Sortie VOD le 17 septembre 2021
Synopsis : L’histoire d’Eugénie, une jeune fille lumineuse et passionnée à la fin du 19ème siècle. Eugénie a un don unique : elle entend et voit les morts. Quand sa famille découvre son secret, elle est emmenée par son père et son frère dans la clinique neurologique de La Pitié Salpêtrière sans possibilité d’échapper à son destin. Une clinique, dirigée par l’éminent Professeur Charcot…
Mon avis : J’ai lu le livre peu avant de visionner le film, et je dois dire que c’est une adaptation assez fidèle que nous propose ici Mélanie Laurent. Le film reconstitue bien le décor et l’époque, et place bien le contexte féministe du roman. Je suis un peu plus partagée sur la visualisation des visions de l’héroïne, qui auraient pu être un peu plus impressionnantes. Mais le principal y est : la relation très forte entre les deux héroïnes, les explications autour de la « légende » Charcot et le traitement des patientes à la Salpêtrière, et plus largement celui des femmes à l’époque. Très sympa, adapté fidèlement…mais lisez le livre quand même !

*

→ Monsieur N., d’Antoine de Caunes – Avec Philippe Torreton, Roschdy Zem, Richard E. Grant, Jay Rodan – Sortie le 12 février 2003
Synopsis : Comment l’empereur Napoléon a-t-il accepté de se soumettre à cet emprisonnement sur l’île de Sainte-Hélène ? Et comment imagine-t-il desserrer l’emprise de ses geôliers ? C’est ce que Monsieur N. va tenter de révéler…
Mon avis : Antoine de Caunes a fait le pari de parler de la vie de Napoléon sur l’île de Sainte Hélène à travers une enquête : est-ce réussi ? Pour ma part, je répondrai Oui. La reconstitution historique et l’ambiance de l’île semblent fidèle, le travail de la lumière est intéressant, la réalisation peu audacieuse mais agréable. Le scénario est intéressant, car il remonte pas mal de théories sur la mort de Napoléon, qui reste, encore aujourd’hui, assez mystérieuse. Même si la conclusion ne m’a pas convaincue, j’ai apprécié ce film qui ose parler de Napoléon et de ses dernières années, ainsi que de son entourage. Petite mention sur la scène d’ouverture, absolument saisissante.

2 réflexions sur “Bilan cinéma – Octobre 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s