Adieu Monsieur Haffmann, de Fred Cavayé

Qui dit passion Histoire dit forcément passion films historiques. Sachant cela, vous vous doutez bien que je ne voulais pas manquer en salles le film Adieu Monsieur Haffmann, dont la bande-annonce m’avait beaucoup intriguée. Thriller or not thriller ? Dans tous les cas, le casting cinq étoiles était au rendez-vous !

L’histoire
Paris 1941. François Mercier est un homme ordinaire qui n’aspire qu’à fonder une famille avec la femme qu’il aime, Blanche. Il est aussi l’employé d’un joaillier talentueux, M. Haffmann. Mais face à l’occupation allemande, les deux hommes n’auront d’autre choix que de conclure un accord dont les conséquences, au fil des mois, bouleverseront le destin de nos trois personnages.

Mon avis
J’ai passé un très bon moment devant Adieu Monsieur Haffmann ! Le film est bien construit, et joue avec les genres du cinéma, passant du film historique classique au huit-clos angoissant. Le seul reproche que je pourrais lui faire, c’est justement de ne pas être allé assez loin, à mon goût, dans ce côté angoissant.

On sent que le film est une adaptation de pièce de théâtre rien que dans la manière dont le film est mis en scène. L’intrigue se passe principalement dans la boutique de Monsieur Haffmann, et le seul endroit de Paris que l’on peut entrapercevoir est un bout de rue. Des décors on retient l’atelier, la cave, la chambre, la salle à manger, la chambre des enfants, rien d’autre. Et plus le film avance, plus les décors de resserrent, plus les plans sur les décors sont de rétrécis, à l’image de l’étau qui se resserre autour des personnages. A l’image de la période, et de tous les films qui la traitent, les couleurs des décors et costumes sont ternes, le tout est d’un marron grisonnant déprimant au possible. A ce niveau, la reconstitution historique est fidèle.

J’ai beaucoup apprécié l’intrigue de ce film, qui se concentre sur l’accord conclu entre Monsieur Haffmann et son employé récemment embauché. Un accord qui, dès le départ, parait assez audacieux, mais qui compte tenu du contexte, se tente. Au fur et à mesure de l’occupation allemande, l’étau va se resserrer autour de nos trois personnages principaux, jusqu’à devenir un imbroglio aussi angoissant que fatalement dramatique. J’ai beaucoup aimé la manière dont le scénario part d’un film historique pour se terminer en film noir, ou les non-dits et vices font loi. Le seul défaut est que j’aurais apprécié que le film aille encore plus loin dans l’angoisse, jusqu’à en devenir un vrai thriller historique. A mon goût, le réalisateur aurait pu se permettre d’aller plus loin; mais après tout, ce n’était peut-être pas là le sujet principal du film…

Le casting du film est impeccable, particulièrement Gilles Lellouche qui porte le film. J’adore cet acteur, car il peut à la fois faire montre d’un sex-appeal incroyable pour se transformer la seconde suivante en homme patibulaire absolument tout sauf excitant. Daniel Auteuil fait le boulot, mais je l’ai déjà senti investi davantage dans d’autres rôles. La bonne surprise vient de Sara Giraudeau, que de manière générale j’ai du mal à apprécier, et qui ici a un rôle lui permettant de servir une palette d’émotions à l’écran.

Je vous recommande chaudement de tenter Adieu Monsieur Haffmann : un film qui développe bien son sujet initial, dans une période dramatique et intense, avec un casting convaincant. A voir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s