Le guerrier de porcelaine, de Mathias Malzieu

Aaah Mathias Malzieu, l’un des seuls artistes dont chaque œuvre, qu’elle soit littéraire, cinématographique ou musicale, m’intéresse. Je n’ai donc pas hésité une seule seconde en voyant son dernier roman proposé en audio, dont il était par ailleurs le narrateur.

L’histoire

En juin 1944, le père de Mathias, le petit Mainou, neuf ans, vient de perdre sa mère, morte en couches. On décide de l’envoyer, caché dans une charrette à foin, par-delà la ligne de démarcation, chez sa grand-mère qui a une ferme en Lorraine. Ce sont ces derniers mois de guerre, vus à hauteur d’enfant, que fait revivre Mathias Malzieu, mêlant sa voix à celle de son père. Mainou va rencontrer cette famille qu’il ne connaît pas encore, découvrir avec l’oncle Emile le pouvoir de l’imagination, trouver la force de faire son deuil et de survivre dans une France occupée.

Mon avis

J’ai passé un très joli moment de lecture avec ce livre, grâce à la poésie et à la voix de Mathias Malzieu qui, on le sent, à mis son cœur et sa pudeur dans cette œuvre, sa plus intime jusqu’ici.

Plus on grandit, plus on apprend à considérer les personnes plus âgées que soi comme des personnes, avec leur propre caractère et leur expérience de vie. Elles passent du statut d’entité à personnalité. Je suis toujours émue d’entendre des parcours de vie de personnes plus âgées que moi, et de les découvrir de manière plus intime. Le guerrier de porcelaine ne pouvait donc que m’émouvoir, retraçant l’enfance d’un père dans les mots de son fils. Dans ce livre, on sent le Mathias artiste et poète, mais aussi le Mathias fils de, ému de rendre hommage à sa famille et de faire découvrir l’histoire de son père, enfant pendant la guerre.

Mathias Malzieu a beau parler de son père, il n’en perd pas moins de sa poésie. Si les mots de ce livre proviennent de la bouche de son père, je comprends d’où il tient son talent. Dans ses lignes, c’est toute l’âme de l’enfance qui jaillit, celle du désespoir et de l’exaltation. C’est la naïveté, la curiosité, l’imagination et le désir de l’enfance qui imprègnent les lignes, en contradiction avec le décor de huit-clos qui entoure cet enfant de 9 ans victime de la guerre et de la mort de sa mère, qui va trouver en sa famille et en quelques éléments qui l’entourent de quoi s’échapper et éclairer la noirceur de son quotidien. Cela donne un roman terriblement émouvant, dur et d’une naïveté tendre, qui m’a étreint le cœur.

J’ai eu la chance de découvrir ce livre par sa version audio, lue par l’auteur lui-même. Et qui dit Mathias Malzieu en narrateur dit forcément un peu de musique dispersée entre les lignes, ajoutant un peu plus de poésie à chaque chapitre. Il narre ce roman de manière merveilleuse, ajoutant de la fantaisie et de la naïveté à son personnage par son interprétation; on le sent très ému de lire certains passages, notamment la post-face dans laquelle il évoque son parcours pour écrire ce livre. Si vous avez l’occasion d’écouter cette histoire, n’hésitez pas !

Comme à chaque fois, Mathias Malzieu m’a fait passer un très joli moment de lecture, empli de poésie et de fantaisie. Un très joli livre !

4 réflexions sur “Le guerrier de porcelaine, de Mathias Malzieu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s