La plastiqueuse à bicyclette, de Jeanne Bohec

Quand les éditions du Félin m’ont contacté en me proposant un titre de leur catalogue, mon choix s’est rapidement porté sur La plastiqueuse à bicyclette de Jeanne Bohec, récit autobiographique sur l’implication de l’autrice dans les forces de résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale. Le récit d’une femme, résistante, à cette période : il n’en fallait pas plus pour me tenter !

L’histoire

Le 1er juin 1940, Jeanne Bohec décide de partir pour l’Angleterre. Elle n’a pas entendu le discours du général de Gaulle, mais tout la pousse instinctivement à refuser la défaite. Elle a tout juste 21 ans. Parmi les premières à s’engager dans le Corps féminin des Volontaires françaises, a être engagée par le BCRA et à être parachutée sur la France occupée, Jeanne Bohec est à n’en pas douter l’un des meilleurs exemples de ces femmes qui s’engagèrent corps et âme dans la bataille mais que l’histoire a trop longtemps laissées dans l’ombre.
Experte en explosifs, instructrice dans sa Bretagne natale où elle forme les groupes de résistants à leur maniement, elle est à la manœuvre lors du déclenchement du « plan vert » (mai 1944) et encore au cœur de l’action lors des terribles combats du maquis Saint-Marcel (juin 1944). À bicyclette, elle parcourt la région sans relâche, n’hésitant pas à demander l’aide des camions de l’armée allemande quand la côte est trop rude. Une aventure et un personnage exceptionnels.

Mon avis

Ce témoignage de Jeanne Bohec est absolument fascinant et passionnant ! J’étais déjà admirative des parcours des résistants, mais en découvrir un de l’intérieur, sans le recul actuel que nous avons sur la période, m’a encore plus impressionnée.

Moi qui ai lu pas mal de romans historiques se passant lors de la Seconde Guerre Mondiale, je n’avais jamais lu de témoignage sur cette période. Et quelle claque ! Ici, il n’est pas besoin d’élaborer une histoire d’amour, d’amitié ou de famille extrêmement dramatique pour entrainer des émotions. Les faits suffisent. Je ne peux qu’être admirative de Jeanne Bohec, de son courage et sa détermination malgré son jeune âge au moment de son engagement dans la résistance. Elle ne s’embarrasse pas de faits superflus ou émouvants dans son récit pour tenter d’amadouer le lecteur, elle nous pose des faits, rien que des faits, et j’ai beaucoup apprécié cela.

Jeanne Bohec a une écriture très fluide et très agréable. Malgré le nombre d’informations qu’elle nous dispense, tout est facilement compréhensible. J’ai appris énormément de choses sur le mode de fonctionnement des forces de résistance basées en Angleterre, la manière dont elles étaient organisées, hiérarchisées et déployées. Je suis ressortie de ce livre encore plus admirative des résistants qu’auparavant.

Je ne peux que vous conseiller ce témoignage de Jeanne Bohec, qui, en ces temps troublés, nous rappelle ce qu’est le courage et la détermination.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s