La Déraison, d’Agnès Martin-Lugand

Comment résister à l’appel du dernier roman d’Agnès Martin-Lugand, aka une autrice dont j’ai apprécié tous les romans que j’ai pu lire jusqu’ici ?

L’histoire

Une femme aux portes de la mort. Un homme incapable d’en finir avec la vie.
Leurs deux voix s’élèvent tour à tour pour nous confier leur histoire, leurs maux, leurs démons, et plus que tout l’amour fou. Un amour qui inspire, réunit et sauve autant qu’il a pu détruire et séparer.

Mon avis

J’ai beau avoir beaucoup aimé les précédents romans de l’autrice (du moins ceux que j’ai lus), j’ai un avis contraire sur celui-ci qui m’a déçue. Je l’ai trouvé terriblement ennuyeux, et même si la plume de l’autrice reste délicate, cela ne m’a pas suffi.

Le roman est court, et j’ai malheureusement trouvé le début très laborieux. On ne comprend le lien entre les deux personnages, dont les points de vue s’alternent tout au long du livre, qu’au tiers de celui-ci; déjà, cela ne laisse que peu de place aux révélations et évolutions des personnages. Mais surtout, il ne se passe absolument rien dans ce roman jusqu’au trois quarts du récit ! Quel ennui, mais quel ennui ! Pour une fin en plus, convenue, voire improbable par certains aspects…

J’ai certainement été déçue par ce livre, mais pour le coup, peut-être encore plus par l’autrice. J’ai l’impression qu’Agnès Martin-Lugand a trouvé sa recette pour faire un succès : un roman à l’écriture délicate, avec des accents de romance dramatique. Et bien moi, ça ne me suffit plus. Proposer de suive un personnage sur le point de mourir sous une jolie plume, cela ne suffit plus à me faire apprécier un livre. En terminant ce livre, j’ai clairement eu l’impression que l’autrice avait fait son job, mais se reposait sur les lauriers de son succès. Et ça m’a presque mise en colère…

Je comprends que des lecteurs puissent être touchés par cette histoire, mais pour moi, les ficelles étaient bien trop énormes : un personnage mourant, des au revoir à mener avec des enfants, une histoire d’amour dramatique, un autre personnage en dépression. Tout était gros, évident, sans surprise et très long. Je ne peux nier que la plume de l’autrice est très jolie, pleine de délicatesse, mais quand l’histoire ne suit pas, cela ne suffit pas.

C’est la première fois que je suis déçue par un roman d’Agnès Martin-Lugand, et j’espère que c’était la dernière…

Une réflexion sur “La Déraison, d’Agnès Martin-Lugand

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s