La petite couturière du Titanic, de Kate Alcott

Chaque mois, nous organisons une lecture commune entre copines parisiennes. Ce mois-ci, c’est le roman historique La petite couturière du Titanic qui a été choisi, que je me suis empressée d’acquérir en numérique !

L’histoire

Avril 1912. Tess Collins, jeune Anglaise aspirant a percer dans le milieu de la mode, a de la chance. A peine sur le Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture qui va présenter sa nouvelle collection en Amérique.Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, la créatrice de mode décide de prendre Tess a son service. A bord, la jeune femme fait la rencontre de deux hommes. Mais, tandis qu’un triangle amoureux se forme, le paquebot, sans que ses passagers s’en doutent, fonce vers un iceberg…A New York, Tess intègre l’atelier de Lady Lucy. Les talents de modiste de la jeune femme se révèlent bien vite, ses premiers modèles font sensation. Mais son ascension pourrait connaître un coup d’arrêt. Ne se murmure-t-il pas en effet que Lady Lucy aurait eu une conduite peu conforme à son rang lors du naufrage ?

Mon avis

Je suis malheureusement ressortie mitigée de cette lecture. J’ai été charmée par le côté historique du récit, mais l’histoire en soi m’a laissée de marbre. Un roman autour d’un naufrage devrait être émouvant, mais j’ai trouvé le tout bizarrement exploité par l’autrice.

Le principal problème de ce roman, c’est son titre. L’héroïne de ce roman est effectivement couturière, mais pas en tant que telle sur le Titanic… paquebot sur lequel nous nous trouvons pendant à peine deux chapitres. Ne vous attendez pas à une histoire se déroulant sur le Titanic, ce ne sera pas le cas. Pour ma part, cela m’a surprise, mais pas de manière négative. L’autrice s’attarde sur l’après-naufrage, l’enquête autour du naufrage, l’émotion soulevée, le jugement des marins et responsables, et aussi des passagers. N’ayant jamais rien lu sur cet après, j’ai trouvé cela très intéressant. Cela permettait également à l’autrice d’aborder des thèmes comme les différences sociales, la fin de la vieille aristocratie, et l’évolution du monde en général dans ce fourmillant début XXème siècle.

Cependant, je suis ressortie mitigée de ma lecture. Pourquoi ? Parce que je n’y ai pas cru. J’ai trouvé les relations entre les personnages tout bonnement improbables, en premier lieu celle qui sonne le départ de l’intrigue entre notre héroïne Tess et Lucy Duff Gordon. Je n’ai pas cru une seconde en ce qui se passait entre elles, la relation de pygmalion et d’amitié qui se nouait était improbable. J’ai également été un peu déçue par le triangle amoureux très très rapide qui se forme autour de Tess, qui, en plus d’être plat et inutile, s’avère vu et revu et rerevu.

Cependant, j’ai apprécié que Kate Alcott parle de ce naufrage du Titanic, que tout le monde connait, d’un autre angle : celui de l’après, de ses conséquences et de ce qu’il montrait de la laideur du monde. En soi, je n’ai pas passé un mauvais moment de lecture, le roman se lit vite et bien; mais les ficelles étaient trop énormes pour que j’adhère totalement au roman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s