François Ier, de Max Gallo

Après ma visite de quelques châteaux de la Loire en avril dernier, et notamment du château de Chambord, j’ai développé un début d’obsession pour François Ier. J’ai donc profité de mon abonnement Audible pour me procurer sa biographie par Max Gallo, maître du genre, en audio, et m’y plonger.

L’histoire

Le 25 janvier 1515, François Ier est sacré roi de France à Reims. Dès le mois de septembre, à Marignan, il devient Roi-Chevalier, et n’a de cesse d’imposer son autorité face à ses puissants voisins, notamment Charles Quint, son éternel rival. Il voue une réelle passion aux arts, aussi bien la peinture que les lettres, et permet à la Renaissance italienne de s’épanouir dans son royaume. Protecteur de Léonard de Vinci, il commande des œuvres aux plus grands artistes. Roi bâtisseur, il agrandit le royaume tout en le parant de merveilles architecturales, comme Chambord ou Fontainebleau. Roi visionnaire, enfin, il repousse les frontières et construit les prémices de la centralisation. La France moderne est en passe de naître.

Mon avis

Malheureusement, ce court roman marque ma première déception avec Max Gallo… Je n’ai rien appris de bien nouveau dans cette biographie, qui m’a d’ailleurs plus perdue qu’autre chose.

Ce roman est court (430 pages en format poche) pour une biographie d’un monarque comme François Ier, et effectivement, je n’y ai pas trouvé tout ce que je voulais y trouver. Pour moi, le principal défaut de ce livre est qu’il manque d’informations concernant la vie personnelle et les habitudes de vie privée du Roi. Peu de choses sur la Reine, sur sa relation avec sa soeur ou encore sur ses maîtresses. Peu de choses sur ses principaux ministres et ambassadeurs de premier ordre, et les ducs qui auraient pu lui poser problème (hello le Duc de Bourbon, je te regarde). Je suis ressortie de cette biographique avec l’impression de mal connaitre ce monarque, et cela m’a dérangée.

A contrario, le livre est bien plus centré sur les différentes guerres et batailles menées par le monarque. Et là j’ai été perdue. Le format faisait que j’avais du mal à m’y retrouver dans les années, les villes, les différents personnages concernés. J’ai adoré les passages centrés sur la captivité du monarque, et sur l’affaire des placards, qui sont écrits de manière un peu plus romanesque que le reste du roman. Mais j’ai eu du mal à cerner le pourquoi du comment des différents conflits et de la géopolitique qu’ils impliquaient, et je m’y suis perdue.

Je suis également mitigée sur la narration du livre audio, extrêmement lente… J’ai écouté ce livre en vitesse 1,30, ce qui est élevé pour ce genre d’ouvrage un peu exigeant, et n’ai eu aucune difficulté à suivre. Le narrateur n’est pas désagréable, mais je n’ai pas l’impression d’avoir écouté un livre de plus de 400 pages…

J’avais adoré Louis XIV du même auteur, mais je suis bien plus mitigée par François Ier… A voir si les autres ouvrages de l’auteur sauront me reconquérir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s