Révolution, tome 2 : Les Désordres, d’Hilary Mantel

Malgré mon avis très mitigé sur le premier tome (cliquez ici pour lire ma chronique), j’ai tout de même voulu continuer et terminer la duologie Révolution d’Hilary Mantel. Et j’ai également réitéré avec la version audio !

L’histoire

1791. La Révolution a fait voler en éclats la société française. Tout a changé : le régime, les lois, le système éducatif… Mais la situation politique du pays reste profondément instable. À Paris et en province, les luttes de pouvoir, les conspirations, l’intransigeance des nouveaux élus, la menace d’une guerre qui anéantirait une France déjà exsangue instaurent un climat délétère. Après avoir œuvré pour la Révolution et occupé le devant de la scène, Danton et Camille Desmoulins voient Robespierre se radicaliser, et ériger la terreur en système. Peuvent-ils encore stopper leur ami ? Rien n’est moins sûr puisque Danton se retrouve mêlé à des affaires de corruption et que Desmoulins a été vu en train de pleurer devant ses amis condamnés et emmenés à la guillotine… Inéluctablement, les révolutionnaires vont devenir les victimes de la terrifiante machine qu’ils ont eux-mêmes créée.

Mon avis

Mon avis sur ce second tome sera sensiblement le même que celui sur le premier tome : difficile de s’y retrouver si on connait mal cette période de la Révolution, de 1791 à 1793. Ce n’est pas un roman sur la Révolution française, mais l’histoire de trois révolutionnaires qui ont oeuvré, à leur manière, au changement politique de leur pays.

Cependant, j’ai tout de même préféré ce tome au premier. Est-ce dû au fait que je savais à quoi m’attendre, et que je m’étais renseignée sur la période traitée pour pouvoir un peu mieux m’y retrouver ? Oui, j’en suis certaine. Je n’attendais pas qu’on m’explique la Révolution, mais qu’on me raconte les liens, tant d’amitié que conflictuels, entre Danton, Desmoulins et Robespierre. De ce fait, ce second tome m’a davantage plu que le premier, même si pour être entièrement honnête, il m’est difficile de le recommander.

Il est certain qu’Hilary Mantel a effectué un incommensurable travail de documentation sur ces trois figures de la Révolution, et sur les différentes rumeurs autour d’eux. Mais je le répète, si vous ne connaissez pas ou peu cette période, vous serez perdu. Il y a énormément de personnages secondaires et énormément d’éléments politiques qui ne sont pas introduits et que le lecteur doit connaitre pour réussir à se figurer l’importance. Et je trouve cela très regrettable, car cela rend le roman élitiste. Le principe d’un roman historique est de rendre l’Histoire accessible et romanesque; ici, Hilary Mantel a tendance à la rendre insipide et incompréhensible.

Malgré tout, globalement, j’y ai trouvé mon compte. Je n’en attendais rien, mais m’étant préparée à cette lecture ardue, j’ai réussi à y trouver des éléments que je ne connaissais pas. Me retrouver totalement impliquée dans l’intimité de Danton, Desmoulins et Robespierre m’a beaucoup intéressée, et même si je n’ai pas compris tous les éléments politiques qui m’étaient présentés (!), j’ai réussi à saisir le basculement de la Révolution à la Terreur. De ce fait, je n’ai pas trouvé que le roman souffrait de longueurs comme cela avait pu être le cas pour le premier tome.

La duologie Révolution est une série très difficilement accessible au grand public selon moi; si vous ne connaissez pas ou peu cette période de la Révolution française, vous serez perdu et le plaisir de lecture sera absent. Pour ma part, étant prévenue de ce qui m’attendait dans cette suite, j’ai réussi à y trouver mon compte. Mais il reste difficile de la recommander…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s