La carte postale, d’Anne Berest

J’avais entendu tellement de bons avis sur La Carte Postale, qui a notamment reçu le Prix Renaudot des lycéens, que je l’ai immédiatement sollicité quand il est apparu dans le catalogue NetGalley !

L’histoire

C’était en janvier 2003. Dans notre boîte aux lettres, au milieu des traditionnelles cartes de voeux, se trouvait une carte postale étrange. Elle n’était pas signée, l’auteur avait voulu rester anonyme. L’Opéra Garnier d’un côté, et de l’autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942.
Vingt ans plus tard, j’ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale. J’ai mené l’enquête, avec l’aide de ma mère. En explorant toutes les hypothèses qui s’ouvraient à moi. Avec l’aide d’un détective privé, d’un criminologue, j’ai interrogé les habitants du village où ma famille a été arrêtée, j’ai remué ciel et terre. Et j’y suis arrivée.
Cette enquête m’a menée cent ans en arrière. J’ai retracé le destin romanesque des Rabinovitch, leur fuite de Russie, leur voyage en Lettonie puis en Palestine. Et enfin, leur arrivée à Paris, avec la guerre et son désastre. J’ai essayé de comprendre comment ma grand-mère Myriam fut la seule qui échappa à la déportation. Et éclaircir les mystères qui entouraient ses deux mariages. J’ai dû m’imprégner de l’histoire de mes ancêtres, comme je l’avais fait avec ma sœur Claire pour mon livre précédent, Gabriële. Ce livre est à la fois une enquête, le roman de mes ancêtres, et une quête initiatique sur la signification du mot « Juif » dans une vie laïque.

Lire la suite »

Le Grand Monde, de Pierre Lemaitre

Comme pour beaucoup de lecteurs, les sorties d’un nouveau roman historique signé Pierre Lemaitre sont toujours synonymes de joie et d’achat immédiat. Pour ma part, je prends un petit plaisir supplémentaire à les acquérir au format audio; étant narrés par l’auteur lui-même, l’histoire n’en est que plus délectable. J’ai donc acquis Le Grand Monde, premier tome d’une nouvelle saga historique autour des Trente Glorieuses, en audio dès sa sortie, et n’ai pas attendu très longtemps avant de me le mettre dans les oreilles (façon de parler, évidemment).

L’histoire

La famille Pelletier.
Trois histoires d’amour, un lanceur d’alerte, une adolescente égarée, deux processions, Bouddha et Confucius, un journaliste ambitieux, une mort tragique, le chat Joseph, une épouse impossible, un sale trafic, une actrice incognito, une descente aux enfers, cet imbécile de Doueiri, un accent mystérieux, la postière de Lamberghem, grosse promotion sur le linge de maison, le retour du passé, un parfum d’exotisme, une passion soudaine et irrésistible.
Et quelques meurtres.

Lire la suite »

Ce que les étoiles doivent à la nuit, d’Anne-Gaëlle Huon

Anne-Gaëlle Huon est une autrice que je souhaitais découvrir depuis longtemps, ayant vu passer énormément d’avis positifs sur ses romans. Quand NetGalley a proposé la version audio de son dernier roman, j’ai foncé !

L’histoire

Il n’y a pas de hasard, dit-on, seulement des rendez-vous. C’est ce que va découvrir Liz, cheffe prodige et étoilée, en partant au Pays basque sur les traces de sa mère. Dans un petit village perdu, elle rencontre M. Etchegoyen, dandy insaisissable et plein de panache, qui lui confie les clés de son restaurant et un défi à relever : faire de sa gargote une adresse gastronomique. Mais Peyo, le chef, ne voit pas arriver cette étrangère d’un bon oeil. L’un et l’autre vont devoir s’apprivoiser et affronter ensemble les fantômes de leur passé.

Lire la suite »

Belle Greene, d’Alexandra Lapierre

Alexandra Lapierre est une autrice dont j’apprécie beaucoup le travail; elle s’évertue à publier des biographies de femmes oubliées, initiative que je soutiens. Après ma lecture l’année dernière de Je te vois reine des quatre parties du monde, que j’avais beaucoup aimé (cliquez ici pour lire ma chronique), j’avais envie de revenir à ses écrits. Et quelle meilleure opportunité pour cela que la lecture commune organisée par Lectures du chatpitre sur Belle Greene, dernier livre de l’autrice, que j’avais justement acheté il y a quelques mois au format audio ?!

L’histoire

New York, dans les années 1900. Une jeune fille, que passionnent les livres rares, se joue du destin et gravit tous les échelons. Elle devient la directrice de la fabuleuse bibliothèque du magnat J. P. Morgan et la coqueluche de l’aristocratie internationale, sous le faux nom de Belle da Costa Greene. Belle Greene pour les intimes. En vérité, elle triche sur tout. Car la flamboyante collectionneuse qui fait tourner les têtes et règne sur le monde des bibliophiles cache un terrible secret, dans une Amérique violemment raciste. Bien qu’elle paraisse blanche, elle est en réalité afro-américaine. Et, de surcroît, fille d’un célèbre activiste noir qui voit sa volonté de cacher ses origines comme une trahison. C’est ce drame d’un être écartelé entre son histoire et son choix d’appartenir à la société qui opprime son peuple que raconte Alexandra Lapierre.

Lire la suite »

Le guerrier de porcelaine, de Mathias Malzieu

Aaah Mathias Malzieu, l’un des seuls artistes dont chaque œuvre, qu’elle soit littéraire, cinématographique ou musicale, m’intéresse. Je n’ai donc pas hésité une seule seconde en voyant son dernier roman proposé en audio, dont il était par ailleurs le narrateur.

L’histoire

En juin 1944, le père de Mathias, le petit Mainou, neuf ans, vient de perdre sa mère, morte en couches. On décide de l’envoyer, caché dans une charrette à foin, par-delà la ligne de démarcation, chez sa grand-mère qui a une ferme en Lorraine. Ce sont ces derniers mois de guerre, vus à hauteur d’enfant, que fait revivre Mathias Malzieu, mêlant sa voix à celle de son père. Mainou va rencontrer cette famille qu’il ne connaît pas encore, découvrir avec l’oncle Emile le pouvoir de l’imagination, trouver la force de faire son deuil et de survivre dans une France occupée.

Lire la suite »