La remplaçante, de Mathou et Sophie Adriansen

Voilà l’exemple parfait du livre que je n’aurais probablement jamais acheté ni lu, sans sa sélection par les copines du Club de lectures féministes ! Un roman graphique sur le post-partum, à la base, je ne suis pas la cible. Et pourtant…

L’histoire

Marketa et Clovis, amoureux fous, attendent un bébé. Mais l’accouchement signe la fin du conte de fées. La naissance de Zoé ne s’est pas passée comme Marketa l’imaginait, et l’instinct maternel tarde à se manifester. Tandis qu’elle ne reconnaît plus son corps, Marketa se sent perdre pied face à ce bébé si vulnérable dont elle a désormais la responsabilité. Réussira-t-elle à se sentir mère ? À aimer son bébé ? À cesser de penser qu’une remplaçante ferait mieux qu’elle ?

Lire la suite »

La femme périphérique, de Sophie Pointurier

Sans sa sélection par le Club de lectures féministes de Carnet Parisien, je ne me serais probablement jamais pencher sur La Femme Périphérique, premier roman de Sophie Pointurier. Je n’avais pourtant entendu que d’excellents avis sur ce livre, et me suis lancée dedans sans attentes particulières.

L’histoire

Peter et Petra Wolf forment le couple le plus en vue de la scène artistique allemande depuis les années 1990. Il est l’artiste maudit de l’Est dont on a perdu la trace, elle est l’ancienne professeure d’arts plastiques venue de l’Ouest que le petit monde de l’art envisage comme la gardienne du génie de son homme. Une femme sans talent qui divise dans un pays coupé en deux.
Trente ans après la chute du Mur, alors qu’une biographie est en préparation au sujet du duo culte, un mystère plane sur les circonstances de la disparition de Peter. Et la perspective d’une actualité brûlante crée du remous dans le circuit des musées.
Qui a tué le peintre ? Usurpation d’identité, fraude, faux et usage de faux : tout accuse Petra.
L’enquête, entre Paris, Berlin et New York, révélera ce que la légende, jusque-là, avait tu.

Lire la suite »

Préparez-vous pour la bagarre : Défaire le discours sexiste dans les médias, de Rose Lamy

Quand les copines du Club de lectures féministes ont proposé de reprendre la lecture des essais, en proposant le livre édité récemment par Rose Lamy, créatrice du compte Instagram Préparez-vous pour la bagarre, j’ai foncé l’acheter !

L’histoire

Qu’est-ce qu’elle faisait dehors à cette heure ? Avait-elle bu ? Que portait-elle ? Il ne peut pas l’avoir violée, je m’en porte garant, c’est mon ami. C’était une autre époque. Il faut séparer l’homme de l’artiste. C’est un drame, un crime passionnel, le geste fou d’un amoureux éconduit. Pourquoi n’a-t-elle pas porté plainte avant ? C’était un dérapage, une maladresse, un geste déplacé. Il ne pensait pas à mal, c’est quelqu’un de bien. On ne peut plus rien dire. Les féministes sont des folles hystériques.
« Depuis trois ans, je collecte et décortique des centaines d’exemples d’un discours sexiste dans la presse, à la télévision ou à la radio. Ce sexisme ne dit jamais son nom, mais c’est bien lui qui conduit les rédactions à taire ou à reléguer les violences sexuelles en périphérie des journaux. Lui qui se loge dans le choix d’un mot ou d’une virgule, participant à la culpabilisation des victimes et à la déresponsabilisation des accusés.
Comment lutter contre le sexisme quand il est perpétué et amplifié par les médias ? Il est temps d’explorer les fondements de ce discours, pour en défaire les mécanismes et nous en libérer. » R. L.

Lire la suite »

Tout ce que dit Manon est vrai, de Manon Fargetton

Le Club de lectures féministes de Carnet Parisien reprend du service, et rien n’aurait pu me faire plus plaisir ! Le mois de janvier proposait la lecture du roman Tout ce que dit Manon est vrai, de Manon Fargetton, autrice dont je ne connaissais que les romans fantasy. Direction la librairie pour l’achat du livre, et sa lecture dans la foulée !

L’histoire

Au centre, Manon.
Autour, une ronde de personnages, qui projettent sur elle leurs peurs, leurs insécurités et leurs fantasmes.
Ils croient la connaître mieux que personne. Ce sont ses parents, ses frères, son amie au lycée, l’homme qu’elle aime. Et ce sont eux qui vont raconter cette année où tout bascule parce que Manon, seize ans, entame une relation avec un éditeur de bande-dessinée de trente ans son aîné. Elle a du talent. Il va la publier. Ils s’aiment. La femme de l’éditeur aussi l’aime. Les lignes se brouillent, tout se mélange : l’histoire qu’ils vivent et l’écriture de la bande-dessinée, l’admiration, l’amour. Et le passé ressurgit soudain dans le présent.
Rapidement, la mère de Manon refuse ce prétendu amour, cherche à protéger sa fille par tous les moyens, s’expose à la colère adolescente de celle-ci. Deux visions du monde s’affrontent. Deux visions de l’amour. Deux visions de ce que signifie être adulte. Et entre elles, d’autres voix, qui chacune renferme un morceau de la vérité.
Et au centre, Manon.

Lire la suite »

La mer en hiver, de Susanna Kearsley

Faites-vous partie d’un club de lecture ? Pour ma part, je participe régulièrement à plusieurs clubs de lecture, sans être forcément régulière je dois l’avouer. L’un d’entre eux est le club de lecture d’Autumnalys, une lectrice dont le goût pour les romans historiques et les classiques m’inspire beaucoup. Le roman du mois de décembre étant dans ma pile à lire numérique depuis plus de quatre ans (on ne juge pas…), j’en ai profité pour le lire enfin !

L’histoire

Lorsque Carrie McClelland, auteur à succès, visite les ruines du château de Slains, elle est enchantée par ce paysage écossais, à la fois désolé et magnifique. La région lui semble étrangement familière, mais elle met de côté son léger sentiment de malaise afin de commencer son nouveau roman, pour lequel elle utilise le château comme cadre et l’une de ses ancêtres, Sophia, comme héroïne. Puis Carrie se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au cœur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé.

Lire la suite »