The Gentlemen, de Guy Ritchie

1716990Trois films en trois ans : Guy Ritchie est décidément un réalisateur plus que prolifique ! A travers des projets bien différents les uns des autres, chaque film réalisé par ses soins que j’ai pu voir m’a toujours embarqué. Quand The Gentlemen est sorti, la bande-annonce, le casting, et surtout une sensation de retour aux sources du réalisateur, m’ont immédiatement attirée. Hop, direction la salle obscure !

L’histoire
Quand Mickey Pearson, baron de la drogue à Londres, laisse entendre qu’il pourrait se retirer du marché, il déclenche une guerre explosive : la capitale anglaise devient le théâtre de tous les chantages, complots, trahisons, corruptions et enlèvements… Dans cette jungle où l’on ne distingue plus ses alliés de ses ennemis, il n’y a de la place que pour un seul roi !Lire la suite »

Les Proies, de Sofia Coppola

074483Aller au cinéma me manquait trop, et le mois d’août fut un mois riche en sorties. Je n’ai donc pas résisté à aller voir le dernier film de Sofia Coppola, Les Proies, sélectionné au dernier Festival de Cannes et ayant reçu le prix de la Mise en scène. Sofia Coppola est une réalisatrice dont j’apprécie particulièrement le travail, et en voyant le casting et la bande-annonce de ce film-ci, je n’ai pas résisté bien longtemps !

L’histoire
En pleine guerre de Sécession, dans le Sud profond, les pensionnaires d’un internat de jeunes filles recueillent un soldat blessé du camp adverse. Alors qu’elles lui offrent refuge et pansent ses plaies, l’atmosphère se charge de tensions sexuelles et de dangereuses rivalités éclatent. Jusqu’à ce que des événements inattendus ne fassent voler en éclats interdits et tabous.Lire la suite »

Les Animaux Fantastiques, de David Yates

Après des mois d’attente, Les Animaux Fantastiques est enfin sorti ! Et j’ai eu le plaisir de le les-animaux-fantastiques-affiche-francaise-rc3a9vc3a9lc3a9edécouvrir sur grand écran, le lendemain de sa sortie, lors d’une séance toute calme en plein après-midi en pleine semaine ! La bande-annonce était prometteuse, et je dois avouer que je ne résiste pas à Eddie Redmayne, que dégage une aura très particulière à laquelle je suis extrêmement sensible. J’étais donc quasiment acquise au film ! Le meilleur moyen d’être déçue par un film…

L’histoire
New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d’être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du « Moldu ») déterminé à les anéantir. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable.
Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d’un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente. Il s’agit d’une violation manifeste du Code International du Secret Magique dont se saisit l’ancienne Auror Tina Goldstein pour récupérer son poste d’enquêtrice. Et la situation s’aggrave encore lorsque Percival Graves, énigmatique directeur de la Sécurité du MACUSA (Congrès Magique des États-Unis d’Amérique), se met à soupçonner Norbert… et Tina. Norbert, Tina et sa sœur Queenie, accompagnés de leur nouvel ami Non-Maj’ Jacob, unissent leurs forces pour retrouver les créatures disséminées dans la nature avant qu’il ne leur arrive malheur. Mais nos quatre héros involontaires, dorénavant considérés comme fugitifs, doivent surmonter des obstacles bien plus importants qu’ils n’ont jamais imaginé. Car ils s’apprêtent à affronter des forces des ténèbres qui risquent bien de déclencher une guerre entre les Non-Maj’ et le monde des sorciers.Lire la suite »