Sous les feux d’artifice, de Gwenaële Robert

Il y a longtemps que je souhaite découvrir la plume de Gwenaële Robert, et l’occasion m’en a été donnée en cette rentrée littéraire grâce à NetGalley qui a proposé son nouveau roman Sous les feux d’artifice dans son catalogue !

L’histoire

Seul le bruit de la fête peut couvrir celui de la guerre.
Lorsqu’un navire yankee entre en rade de Cherbourg un matin de juin 1864 pour provoquer l’Alabama, corvette confédérée que la guerre de Sécession condamne à errer loin des côtes américaines, les Français n’en croient pas leurs yeux.
Au même moment, Charlotte de Habsbourg, fraîchement couronnée impératrice du Mexique, découvre éberluée un pays à feu et à sang.
Le monde tremble. Mais le bruit des guerres du Nouveau Continent ne doit pas empêcher la France de s’amuser. Encore moins de s’enrichir. Théodore Coupet, journaliste parisien, l’a bien compris. Envoyé à Cherbourg pour couvrir l’inauguration du casino, il rencontre Mathilde des Ramures, dont le mari s’est ruiné au jeu avant de partir combattre au Mexique. Ensemble, ils décident de transformer la bataille navale en un gigantesque pari dont ils seront les bénéficiaires. À condition d’être les seuls à en connaître le vainqueur…
Pendant cette semaine brûlante, des feux d’artifice éclatent de chaque côté de l’Atlantique. Dans le ciel de Mexico comme dans celui de Cherbourg, ils couvrent les craquements d’un vieux monde qui se fissure et menace d’engloutir dans sa chute ceux qui l’ont cru éternel.

Lire la suite »

Sous un grand ciel bleu, d’Anna McPartlin

Après mon immense coup de coeur intersidéral pour Les derniers jours de Rabbit Hayes il y a quelques années (cliquez ici pour lire ma chronique), je ne pouvais pas passer à côté de sa suite Sous un grand ciel bleu ! Et après l’avoir fait patienter dans ma pile à lire, ce début d’été était la période idéale pour l’en sortir…

L’histoire

Rabbit Hayes est morte, laissant derrière elle une famille brisée par le chagrin.
Désespérée, sa mère Molly se questionne sur sa foi tandis que son père Jack s’enferme dans le grenier durant des heures pour se perdre dans ses journaux intimes. Et peut-être son passé. C’est à Davey, son frère, qu’on confie la garde de Juliet, douze ans, que Rabbit élevait seule. Mais comment aider Juliet à surmonter son chagrin quand lui-même parvient à peine à faire face au sien ? Il faudra du temps et beaucoup de courage aux Hayes pour réinventer leur vie ensemble. Mais le souvenir radieux de Rabbit et l’amour inconditionnel qui relie chaque membre de cette famille peu conventionnelle sauront leur faire traverser cette épreuve. Il y aura des sourires qui transperceront la tragédie et beaucoup, beaucoup de fantaisie pour que chacun profite pleinement de cette vie, comme Rabbit l’aurait voulu.

Lire la suite »

Terrible vertu, d’Ellen Feldman

J’avais repéré le roman Terrible vertu sur le compte Instagram d’Anouk Library, et son résumé m’a immédiatement tapé dans l’oeil ! Impossible de passer à côté du livre retraçant la vie de Margaret Sanger, militante féministe pour le contrôle des naissances aux Etats-Unis au début du XXème siècle. Quand NetGalley l’a proposé dans son catalogue, je l’ai rapidement sollicité, et remercie la maison d’édition pour la validation de ma demande !

L’histoire

Portrait d’une des figures les plus influentes et les plus controversées du XXe siècle, ce roman met en scène cette femme indomptable. Élevée dans un milieu pauvre, par une mère épuisée par treize grossesses, Margaret se fait très jeune le serment de ne jamais subir la vie d’une femme au foyer. Devenue infirmière à une époque où la contraception est illégale, elle décide de se consacrer aux femmes et met sur pied en 1916 la première clinique clandestine de contrôle des naissances. C’est le début d’une vie de luttes enfiévrées qui la conduiront à créer en 1952 le planning familial, avant de militer, par tous les moyens, pour la légalisation de la pilule. Son acharnement la conduira plusieurs fois en prison, elle sera contrainte de fuir les États-Unis pour l’Angleterre et la France, où, là encore, toujours aussi indomptable et provocante, elle poursuivra son inlassable combat pour l’égalité des sexes.Lire la suite »

Cavale ça veut dire s’échapper, de Cali

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance d’être sélectionnée par Babelio pour rencontrer Cali lors d’une soirée autour de son nouveau roman, Cavale ça veut dire s’échapper. Une « suite » à son précédent roman Seuls les enfants savent aimer (cliquez ici pour lire ma chronique), qui me tentait énormément. Je me suis donc plongée à nouveau avec délectation dans l’adolescence et dans l’univers de cet artiste.

L’histoire

« On ne comprenait pas tout, mais à nos âges tout explosait autour et on ne demandait qu’une chose, exploser avec. » Un instant, j’ai voulu vous suivre, vous voir, respirer ce que j’aurais dû respirer. Mais je suis resté sur la pente. Et j’ai pleuré, pas fort non, mais ruisselant à l’intérieur. J’entendais des gouttes tomber de très haut, une à une, au fond de mes entrailles déchiquetées. Mon ventre pleurait et mon cœur hurlait, comme quand un cœur hurle à la fin du tout. Est-ce qu’on meurt d’amour ?Lire la suite »

Toute la ville en parle, de Fannie Flagg

Cela fait maintenant quelques mois que je suis membre du Picabo River Book Club, club de lecture porté sur la littérature nord-américaine géré par Lea Touch Book. Un club qui ne fait que remplir ma wishlist de romans, et m’a fait découvrir de petites pépites littéraires ! Grâce aux nombreux partenariats proposés par le club, j’ai eu l’extrême bonheur de recevoir le dernier roman de Fannie Flagg paru en France : Toute la ville en parle !

L’histoire

L’auteur de Beignets de tomates vertes nous conte, dans ce roman choral, l’histoire d’un petit village du Missouri, Elmwood Springs, depuis sa fondation en 1889 jusqu’à nos jours. Les années passent, les bonheurs et les drames se succèdent, la société et le monde se transforment, mais les humains, avec leurs plaisirs, leurs peurs, leurs croyances, leurs amours, ne changent guère. Et c’est la même chose au cimetière puisque, loin de jouir d’un repos éternel, les défunts y continuent leurs existences, sous une forme particulière. Au fil des décès, ils voient ainsi arriver avec plaisir leurs proches et leurs descendants, qui leur donnent des nouvelles fraîches du village. Tout irait ainsi pour le mieux dans ce monde, et dans l’autre, si d’inexplicables disparitions ne venaient bouleverser la vie, et la mort, de cette paisible petite communauté.Lire la suite »