Féminismes et pop culture, de Jennifer Padjemi

De temps en temps, j’apprécie de lire des essais, particulièrement des essais féministes, combat qui me touche particulièrement. Quand j’ai vu passer Féminismes et pop culture, j’ai immédiatement été attirée par la couverture, et intriguée par sa publication chez Stock, maison d’édition qui en publie, il me semble, assez peu. J’ai donc foncé le solliciter sur NetGalley, et me suis plongée dans sa lecture avec beaucoup de curiosité !

L’histoire

Le féminisme se porte-t-il sur un t-shirt ?
Kim Kardashian est-elle un objet sexuel ou une femme puissante ?
La série Grey’s anatomy peut-elle changer la vie des femmes ?
Dans un essai à la première personne documenté, passionné et engagé, Jennifer Padjemi, journaliste spécialiste
questions de société, explore l’alliance, pour le meilleur et pour le pire, du féminisme et de la pop culture. En reprenant le fil des mouvements féministes modernes, de l’émergence d’un féminisme intersectionnel au mouvement « body positive » en passant par Me too et en se basant sur son expérience de femme noire, elle décortique le rapport que nous entretenons avec les objets culturels les plus populaires. Biberonnée aux clips vidéo, chansons grand public et maintenant aux séries TV, notre consommation de divertissement façonne, accompagne, et parfois challenge notre vision du monde. En utilisant la pop culture comme un miroir de notre société mondialisée, l’auteure questionne à travers elle le féminisme, le genre, la sexualité, l’intersectionnalité.
Jennifer Padjemi interroge les liens d’interdépendance entre consommation de masse et idéologie progressiste, et jette un regard joyeux et lucide sur nos divertissements, sans concession au patriarcat.

Lire la suite »

Nuits d’été à Brooklyn, de Colombe Schneck

J’ai découvert Colombe Schneck il y a quelques années avec son roman Mai 67, dont je garde un bon souvenir (cliquez ici pour lire ma chronique). Je n’ai donc pas hésité avant de solliciter son dernier roman, Nuits d’été à Brooklyn, sur NetGalley !

L’histoire

« Appelons-le Frederick, il a 41 ans, il est professeur de littérature, spécialiste de Flaubert, marié, père de Lizzie, 15 ans et vit, au moment des faits, l’été 1991, dans une jolie maison en briques à trois étages dans le quartier de Carroll Gardens à Brooklyn. Frederick trompe sa femme. Sa maîtresse s’appelle Esther, elle est blanche, juive, parisienne, évidemment plus jeune. Elle vient de terminer ses études de journalisme. Elle est en stage de trois mois à New York. Cet adultère est un évènement minuscule, mais la vie personnelle est plus importante que les mouvements du monde, tant qu’on a la capacité d’y échapper. »
Pourtant ce sont bien les mouvements du monde qui vont rattraper Frederick et Esther.
Août 1991, à Crown Heights, un quartier résidentiel de Brooklyn, un juif renverse accidentellement deux enfants noirs qui jouent de l’autre côté de la rue. L’un d’eux est tué sur le coup. Ce quartier où cohabitent difficilement les deux communautés se retrouve très vite à feu et à sang, les rues résonnent aux cris de « morts aux juifs » et « vive les nazis », les magasins sont pillés et les voitures brûlent. Pendant que la réaction policière tarde à venir, Rabbins, révérends, mères de famille, journalistes et simples citoyens s’affrontent, cherchant la faute et la violence dans le regard de l’autre.
Lire la suite »

La Révolte, de Clara Dupont-Monod

En ce moment, j’ai une énorme envie de lire des romans historiques. Au détour d’un rayon de la médiathèque, je suis tombée sur La Révolte, un roman sur Aliénor d’Aquitaine que j’avais repéré à sa sortie l’année dernière. Sans plus réfléchir, je l’ai emprunté, et l’ai directement commencé !

L’histoire

« Sa robe caresse le sol. À cet instant, nous sommes comme les pierres des voûtes, immobiles et sans souffle. Mais ce qui raidit mes frères, ce n’est pas l’indifférence, car ils sont habitués à ne pas être regardés ; ni non plus la solennité de l’entretien – tout ce qui touche à Aliénor est solennel. Non, ce qui nous fige, à cet instant-là, c’est sa voix. Car c’est d’une voix douce, pleine de menaces, que ma mère ordonne d’aller renverser notre père. »
Aliénor d’Aquitaine racontée par son fils Richard Coeur de Lion.Lire la suite »

Vivre ensemble, d’Emilie Frèche

S’il y a bien un roman que je souhaitais absolument lire pour cette rentrée littéraire, c’était le nouveau bébé d’Emilie Frèche, auteure que j’ai découvert en 2015 et que je suis avec attention depuis. Quand j’ai vu qu’il était proposé sur NetGalley, le clic sur solliciter a été automatique !

L’histoire

« La première fois qu’ils se sont vus tous les quatre, le fils de Pierre n’a pas supporté un mot du fils de Déborah, ou peut-être était-ce juste un rire, et, pris d’une rage folle, il s’est mis à hurler qu’il les détestait, que de toute façon elle ne serait jamais à son goût et Léo jamais son frère, puis il a attrapé un couteau de boucher aimanté à la crédence derrière lui et, le brandissant à leur visage, il a menacé de les tuer – cela faisait une heure à peine qu’il les connaissait. » Tout le monde ne parle que du vivre-ensemble mais, au fond, qui sait vraiment de quoi il retourne, sinon les familles recomposées ? Vivre ensemble, c’est se disputer un territoire.Lire la suite »

Sa mère, de Saphia Azzeddine

couv56148354Comment passer à côté de l’événement de la rentrée littéraire ?! Il faut bien avouer que pour un lecteur, c’est mission impossible ! Cette profusion de livres qui arrivent en moins de deux mois dans les librairies m’impressionne chaque année, et résister à tout acheter n’est que torture. J’ai eu la chance de recevoir le prochain roman de Saphia Azzeddine, Sa mère, grâce à NetGalley et aux éditions Stock. J’avais entendu beaucoup de bien de l’auteure et de sa plume, et me suis donc plongée avec avidité dans ce roman !

L’histoire
Marie-Adélaïde, née sous X, a la rage au ventre ; elle a un destin, mais ne sait pas encore lequel. Pas celui de caissière à La Miche Dorée. Pas non plus celui de ses rares copines, certaines connues en prison, d’autres camarades de galère et d’errance. Serait-ce celui de nounou des enfants impeccables de la Sublime ? Ou celui de retrouver sa mère coûte que coûte ? Son destin, elle va le chercher avec les moyens dont elle dispose : le culot, la parole qui frappe, l’humour cinglant, l’insoumission à son milieu, la révolte contre toutes les conventions. C’est une héroïne de notre temps.Lire la suite »